formats

La paix sociale menacée

Publié le 01/11/2016, par dans Non classé.

Plusieurs centaines de travailleurs affiliés au Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap), dont des représentants des fédérations des différents secteurs de wilayas (Tizi Ouzou, Bouira, Alger, Oran, Batna) ont pris part, hier, à une marche de protestation pour exiger l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles.
Ils réclament un salaire décent, le maintien du régime de retraite sans condition d’âge, l’abrogation de l’article 87 bis de la loi 90/11, la révision du statut particulier des corps communs et du code du travail, ainsi que l’intégration des contractuels et autres vacataires en poste. Les mesures d’austérité contenues dans la loi de finances 2017 sont aussi un sujet de préoccupation pour les protestataires. Tout au long du trajet de la manifestation, de l’ancienne gare routière au siège de la wilaya, les marcheurs, dont des dizaines de femmes, ont crié leur ras-le-bol quant à la politique du gouvernement qui n’est pas dans l’intérêt des travailleurs, selon eux.

« Non à la loi de finances 2017», « Y’en a marre de ce pouvoir», « Non à la retraite anticipée», « Intégration en priorité de tous les contractuels et vacataires en poste», sont les principaux slogans inscrits sur les banderoles du Snapap. « Les augmentations de salaire de 2008 n’ont eu aucun effet sur le vécu du travailleur. L’inflation a tout consommé. Le pouvoir d’achat se dégrade et le pire est à venir. Si nous avons opté pour ces marches, c’est parce que notre mouvement de grève n’a pas eu l’effet escompté auprès des décideurs.

L’action de rue est le seul moyen pour changer ce pouvoir qui nous affame. La société civile doit se défendre pour arracher ses droits», a déclaré le président du Snapap, Rachid Malaoui. Et d’ajouter : « La situation doit changer. Seule la mobilisation paye. C’est la rue et les actions pacifiques qui changeront le pouvoir en place, comme ce fut le cas en Tunisie et ailleurs.»

Le représentant des travailleurs communaux a dénoncé la précarité de l’emploi des vacataires, les atteintes aux libertés syndicales et la dégradation continue du pouvoir d’achat. Des syndicalistes des fédérations de la santé, de l’éducation et des travaux publics ont abondé dans le même sens. « Le code du travail et le statut général de la Fonction publique ne sont pas dans l’intérêt du travailleur. Non aux lois abusives !» s’est écrié un syndicaliste de la santé de la wilaya d’Oran.

Le porte-parole de la fédération des travaux publics a déploré la situation des ouvriers, dont le salaire, dit-il, ne dépasse pas la modique somme de 16 000 DA. « Le secteur informel brasse un chiffre d’affaires de plusieurs milliards de dinars. Le gouvernement ne fait rien pour arrêter ces pratiques frauduleuses mais oblige le travailleur sous-payé à prendre sa retraite à 60 ans», a relevé le représentant des corps communs de l’éducation nationale. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La paix sociale menacée
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair