formats

La chanson Ssendu : Idir face à la famille de l’auteur

Publié le 02/12/2016, par dans Non classé.

Ssendu est l’une des plus belles chansons d’Idir. Aujourd’hui, la famille Yala (Meziane Rachid), propriétaire de la chanson, réclame justice et veut que le chanteur reconnaisse son erreur et déclare que la paternité de Ssendu ne lui revient pas. Enquête.
« Ssendu, ssendu tefkeḍ_d udi d amellal, Ssendu, ssendu akken a neččaṛ abuqal. Ndu ndu ay iɣi fked tawarect n wudi akken i tt-nettmenni» (Baratte, baratte et donne-nous un beurre bien blanc. Baratte, baratte pour qu’on puisse remplir la jarre. Baratte-toi, baratte-toi petit lait et donne-nous un morceau de beurre comme on le souhaite). Rares sont les personnes qui ne connaissent pas cette chanson, ou du moins son refrain. Qui dit Ssendu, dit le chanteur Idir.

Avec une mélodie douce, portée par la belle voix d’Idir, cette chanson est incontestablement connue… même à l’échelle internationale. Mais rares sont les personnes qui savent que cette chanson n’appartient pas à Idir. Les paroles ont été écrites et signées par Meziane Rachid, M’hamed Yala de son vrai nom. Décédé en octobre 2015, sa famille réclame aujourd’hui « justice et les droits d’auteur». Une démarche que Meziane Rachid allait entamer avant sa mort.

Car il a découvert, par un pur hasard, que la chanson qu’il avait écrite n’est pas répertoriée à son nom à la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) en France… 45 ans plus tard. Très confiant de son vivant, Meziane Rachid ne s’imaginait pas que sa chanson répertoriée à l’Office national des droits d’auteur (ONDA) en Algérie à son nom ne l’était pas en France. De 1974, date de l’enregistrement de la chanson en France, jusqu’à 2015, à aucun moment l’auteur de Ssendu n’est parti réclamer ou chercher ses droits d’auteur. « Il n’a jamais été matérialiste. C’était un vrai artiste», confie sa veuve.

En 2015, Meziane Rachid, alors grièvement malade, signe une procuration à son fils pour récupérer les droits d’auteur en France de ladite chanson. Arrivé sur place, la Sacem est catégorique : la chanson est au nom de Hamid Cheriet, nom du chanteur Idir ! Et ce fut la désagréable surprise et l’étonnement de M’hamed Yala et de sa famille. Peu de temps après, le propriétaire de Ssendu décède des suites d’une longue maladie, mais l’affaire reste pendante.

Surprise

Son fils, Saïd Ouali Yala, décide de reprendre les choses en main. Sa première démarche fut de contacter le chanteur Idir. Après plusieurs mois, le fils se retrouve face à Idir. Promesse lui a été faite : « Nous allons ensemble refaire une autre déclaration à la Sacem», avait promis Idir à Saïd Ouali Yala.

C’est-à-dire répertorier et rectifier Ssendu au nom de M’hamed Yala. « A l’époque, le chanteur Idir a essayé de nous convaincre que c’était une boîte d’édition qui était à l’origine de cette situation et les droits d’auteur lui sont versés», explique Saïd Ouali Yala. Faux, dans la mesure où dans le répertoire français, il est écrit noir sur blanc que les paroles et la musique sont de Hamid Cheriet. La famille Yala continue alors ses démarches. Le chanteur Idir ne nie pas, mais ne facilite pas la tâche.

Il n’y a pas eu de nouvelle déclaration ni de rectificatif à la Sacem. La société française explique à Saïd Ouali Yala que la démarche relève du juridique désormais et qu’il faut aussi clairement s’entendre avec le propriétaire actuel, c’est-à-dire Idir pour que les droits d’auteur soient versés avec effet rétroactif depuis les années 1970. En octobre 2015, Idir avait clairement affirmé à Saïd Ouali Yala : « Je suis prêt à faire une nouvelle déclaration, car je ne savais qu’elle était de cette nature.

J’avais signé un contrat d’édition avec le directeur des éditions Oasis pour la musique de Ssendu, et je lui avais dit que le texte était écrit par votre père, à part le refrain qui est de moi. Et j’ai été étonné lorsque j’ai vu la déclaration dans laquelle le nom de votre père était raturé, alors qu’il a été écrit par mes soins et que l’écriture de mon nom sur le dépôt n’est pas de moi.» Contacté, le compositeur-interprète Medjehad Hamid témoigne que jamais Ssendu n’était « un cadeau de Meziane Rachid à Idir».

Il confirme que cette chanson est de Meziane Rachid qui a été « enregistrée à Alger avec un groupe d’artistes, dont lui (Medjahed), Idir, Sid Ali Naït Kaci et Farhat Imazighen Imoula en 1977, sur un disque 33 tours, intitulé Tacumlith». Il dit avoir encore « la bande originale où sont mentionnés tous les détails sur la couverture». Le confident et ami de Meziane Rachid, Medjahed Hamid en l’occurrence, dit avoir eu le privilège de voir et de vérifier le texte original de la chanson composée de 5 couplets. Toute la documentation et les preuves démontrent réellement que Ssendu n’a jamais été à Idir. Aujourd’hui, la famille Yala ne lâche pas prise et compte mandater l’ONDA pour récupérer ses droits et de se charger de l’affaire.

Promesse

Depuis 2015, des démarches ont été entamées par la veuve Yala et son fils à l’ONDA. On a appris que l’Office des droits d’auteur a transmis la fiche internationale à la Sacem. Objectif : comparer les répertoires. L’ONDA est catégorique : « Ssendu est une œuvre musicale enregistrée à l’ONDA au nom de Cheriet Hamid et M’hamed Yala. Ils se partagent les revenus. La musique est d’Idir, alors que les paroles sont de Yala. Cela est inscrit dans le registre international avec une codification internationale.

Malheureusement en France, le chanteur Idir l’a entièrement inscrite à son nom», nous déclare El Houcine-Sami Bencheikh, directeur général de l’ONDA. M. Bencheikh confie qu’il a eu une discussion formelle avec le chanteur Idir et que dernier lui a expliqué qu’il n’avait pas l’intention de voler la chanson, mais seulement de « préserver et protéger l’œuvre en question». Idir, à l’occasion de son passage à Alger il y a au moins une année, affirmait aussi au directeur général de l’ONDA que cela « ne posait pas de problème et qu’il était prêt à rectifier».

Depuis… « rien n’a encore été fait», se désole la famille Yala. L’ONDA affiche son « entière disposition» à assister la famille Yala dans sa Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La chanson Ssendu : Idir face à la famille de l’auteur
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair