formats

La guerre du pétrole monte d’un cran

Publié le 17/12/2015, par dans Non classé.

Le Congrès américain devrait lever complètement, d’ici quelques jours, l’interdiction d’exportation du pétrole américain
qui prévaut depuis 40 ans.
Au plus bas depuis quelques jours, les cours du brut risquent de s’enfoncer un peu plus au cours des prochaines semaines. L’excédent d’offre qui persiste et qui mine le marché depuis près de deux ans risque de s’aggraver avec l’arrivée de nouveaux fournisseurs et de quantités supplémentaires alimentant ainsi la surabondance d’or noir. En effet, les Etats-Unis pourraient très prochainement mettre leur pétrole sur le marché international.

Le Congrès américain devrait lever complètement, d’ici quelques jours, l’interdiction d’exportation du pétrole américain qui prévaut depuis 40 ans. Républicains et démocrates sont arrivés à un accord et ont annoncé, dans la nuit de mardi à hier, un projet de budget 2016 incluant une levée totale de l’interdiction des exportations. Le projet de budget doit être voté aujourd’hui. Il permettra aux majors pétrolières américaines, qui pâtissent de la crise actuelle ayant des suppressions d’emplois dans le secteur, de trouver de nouveaux débouchés.

Cependant, les enjeux de cette levée vont bien au-delà des questions liées au financement du budget et à la création d’emplois, mais vise des objectifs hautement stratégiques. Les congressistes ne s’en cachent pas. Pour les républicains, cette décision peut « aider les alliés est-européens des Etats-Unis, qui aujourd’hui dépendent de la Russie pour leur approvisionnement en énergie». Preuve encore que derrière cette guerre que se livrent les gros producteurs de pétrole, il y a bien plus d’une compétition pour les parts de marché, mais des visées politiques bien distinctes.

Une décision qui peut également être interprétée comme un refus des Etats-Unis de céder face à la guerre des prix menée par les producteurs OPEP depuis plus d’une année et qu’ils comptent aussi aller à la conquête de parts de marché. En effet, le projet a été adopté par la Chambre des représentants au mois d’octobre en attendant son examen au Sénat. L’annonce de l’accord intervient à quelques jours de la décision de l’OPEP de reconduire ses quotas, lesquels sont d’ailleurs dépassés d’au moins 1,5 million de barils/jour (b/j) en termes de production.

L’annonce est aussi simultanée à la décision, mardi, de l’Agence internationale de l’énergie atomique de clore le dossier du nucléaire iranien. Une étape prévue par la feuille de route adoptée en juillet dans le cadre de négociations pour solder le dossier. Celle-ci ouvre la voie à la levée des sanctions dès le printemps. Téhéran affirme déjà pouvoir mettre 500 000 b/j sur le marché dès la levée des sanctions et un million de b/j d’ici fin 2016.

Autant de facteurs qui font d’ores et déjà réagir les marchés. Hier, le baril de brut perdait du terrain après avoir tenté un léger rebond mardi. Cependant, les analystes estiment que la décision du Congrès américain ne changerait pas tellement la donne en ce qui concerne l’offre et la demande, en raison d’abord des travaux pour que les terminaux du golfe du Mexique, conçus pour l’importation, soient adaptés à l’exportation. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La guerre du pétrole monte d’un cran
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair