formats

La diaspora algérienne ne décolère pas

Publié le 06/02/2016, par dans Non classé.

La communauté algérienne à l’étranger, basée essentiellement en France, ne décolère pas concernant certaines dispositions du projet de la nouvelle Constitution, notamment dans son article 51.
Portée par de nombreux responsables associatifs, la contestation de notre diaspora est toujours très vive, malgré les assurances de certains responsables politiques dont le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

En plus des quelques conférences-débats sur le sujet organisées à Paris, et un manifeste signé par douze associations franco-algériennes, un meeting populaire est prévu après le vote par le Parlement de la mouture finale de la Constitution en cas du maintien du contenu de l’article 51. « Or, ceci est très prévisible», selon Nabil Mati, président de l’association Trait d’union 93, l’un des signataires dudit manifeste dénonçant une révision constitutionnelle qui exclut « une partie du peuple» et réclamant « l’annulation de la révision de l’article 51 ainsi que les autres articles similaires, qui sont anticonstitutionnels, discriminatoires et injustes».

Notre interlocuteur précise que le meeting devrait se tenir incessamment en Seine-Saint-Denis, au nord de la région parisienne. Pour M. Mati, le texte de la loi suprême du pays, tel présenté par Ahmed Ouyahia, est « une maladresse qui discrimine les millions d’Algériens de différentes générations établis à l’étranger».

Dans ce sillage, Abdelkader Dine, président de la Fédération nationale des associations franco-algériennes (Fnafa), parle d’un article clairement anticonstitutionnel : « L’article 51 de la Constitution énonce que ‘‘l’égalité aux fonctions et emplois au sein de l’Etat est garantie à tous les citoyens, sans autres conditions que celles fixées par la loi » et que ‘‘la nationalité algérienne exclusive est requise pour l’accès aux hautes responsabilités de l’Etat et aux fonctions politiques ».

A mon sens, c’est anticonstitutionnel ; il est en contradiction avec l’article 29 de la Constitution qui dispose que ‘‘les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d’opinion ou de toute autre circonstance personnelle ou sociale ».» M. Dine regrette que l’article en question « exclue tous les binationaux de la sphère décisionnaire et de l’espace politique».

Les deux responsables associatifs partagent le même avis en qualifiant l’article 51 de « dangereux» et qui « divise le peuple». Ils sont aussi d’accord pour dire qu’il ne sert absolument pas l’intérêt général en privant l’Algérie de ses compétences établies à l’étranger et probablement de leur apport financier considérable à l’économie nationale. « Notre communauté à l’étranger est quasiment la deuxième source de devises après les hydrocarbures pour le pays. Nous avons, uniquement en France, près de 66 000 diplômés et cadres algériens.

C’est une opportunité énorme, une grande valeur ajoutée pour notre pays. N’importe quel autre gouvernement aurait tout fait pour la mettre au profit de sa patrie !» a martelé M. Mati, très remonté. Et d’enchaîner sur le même ton : « En France, nous avons eu plusieurs hauts responsables politiques et même des ministres avec une double nationalité franco-algérienne. Cela n’a jamais posé problème à ce niveau. Nos dirigeants étaient contents de les rencontrer en mettant en avant leurs origines algériennes. Or, ils n’acceptent pas que ce soit dans le sens inverse.

C’est quoi cette logique ?» Tout en réaffirmant sa détermination à continuer le combat pour « rétablir l’égalité entre tous les Algériens», le président de Trait d’union 93, lui-même ayant une double nationalité, conclut son cri de colère avec une ironie qui en dit long : « J’ai cinq enfants, je leur dis quoi ? L’Algérie vous accepte pour le foot et pas pour les hautes fonctions d’Etat ! Donc jouez au foot. Comme ça, votre pays acceptera peut-être que vous le serviez un jour !»
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La diaspora algérienne ne décolère pas
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair