formats

«La Kabylie est prête pour un parlement local»

Publié le 23/04/2017, par dans Non classé.

La marche à laquelle a appelé le RCD, à l’occasion du 37e anniversaire du Printemps berbère, a drainé des milliers de personnes qui ont battu le pavé, hier, dans la ville de Tizi Ouzou.
Il était 10h30 quand les premiers carrés commençaient à se constituer devant le portail principal du campus universitaire de Hasnaoua. De jeunes militants préparaient le décor de la manifestation. Des banderoles sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, « Pour un nouveau départ pour la l’Algérie», « Fidélité au combat d’Avril 1980» et « Pour l’officialisation effective de la langue amazighe» étaient déjà préparées et mises en place.

Des groupes de personnes affluaient vers le lieu de la marche où des militants organisaient les carrés. « Rejoignez les carrés. La marche va démarrer dans un petit moment», lançait un organisateur, à l’aide d’un mégaphone. Là, l’ancien leader du RCD, Saïd Sadi arrive. Il ne passera pas inaperçu puisque la foule scandait « Sadi Yella, Yella». Ensuite, c’est l’actuel président du parti qui fera son apparition sous les applaudissements des marcheurs qui criaient « Mohcine Président».

La procession s’ébranle et se dirige vers le centre-ville via l’axe du stade 1er Novembre et la rue longeant le CHU Nedir Mohamed où les marcheurs ont marqué une halte. Au-devant de la foule, les manifestants ont déployé l’emblème national et le drapeau amazigh. Nous avons remarqué, dans la foule, des élus, des cadres du parti, d’anciens parlementaires et maires du RCD.

La marche s’est poursuivie dans un climat pacifique, jusqu’à la place M’Barek Aït Menguellet (ancienne gare routière) pour se terminer par un grand meeting où le président du parti, Mohcine Belabbas, a pris la parole pour rappeler les grands axes du programme électoral du RCD. Il a ainsi déclaré que « depuis la chute des prix du pétrole, le pouvoir panique, car il n’arrive pas à trouver de solutions à la crise que traverse le pays». « Nous avons imposé le débat à l’APN sur le règlement budgétaire. Ce sont nos députés qui ont parlé des scandales de Sonatrach, Khalifa et celui de l’autoroute Est-ouest, avant même la presse. Nous avons demandé des commissions d’enquête sur les événements de Ghardaïa. Nous allons aussi exiger la dissolution des daïras, car elles ne sont que des structures budgétivores. Il faut transférer leurs budgets vers les communes», a-t-il laissé entendre.

Le premier responsable du RCD est également revenu sur le projet de la régionalisation prôné par son parti depuis, a-t-il dit, 1998. « La Kabylie est prête pour un parlement local. La régionalisation est inéluctable. Ce système a déjà fonctionné avec les régions historiques durant la Guerre de Libération nationale», a-t-il déclaré. Le même intervenant a, par ailleurs, estimé qu’il y a beaucoup de signes de désespoir en Algérie. Et pour étayer ses propos, il cite l’exemple des jeunes harraga, les chiffres alarmants du phénomène du suicide et le chômage galopant qui frappe, notamment, la classe juvénile.

M. Belabbas a également plaidé pour la vente des résidences du Club des Pins. « 50 milliards de dinars du budget de l’Etat sont réservés chaque année pour le Club des Pins, lorsque le pauvre citoyen est dans la misère», a-t-il martelé avant d’exhorter la foule à se mobiliser pour aller voter massivement le 4 mai. Yassine Aïssiouene, tête de liste RCD à Tizi Ouzou, a, lui aussi, mis en avant l’importance du scrutin prochain tout en précisant que la participation du RCD « est une résistance pour le pouvoir». Et d’ajouter : « Nous allons faire barrage à l’argent sale. Le pouvoir pousse la Kabylie au boycott, car il a sa clientèle locale.» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «La Kabylie est prête pour un parlement local»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair