formats

La BA vole au secours des banques

Publié le 21/09/2016, par dans Non classé.

Le Conseil de la monnaie et du crédit a adopté récemment un nouveau règlement portant sur les opérations d’escompte d’effets publics, de réescompte d’effets privés, d’avances et crédits aux banques et établissements financiers, apprend-on auprès de la Banque d’Algérie (BA).
Complétant celui de février 2015, ce texte vise à « réintroduire les instruments de réescompte en les adaptant à la structure des crédits des portefeuilles des banques et des établissements financiers». En effet, le règlement promulgué en février 2015 avait visé essentiellement les opérations d’escompte d’effets publics, de réescompte d’effets privés, d’avances et crédits aux banques et établissements financiers, adossés à des maturités de court et moyen termes, rappelle la Banque centrale.

Ainsi, il est apparu, au regard de l’encours prépondérant des crédits à long terme dans les portefeuilles des banques (plus de 54% de la structure des financements) que l’impact du spectre de couverture de ce dispositif « était parcellaire et ne couvrait pas l’éventail des engagements bilan du secteur bancaire et financier», observe la Banque d’Algérie dans son exposé des motifs.

De ce fait, le nouveau règlement apporte, par la couverture élargie, « une réponse aux exigences de la dynamisation des financements à l’économie, par la place bancaire et financière, dans le cadre des objectifs prévisionnels du nouveau modèle de croissance», précise la même source. Par la même occasion, « la portion de titres, souscrite par les banques pour leur propre compte, dans le cadre de l’emprunt national pour la croissance économique, est admise au régime de l’escompte sous certaines conditions très particulières».

Pour les crédits à long terme, le concours de la BA, au titre du réescompte de leurs effets représentatifs, « ne saurait excéder une durée totale de cinq ans». Ainsi, la situation actuelle de contraction de la liquidité bancaire, caractérisée par des besoins structurels de refinancement, « rend également nécessaire l’instrumentation de politiques dynamiques en matière de marché monétaire», souligne la Banque d’Algérie. De même, la place bancaire et financière « est appelée à intensifier ses efforts de captation des ressources par une plus grande agressivité commerciale et plus d’innovation et d’attractivité, en matière de produits et de services bancaires».

Pour sa part, la Banque d’Algérie « s’attelle à réhabiliter les instruments de refinancement en renforçant les mécanismes de transmission de la politique monétaire dans le cadre d’une politique prudemment mesurée». Ainsi, l’ensemble des instruments de refinancement des banques et établissements financiers est mis en œuvre sur le marché monétaire et hors marché monétaire (réescompte), et ce, à travers un règlement et trois instructions faisant l’objet de promulgation.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La BA vole au secours des banques
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair