formats

La mosquée Ketchaoua retrouve sa splendeur d’antan

Publié le 26/02/2018, par dans Non classé.

La mosquée Ketchaoua retrouve sa splendeur et les habitants de La Casbah sont impatients de prier à l’intérieur de ce joyau, témoin de plus de cinq siècles d’histoire de notre pays.
Pris en charge gracieusement par le gouvernement turc, les travaux de restauration de ce monument classé et protégé ont pris fin depuis des mois et l’ouverture officielle de la mosquée au public n’attend que la présence du président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui arrivera aujourd’hui à Alger.

La mosquée Ketchaoua retrouve sa splendeur et donne au quartier historique de La Casbah d’Alger, en plein travaux de confortement et de restauration, un cachet particulier. Les travaux de restauration lui ont permis de sortir définitivement de la décrépitude dans laquelle elle se débattait depuis des années. Située à la Basse Casbah, au milieu de nombreux palais construits sous le gouvernement de la Régence ottomane, cette mosquée a été témoin de plus de cinq siècles d’histoire de notre pays.

Dès la conquête d’Alger, elle fut prise par les troupes françaises, qui en ont fait le premier lieu de culte chrétien, après avoir exterminé quelque 4000 Algériens qui se sont rassemblés sur « la place Ketchaoua» (des chèvres en turc) pour la protéger. Quelques années plus tard, une grande partie de ses dépendances ont été détruites pour en faire une cathédrale, avant qu’elle ne retrouve sa vocation de mosquée à l’indépendance.

Majestueuse, la mosquée est décorée des drapeaux de l’Algérie, mais aussi de la Turquie, pays qui a financé et entrepris les travaux de sa restauration par le biais de l’Agence turque de coopération et de coordination (Tika). En tant que site protégé, la mosquée est sous la tutelle du ministère de la Culture, chargé de sa protection, mais aussi du département des Affaires religieuses, qui assure la pratique du culte.

De ce fait, elle sera ouverte aux fidèles durant les heures de prière et, au-delà, elle recevra les visites des touristes. Un travail titanesque a été réalisé pour restituer l’état des lieux en recourant aux moyens modernes, comme le système de climatisation ou le réseau électrique.

Toutes les fresques chrétiennes, qui ornaient l’intérieur de la coupole, ont été recouvertes par des socles qui peuvent s’ouvrir en cas de besoin, en faisant en sorte qu’elles ne soient pas altérées par la lumière ou l’humidité. La mosquée est également dotée d’un ascenseur, mais aussi d’une bibliothèque, et d’une arrière-salle de prière réservée aux femmes, d’une capacité de quelque 300 places (sur les 1200).

Les travaux de récupération des eaux pluviales (qui menaçaient la partie arrière de la mosquée) ont permis de découvrir quelques dépendances de ce lieu de culte, une sorte de commerce dont les revenus lui permettaient de subvenir à son entretien. Après les avoir bien dégagées, elles ont été protégés par des plaques de verre de manière à ce qu’elles soient bien visibles aux visiteurs.

La mosquée ouverte aux touristes

Un travail de fourmi a été fait pour réhabiliter ce bijou architectural. « A l’indépendance, les Algériens se sont précipités pour se réapproprier le lieu, installant le mihrab juste après les portes, obligeant les fidèles à le contourner et à enjamber les autres. Ce qui est contraire à la tradition. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Des portes latérales ont été installées de manière à ce qu’en entrant, les fidèles soient face au mihrab. Ce dernier a été bien orné de calligraphies à la feuille d’or, réalisées par un spécialiste turc, alors que la salle de prière principale est séparée de celle des femmes par un rideau de bois très noble bien travaillé, avec des motifs géométriques beaux à voir.

D’immenses lustres avec des lampes en forme de bougies illuminent le lieu en donnant l’impression d’être loin de l’ère de l’électricité, comme ce fut le cas, à l’époque ottomane.» « Tout a été pris en considération jusqu’au plus petit détail, de manière à ce que le lieu soit le plus proche de sa version d’antan. Rien n’a été laissé au hasard et les travaux étaient réalisés sous le contrôle de l’Ogebc (Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés).

Des espaces privatifs ont été créés pour permettre aux touristes de visiter le lieu en dehors des heures de prière», explique Abdelwahab Zekkagh, premier responsable de l’Ogebc. Les dizaines de marchands ambulants qui entouraient cette mosquée n’y sont plus, alors qu’une plateforme en pente, tapissée d’une moquette de couleur rougeâtre, est réservée aux chaises roulantes des handicapés moteurs.

La mosquée Ketchaoua est devenue une véritable curiosité des habitants de La Casbah qui attendent avec impatience son ouverture, prévue pourtant il y a bien des mois. « Je suis pressé de voir ce qu’elle est devenue. Elle était presqu’en ruine durant les années 2000. Si le minaret n’avait pas été fissuré, elle n’aurait peut-être pas été restaurée et se serait, comme beaucoup de maisons à La Casbah, déjà effondrée.

C’est un monument historique qui marque notre histoire. Ici, des milliers d’Algérois ont été tués en s’opposant à la transformation de la mosquée en église, dès le début de la colonisation. Elle est le symbole de notre indépendance. Sa réhabilitation est une fierté pour nous habitants de La Casbah», déclare El Hadj Abdelkader, un septuagénaire, dont la famille habite depuis trois générations à La Casbah.

Mustapha est étudiant en archéologie. Il vient souvent visiter cette vieille médina et ses monuments. « Pour moi, c’est vraiment une école. J’apprends beaucoup de choses en venant ici. Ils ont fait un travail magnifique qui permet à nos écoles d’architecture et d’archéologie de faire du terrain. J’ai visité cette mosquée au moins trois fois, et à chaque fois je découvre des aspects surprenants de la restauration.

C’est un atout pour le pays», nous dit-il, avant qu’un jeune, la trentaine, nous aborde. « Ils ne veulent pas ouvrir la mosquée, alors que les habitants du quartier ont hâte de prier à l’intérieur. Mon père m’emmenait souvent avec lui. C’était une belle mosquée et aujourd’hui elle l’est encore plus. Je suis pressé de la revoir», déclare Mustapha. Tous ici, dans ce quartier, expriment leur fierté de voir que le patrimoine de la vieille cité d’Al Djazaïr est en train d’être Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La mosquée Ketchaoua retrouve sa splendeur d’antan
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair