formats

«La politique sociale changera progressivement»

Publié le 20/12/2015, par dans Non classé.

Depuis toujours, on admet le poids des subventions dans le budget de l’Etat sans oser y toucher. La hausse des prix des carburants s’apparente à une question de remise en cause des subventions. Quel est votre avis ?

Il est clair que la subvention est actuellement considérée comme l’un des principaux mécanismes de maintien du pouvoir d’achat du citoyen algérien, et cela au profit de toutes les catégories sans exception. Un tel mécanisme nécessite d’abord une bonne maîtrise du secteur du commerce de détail comme étant l’espace absorbant de ces subventions, mais surtout une grande mobilisation des ressources de financement de l’épargne institutionnelle qui est générée à travers les deux fiscalités pétrolière et ordinaire.

Pour le cas de notre conjoncture actuelle, la soutenabilité de ces subventions en termes de ressources est liée directement aux potentiels de contribution des deux types de fiscalités ; la première étant pétrolière et attachée aux évolution exogènes du marché mondial et de la demande énergétique, tandis que la deuxième (fiscalité ordinaire) est liée d’une part au développement du tissu national industriel et commercial par les niveaux de recouvrement et la seconde à la taxation directe ou indirecte des consommateurs de diverses catégories.

Cependant, en tenant compte des paramètres prévisionnels annoncés pour l’année 2016 avec, au tableau, une part très importante des transferts sociaux au même titre que les années précédentes (près de 30% de la dépense publique en fonctionnement), le seul recours à une fiscalité pétrolière pour soutenir ces dépenses devient insuffisant.

Pour répondre à ce besoin imminent, les pouvoirs publics ont opté pour une diversification des ressources de financement en misant, entre autres, sur un rôle plus important de la fiscalité ordinaire avec le passage aux nouvelles tarifications et le retour de la TVA à son taux normal de 17% au lieu de 7%.

Y a-t-il volonté réelle du gouvernement à remettre en cause les subventions, ou bien s’agit-il de mesures conjoncturelles destinées à enjoliver le bilan de la fiscalité ordinaire ?

Il s’agit là d’une vraie mutation vers un autre modèle de gouvernance et d’une rationalisation plus pragmatique des dépenses. C’est un passage d’un mode à un autre qui sera graduel, mais nécessitera sûrement du temps pour sa mise en application car, techniquement, il est très difficile de lever totalement le pied sur la politique des subventions et mettre en même temps sur les rails un système efficace et crédible pour gérer des subventions ciblées.

Pour un tel système de ciblage, il faut d’abord que tous les mécanismes et supports soient disponibles. Il est également primordial de recenser et de segmenter toutes les niches sociales concernées, tout en veillant à mettre en place des procédures de contrôle pour éviter les cas de fraude et de tricherie.

Le choix d’aller vers un mécanisme de subventions ciblées présente-t-il des difficultés dans sa mise en application ?

Dans cette approche, il s’agit d’abord de garantir une justice sociale tout en assurant une affectation monétisée et ciblée des subventions directes aux catégories les plus concernées. Il va sans dire que le passage à une autre approche de gestion des subventions contribuera à coup sûr à lutter contre le gaspillage et la contrebande de carburant. Le montant investi dans le soutien des prix sera assurément moins pesant pour le budget de l’Etat.

Cette transition dans la politique sociale de l’Etat sera progressive et commencera probablement à partir de la fin de 2017 ou en 2018. Elle sera accompagnée d’une réduction de la quote-part des transferts sociaux et coïncidera aussi avec l’achèvement d’une grande partie du programme de logements.

Nous assisterons donc, à partir de cette date, à une réorientation graduelle de l’action sociale de l’Etat, avec un désengagement progressif au profit du marché. Il s’agit d’un passage obligé et d’un changement imminent de politique auquel il faut bien se préparer. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «La politique sociale changera progressivement»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair