formats

«La cause de la femme procède bel et bien de calculs politiques»

Publié le 09/03/2016, par dans Non classé.

Le président du parti Talaie El Houriat (les avant-gardes des libertés), Ali Benflis, estime que la « femme n’est qu’un alibi pour le régime en place».
« Je sais votre indignation lorsque vous réalisez que pour le régime, vous n’êtes qu’un alibi et un moyen pour tenter — autant que faire se peut — d’enjoliver ses tristes performances en matière de droits et de libertés», a-t-il déclaré devant les militantes de son parti à l’occasion de la célébration, hier, de la Journée internationale des droits des femmes. Revenant longuement sur le discours officiel concernant les droits des femmes, l’ancien chef de gouvernement affirme que le même régime « a cru pouvoir détourner cette cause noble» pour en faire seulement « un prétexte et un alibi».

Selon lui, c’est suivant cette logique que « le pouvoir a utilisé cette cause pour couvrir la volonté d’instaurer un pouvoir à vie». « Souvenez-vous avec moi comment, lors de la révision constitutionnelle de 2008, un prétendu souci de prendre en charge la cause de la femme n’a servi que de couverture à l’instauration d’un pouvoir à vie par l’annulation de la limite des deux mandats présidentiels», explique-t-il en référence à la révision de la Constitution de 2008, qui avait pour principal objectif de faire sauter le verrou de la limitation des mandats pour permettre au président Bouteflika de briguer des mandats supplémentaires.

Selon lui, « le prétendu élargissement des droits de la femme n’a servi qu’à masquer une concentration des pouvoirs de l’Exécutif au sein de l’institution présidentielle par l’abolition de la fonction de chef de gouvernement». La consolidation des libertés de la femme mise en avant à l’époque, ajoute-t-il, n’a servi « qu’à consolider un pouvoir personnel, à attenter au peu d’équilibre des pouvoirs qui existait alors et à réduire encore plus les maigres prérogatives parlementaires au profit des pouvoirs présidentiels».

Pour Ali Benflis, le régime a eu recours au même procédé en 2016 pour rester au pouvoir. « Souvenez-vous avec moi comment, lors de la révision constitutionnelle de 2016 qui vient d’être achevée, le régime politique en place a pris prétexte de la même cause des droits humains aux côtés d’autres prétextes tout aussi fallacieux pour détourner le regard des Algériennes et des Algériens des véritables problèmes du pays et poursuivre sa quête éperdue de pérennité et de survie», ajoute-t-il.

En faisant ces rappels, le leader de Talaie El Houriat livre sa conviction concernant la nature du régime et son rapport avec la question de la femme. « Croyez-moi, chez le régime politique en place, la cause de la femme ne procède pas d’un projet politique mais bel et bien de calculs politiques (…). Les droits de la femme ne relèvent pas de convictions politiques mais d’un opportunisme politique. La cause de la femme n’est qu’un objet de décor dans l’espace de désolation que sont devenus les droits de l’homme dans notre pays», soutient-il. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «La cause de la femme procède bel et bien de calculs politiques»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair