formats

La nouvelle Constitution entre en vigueur

Publié le 08/03/2016, par dans Non classé.

La nouvelle Constitution entre officiellement en vigueur. Adopté, le 7 février dernier par le Parlement réuni en congrès, le texte a été promulgué, hier, par le président Bouteflika et publié au Journal officiel.
Critiquée par la majorité des partis de l’opposition en la qualifiant de « non consensuelle», cette nouvelle Constitution contient un nombre de dispositions présentées comme étant « révolutionnaires» par ses promoteurs. Au-delà du débat sur son contenu et le mode choisi pour son adoption, l’application de la nouvelle Loi fondamentale suppose l’élaboration d’une batterie de projets de loi, dont notamment des amendements de lois organiques adoptées en 2012.

Mais c’est le respect des dispositions de cette Constitution qui devra être suivi par tous les acteurs et les observateurs de la scène nationale. Le pouvoir sera, sans nul doute, attendu sur cette question. Ayant promis le respect des droits de l’homme, des droits de l’opposition, des libertés individuelles et collectives, les tenants du pouvoir seront attendus au tournant. Consacrés dans cette Constitution, comme d’ailleurs dans les précédentes, ces droits et libertés ne sont pas respectés. Leur violation est même assumée et justifiée.

Et ce ne sont pas les exemples qui manquent. Depuis le début des années 2000, plusieurs dispositions constitutionnelles ont été violées, en tête le droit de créer des partis politiques mis en veille pendant plus de dix ans. Après une parenthèse ouverte entre 2011 et 2012, la pratique a été réactivée en toute illégalité. La liberté de réunion, consacrée dans toutes les lois du pays, est restée également lettre morte.

Les partis et les organisations souhaitant organiser des réunions publiques voient leurs demandes rejetées par l’administration, souvent sans justification. L’accès aux médias publics, prévu dans la Constitution actuelle, est aussi un simple slogan, d’autant plus que seuls les proches du pouvoir bénéficient de ce droit. Les leaders de l’opposition, eux, doivent se contenter des périodes électorales.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La nouvelle Constitution entre en vigueur
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair