formats

La bureaucratie n’est pas une fatalité

Publié le 15/03/2016, par dans Non classé.

Plus de fatalité. Les citoyens ne souffrent plus de la bureaucratie. La décision d’alléger les procédures de délivrance des passeports biométriques et des cartes nationales d’identité et d’en confier la tâche aux APC a été bien accueillie.
Les délais ont été réduits et il est possible au demandeur de suivre en temps réel le cheminement de son dossier grâce à un site lancé par le ministère de l’Intérieur. A Dar El Beïda, les couloirs de la daïra, habituellement grouillants de monde, sont presque vides. Accueillant quotidiennement des centaines de citoyens de toutes les communes de la partie ouest d’Alger, les agents, constamment renfrognés, chôment. Depuis la décentralisation des différents services publics dans les APC, la tension a baissé. Plus de demande d’intervention ni même d’accusation de corruption à l’encontre des agents. « On nous traitait comme des bêtes.

Les préposés au guichet étaient désagréables. Les délais étaient extensibles. J’ai attendu plus de trois mois pour me faire délivrer mon passeport. Là, c’est différent. Finalement, il est facile de ne pas être bureaucrate et de ne pas compliquer la vie des gens», se réjouit un quinquagénaire qui accompagne une parente. Désormais, l’attente pour la délivrance des passeports biométriques ou des cartes d’identité à l’APC de Dar El Beïda ne dépasse pas une semaine. « On reçoit jusqu’à 80 demandes par jour. Il arrive que nos agents récupèrent le passeport déposé dimanche le mardi ou au plus tard jeudi. Nous nous occupons du service des cartes grises.

La confection des permis de conduire, qui nous sera aussi confiée, sera prise en charge avec la même célérité», signale le président de l’APC, Lies Gamgani. Même effort à l’APC d’Alger-Centre, où des salles ont été aménagées pour l’accueil des demandeurs qui jouaient auparavant des coudes dans les locaux exigus de la daïra et de son annexe. Sept agents répartis en trois brigades sont chargés de l’enrôlement (empreintes et photos). « Nous sommes seuls à disposer d’un ‘‘tableau de bord » qui réduit considérablement le temps d’attente.

L’autre avantage c’est que nous disposons d’une équipe pleine d’abnégation qui travaille en continu du matin jusqu’au soir et sans la pause de midi. Nos agents restent jusqu’à 20h pour prendre en charge les bacheliers», précise Abdelhakim Bettache, président de l’APC d’Alger-Centre. La décision de délivrer des cartes d’identité biométriques a mis à rude épreuve les APC.

Disposant de gros moyens, l’APC de Dar El Beïda a mis à la disposition des bacheliers des agents pour récupérer les dossiers dans les trois lycées. « Nous avons 1300 bacheliers répartis dans trois lycées. Nous avons pu récupérer 1200 dossiers. Nous allons en récupérer aujourd’hui (hier, ndlr) 60 autres. Nos agents se rendent dans les lycées pour s’occuper des retardataires. Si les lycéens disposent déjà d’un passeport, il ne leur sera pas demandé de déposer un nouveau dossier pour l’enrôlement», ajoute l’élu, qui explique que la page facebook « régulièrement alimentée par de nouveaux posts» permet d’informer les citoyens. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La bureaucratie n’est pas une fatalité
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair