formats

La détermination des médecins résidents

Publié le 07/06/2018, par dans Non classé.

Les médecins résidents maintiennent toujours la pression sur les pouvoirs publics, à travers des actions de terrain, pour se faire entendre.
Ainsi, c’est dans le sillage de leur mouvement de protestation entrepris depuis sept mois qu’ils ont organisé, hier, une imposante marche dans la ville de Tizi Ouzou. Il était 11h quand les participants à la marche commençaient à affluer vers la faculté de médecine (ex-biomédical), en face du campus universitaire de Hasnaoua.

Puis, après avoir mis en place le décor de la manifestation, les protestataires ont investi la rue en brandissant des banderoles sur lesquelles ont pouvait lire les principaux mots d’ordre de cette action. « Force, dignité et solidarité», « Résidents en grève», tels étaient, entre autres, les slogans des marcheurs qui scandaient, à gorge déployée : « Nous demandons nos droits légitimes.» La procession s’est ébranlée ensuite vers la montée du stade du 1er Novembre, avec, en tête de cortège, des médecins résidents du CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou, comme l’indiquait une banderole mise en avant, à l’instar de chaque carré où on a remarqué ainsi la présence de marcheurs venus de plusieurs wilayas du pays, comme Béjaïa, Blida, Tlemcen, Oran. On peut également noter une importante présence des médecins résidents d’Alger exerçant notamment aux CHU Zemirli, Nefissa Hamoud (ex-Parnet) et Bab El Oued.

Les protestataires ont observé une halte devant le CHU Nedir Mohamed avant de continuer leur marche vers la placette de l’olivier, en face de l’ancienne gare routière, où les médecins qui ont pris la parole ont réitéré l’exigence de la satisfaction de leurs revendications. Ils ont également dénoncé le mutisme des pouvoirs publics qui, ont-ils martelé, font la sourde oreille aux doléances des protestataires.

Les marcheurs se sont dispersés vers 13h30, dans le calme, tout en menaçant de revenir à la charge et d’entreprendre d’autres actions si rien n’est fait pour répondre favorablement à leurs préoccupations. Ils réclament, entre autres, l’amélioration de leur prise en charge et la révision du service civil. « Nous sommes déterminés à poursuivre notre mouvement jusqu’à la satisfaction de toutes nos revendications.

Nos déplorons le silence des pouvoirs publics devant notre situation», nous a déclaré le Dr Sofiane Benseba, membre du bureau national du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), qui précise que le mouvement se durcit parce qu’il n’y a pas eu, selon lui, d’avancée palpable concernant la satisfaction de leurs doléances. « Nous n’exigeons pas la Lune.

Nous ne demandons que nos droits légitimes alors que la tutelle n’a pas affiché sa disponibilité à répondre favorablement à nos revendications», ajoute un autre protestataire. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La détermination des médecins résidents
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair