formats

La communauté universitaire solidaire

Publié le 15/11/2016, par dans Non classé.

Ils n’étaient pas nombreux, hier, devant le ministère de l’Enseignement supérieur à Alger, mais leur statut d’enseignants et de professeurs universitaires pesait lourdement.
Ils sont venus d’Alger, mais aussi d’El Oued, de Khemis Meliana, de Sétif et d’autres régions du pays, pour prendre part au rassemblement de protestation contre le « licenciement» de trois enseignants de l’Ecole nationale supérieure d’agronomie (Ensa), « pour avoir dénoncé des dysfonctionnements qui gangrènent», disent-ils, leur prestigieuse école.

Brandissant de nombreuses banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Non aux licenciements abusifs des enseignants», « Non aux représailles contre la conscience scientifique et contre les universitaires algériennes», « La tyrannie et la science ne peuvent pas cohabiter», « Liberté académique et égalité des chances des étudiants», « Liberté d’expression, un droit et une responsabilité», les manifestants, majoritairement des professeurs universitaires, ont exprimé leur colère. Parmi eux se trouvaient aussi des membres d’une organisation des droits de l’homme représentée par son président, Mohamed Saadi, et de nombreux étudiants et anciens élèves de l’Ensa.

Tous se disaient « profondément touchés» par le sort réservé aux trois enseignants « frappés par une décision de licenciement».
L’historien Daho Djerbal s’est indigné : « Qui a détruit l’enseignement pour arriver à cette situation où un professeur de 40 ans de carrière est limogé par un directeur d’administration ? Je me sens très solidaire avec un collègue victime de l’arbitraire.» Tout comme lui, le doyen des psychiatres, le professeur Farid Kacha, a tenu les mêmes propos tout en exprimant ses craintes quant à l’avenir de l’université. Le professeur Abdelguerfi a affirmé : « Si je me bats aujourd’hui, c’est pour cette pépinière laissée derrière moi.»

Une délégation du bureau national du Conseil national de l’enseignement supérieur (Cnes) a rejoint le mouvement de protestation. « L’enseignant est une personne morale, nul n’a le droit de le toucher. Nous sommes entièrement solidaires avec vous. Nous n’allons pas nous taire», a lancé Farid Boutaba, représentant du syndicat. Et d’ajouter : « L’Algérie est en guerre contre l’injustice et notre combat s’inscrit dans cette optique. Nous ferons tout pour que les trois collègues soient réhabilités.» Rendez-vous est donné pour d’autres actions de protestation dans les jours à venir.… Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La communauté universitaire solidaire
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair