formats

La Défense et le Commerce se contredisent

Publié le 31/08/2017, par dans Non classé.

Le parfum mystérieux portant la marque Relax et qui tue après son utilisation n’a pas livré tous ses secrets. Il enflamme actuellement les réseaux sociaux. Deux versions contradictoires de deux institutions sont loin néanmoins de dissiper le trouble et lever le voile sur la réalité de ce parfum.
D’un côté, le ministère de la Défense nationale (MDN) met en garde, dans une correspondance adressée par la direction de la santé militaire de la 1re Région militaire de Blida, contre ce parfum. Selon cet envoi, ce produit est empoisonné et entraîne inévitablement la mort de son utilisateur.

Selon la correspondance, portant le n°8331 et datée du 15 août 2017, le parfum incriminé, singulièrement destiné aux musulmans, a été découvert dans de nombreux pays arabes, à l’instar de l’Egypte, de l’Irak, du Koweït, de Bahreïn, du Liban et du Soudan. L’analyse chimique du produit a démontré que les effets de ce parfum « ne sont pas immédiats. Ils ne commencent à apparaître qu’après trois ou quatre jours, entraînant inévitablement la mort de son utilisateur».

Par ailleurs, le ministère du Commerce a indiqué que les résultats préliminaires d’une enquête qu’il a diligentée pour vérifier la véracité des informations faisant état de l’existence sur le marché national d’un parfum toxique importé « confirment l’inexistence de ce produit sur le marché algérien».

« Suite aux informations colportées par certaines chaînes de télévision arabes et les réseaux sociaux, faisant état du risque engendré par l’utilisation d’un parfum toxique portant la marque Relax, commercialisé dans plusieurs pays arabes, tels que l’Egypte, le Maroc, le Yémen…, le ministère du Commerce a diligenté une enquête pour vérifier la véracité de ces informations», explique le ministère dans un communiqué. Dans ce cadre, le ministère « informe les citoyens que l’importation des parfums est soumise à une autorisation préalable délivrée par ses services dont aucune n’a été délivrée à cette marque», ajoute le communiqué.

Aussi, les premiers résultats de l’enquête « confirment l’inexistence de ce produit sur le marché national» et invite par la même occasion les citoyens à communiquer aux services de contrôle toute information concernant ce produit. L’enquête diligentée demeure toutefois ouverte et les résultats définitifs seront communiqués en temps opportun.

Dans le même contexte, l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a mis sur sa page Facebook cette déclaration laconique : « Après avoir vérifié la véracité de l’information, on demande à tous les consommateurs d’arrêter d’acheter ce parfum et ceux qui l’ont utilisé ou qui en possède un échantillon doivent cesser de l’utiliser.»

Elle confirme qu’il « n’y a pas eu de décès en Algérie à cause de ce parfum et qu’il s’agit d’une mesure de prudence émise dans d’autres pays arabes et musulmans».
La contrefaçon touche aujourd’hui une grande variété de parfums et de cosmétiques estimée, selon les spécialistes, à environ 40%. Les produits contrefaits, estampillés aux marques internationales, sont principalement vendus sur la voie publique à des prix défiant toute concurrence. De plus, indétectables pour le simple consommateur, ils reproduisent à l’identique le packaging, le numéro de code barre, celui de référence et de certification du produit original à un tarif très inférieur au prix initial.

Pour les dermatologues, la composition des parfums est très complexe et associe d’innombrables substances. Dès que le nombre des composants augmente, le risque d’effets indésirables se multiplie. Des allergies parfois très graves ont déjà été constatées. Les composants peuvent non seulement irriter la peau, mais aussi attaquer l’état de santé général, vu que le parfum pénètre aisément dans l’organisme via la peau. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La Défense et le Commerce se contredisent
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair