formats

La montée en puissance du digital

Publié le 09/02/2017, par dans Non classé.

L’OMD, agence conseil en communication spécialisée dans le développement et l’implémentation de campagnes multimédia, a organisé hier à l’hôtel Sofitel (Alger) un séminaire pour ses clients (Pepsi, Ooredoo, Huawei, Danone, Henkel, Renault).
Il s’agit de faire connaître les approches nécessaires pour tirer parti des tendances actuelles et être prêt pour les défis de demain. Plusieurs indicateurs ont été révélés. Il faut adapter les messages au petit écran du téléphone mobile et à la façon de consommer les informations sur les réseaux sociaux. En général, on a 3 secondes pour capter l’attention, sinon on va passer inaperçu.

Le temps de réflexion devient de moins en moins important et il faut plus d’efforts pour faire un impact. Il faut une adaptation du message publicitaire. On ne peut plus prendre la maquette presse et la poster sur facebook ou instagram, cela devient plus encombré, et de plus en plus difficile de capter l’attention. Il y a des marques qui prennent des spots télés et qui les mettent sur facebook ou YouTube. Il faut une version adaptée. La télévision a encore sa place et le digital est un complément. La télévision devient à la demande payante.

Les consommateurs se axent plus sur les marques que les produits : ils se sentent valorisés. La publicité est devenue de plus en plus une expérience où le consommateur est au centre de l’action plutôt que de l’attirer par des messages publicitaires. On passe de la masse vers le message « fait sur mesure». Les jeunes publient aussi : ils dénigrent une marque avec une parodie, ils peuvent la flatter, c’est une force et une menace.

Nous avons d’une part des consommateurs changeants, mutants qui agissent, demandent, exigent, et d’autre part, la consommation n’est plus une question d’attributs de produit (bons, fiables), on choisit les marques pour l’histoire qu’elles racontent. Elles deviennent un contenu, une personnalité et un positionnement. Soit, elles sont adoptées ou rejetées en fonction du degré de connaissance de la cible. Les jeunes consomment les médias digitaux en premier (tablettes, mobiles).

La télévision a 95 % de pénétration en Algérie avec un monopole des chaînes étatiques avec un début d’ouverture vers les chaînes privées et étrangères, c’est les grands shows qui attirent le public (audience standardisée). Le frein principal est l’absence d’études d’audiences, c’est basé jusque-là sur le déclaratif, c’est de l’estimatif.

Des parts d’audiences migrent des chaînes panarabes vers des chaînes locales (34 %). Les perdants sont les chaînes francophones qui ont de moins en moins d’audience. Les réseaux sociaux ont de plus en plus d’importance : les investissements sur ce média ont été multipliés par 20 en 10 ans.

L’investissement publicitaire destiné au digital ne dépasse pas les 5% en Algérie, mais cela va aller vite avec la 3G et la 4G. L’Algérien consomme la télévision (premier média) avec 90%, le digital avec ses différents supports avec 37%, la presse avec 25% et la radio avec 22% seulement. Malgré ces statistiques, les experts persistent à dire qu’on ne connaît pas le consommateur algérien. Et pour combler ce vide, l’OMD lancera sa propre étude, fin février, pour une meilleure connaissance des consommateurs.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La montée en puissance du digital
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair