formats

«La majorité des importations ne répond pas aux exigences»

Publié le 26/03/2018, par dans Non classé.

La majorité des marchandises importées entre 2016 et 2017 ne répondait pas aux critères exigés.»
C’est ce qu’a indiqué, hier à l’APN, le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, lors de la présentation du projet modifiant et complétant la loi n°09-09 relative à la protection du consommateur et la répression de la fraude. Selon le journal électronique Algérie1, qui donne l’information, le ministre a expliqué que « c’est sur la base de ce constat de non-conformité que ces produits ont été versés provisoirement dans la liste noire».

Contacté, le président de l’Association de défense des droits des consommateurs, le Dr Mustapha Zebdi, explique que la non-conformité de ces marchandises ne concerne pas l’aspect sécurité alimentaire ou industriel, mais plutôt l’information devant être obligatoirement affichée sur le produit importé. « Effectivement, nous avons constaté de multiples infractions en matière d’étiquetage sur plusieurs types de marchandises, notamment les produits alimentaires, dont les informations nécessaires aux consommateurs ne sont pas correctement affichées, comme l’exige la réglementation.» La répression de ce genre d’infraction n’étant pas sévère, l’importateur de marchandises non conformes peut tout de même l’écouler sur le marché en s’acquittant tout simplement d’une amende symbolique.

Quant aux aspects liés à la sécurité des marchandises, le même responsable affirme que l’Algérie ne dispose pas, à ce jour, de véritables laboratoires accrédités en mesure d’effectuer des analyses compositionnelles, qui concernent la composition du produit. « Nous sommes réellement très en retard en matière de contrôle de qualité, en ce sens que le peu de laboratoires qui existent ne sont pas accrédités par les organismes internationaux et n’assurent que les analyses basiques», précise le Dr Zebdi.

Rappelons que dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires régissant la protection des consommateurs et la qualité des marchandises, le gouvernement a introduit récemment une nouvelle mesure exigeant aux importateurs de justifier, au moment de la domiciliation bancaire, d’un document officiel établi par une autorité dûment habilitée dans le pays exportateur et/ou d’origine attestant que les marchandises concernées sont effectivement et librement commercialisées sur son territoire.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «La majorité des importations ne répond pas aux exigences»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair