formats

La diplomatie économique, le nouveau champ d’action des AE

Publié le 26/10/2016, par dans Non classé.

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a présenté les résultats du rapport national sur la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), comme « l’image d’un pays qui se construit et se positionne comme un important partenaire économique», a-t-il dit devant les représentants des chancelleries accréditées.
Cap sur la diplomatie économique», tel est le message que les deux voix du ministère des Affaires étrangères ont distillé lors de la célébration, lundi dernier, de la Journée nationale de la diplomatie et le 71e anniversaire de l’Organisation des Nations unies. Ramtane Lamamra, ministre d’Etat ministre des Affaires étrangères, a présenté les résultats du rapport national sur la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), comme « l’image d’un pays qui se construit et qui se positionne comme un important partenaire économique», dit-il devant les représentants des chancelleries accréditées.

L’Algérie, qui passe par une situation économique délicate, veut mettre à contribution son appareil diplomatique et orienter ses efforts sur l’attraction de nouveaux investissements et projets de partenariat en vue de booster une machine économique handicapée par sa dépendance aux hydrocarbures. Le rapport national portant Objectifs du Millénaire, qui couvre la période 2000-2015, a été présenté comme la fiche technique d’un pays qui a du potentiel et peut aller loin dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

« Le nouveau cadre de coopération stratégique entre le gouvernement algérien et les Nations unies pour 2016-2020 est entré en vigueur. Il se concentre sur quatre axes stratégiques de coopération qui se rapportent à la diversification économique, au développement social, à la bonne gouvernance et à la préservation de l’environnement», explique Eric Overvest, coordinateur résident du Système des Nations unies en Algérie, avant de saluer les « acquis et réalisations de l’Algérie dans le cadre de l’atteinte des huit Objectifs du Millénaire pour le développement bien avant l’échéance». Et de noter que « les ODD incarnent les aspirations des hommes et des femmes du monde entier, qui veulent vivre en paix, en sécurité et dans la dignité sur une planète en bonne santé, sans que personne ne soit laissé pour compte».

M. Lamamra est revenu par ailleurs dans son discours sur l’ONU et la nécessité d’opérer une réforme profonde de son système afin qu’elle s’adapte aux évolutions dans le monde. Et d’ajouter que sept décennies après sa création, il est impératif de revoir la composante du Conseil de sécurité à travers « une juste répartition géographique de ses membres, conformément à la demande africaine exprimée par le Consensus d’Ezulwini».

Le chef de la diplomatie algérienne a noté aussi qu’en dépit de ses efforts, l’ONU n’a pas atteint ses objectifs dans la concrétisation de la paix, la sécurité et la stabilité dans le monde. « L’organisation onusienne est appelée aujourd’hui à poursuivre et à multiplier ses efforts pour trouver un règlement juste et durable aux questions en suspens depuis des dizaines d’années, notamment la Palestine et le Sahara occidental, ainsi qu’aux crises qui secouent la région du Moyen-Orient avec les menaces qu’elles font peser sur la sécurité et la stabilité», insiste le ministre.

Notons que la célébration de la Journée de la diplomatie a été présidée par les deux visages du ministère des Affaires Etrangères, à savoir Ramtane Lamamra et Abdelkader Messahel. En ces temps de disette, voir deux ministres occuper pratiquement les mêmes fonctions est une belle contradiction à la politique d’austérité prônée par le gouvernement. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La diplomatie économique, le nouveau champ d’action des AE
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair