formats

Jean-pierre Chevènement : «Nous sommes en présence d’une perspective effrayante»

Publié le 19/05/2016, par dans Non classé.

C’est un tableau effrayant que dresse l’ancien ministre de la Défense français, Jean-Pierre Chevènement, de la région du Moyen-orient.
Le « Che» français, qui animait une conférence à l’Institut français d’Alger, avant-hier, sur le thème « Enjeux de sécurité dans le bassin méditerranéen et au Moyen-Orient», estime que le bassin méditerranéen est en passe de « redevenir le carrefour stratégique du monde en raison d’abord de la concentration des ressources, mais aussi pour les conflits qui agitent la région». S’appuyant sur une rétrospective des moments forts qui ont remodelé la géopolitique de la région et qui déterminent les événements d’aujourd’hui, M. Chevènement retient quatre dates importantes.

D’abord l’année 1979, qui a vu l’arrivée au pouvoir de Khomeiny en Iran, l’invasion de l’Afghanistan par l’armée soviétique et la montée du fondamentalisme. Vient ensuite la première guerre du Golfe qui « marque la fin de la guerre froide dont le Monde arabe était l’otage». A l’époque, Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Défense sous la présidence Mitterrand, avait démissionné de son poste pour son opposition à l’intervention militaire occidentale. En 2003, « Bush junior finit d’achever le travail engagé par Bush père.

En détruisant l’Irak, les Américains n’avaient pas anticipé sur les conséquences et cela allait renforcer l’Iran qui s’offre la région», analyse le conférencier. Arrive enfin le Printemps arabe qui propulse des pays comme la Libye et la Syrie dans l’enfer. « Au face-à-face sanglant entre la régime et la rébellion s’adosse une guerre par procuration menée par la Turquie, ce qui va brouiller le jeu dans la région avec son lot de victimes et de millions de réfugiés.

En arrière-plan, se profile le conflit chiites-sunnites avec une Arabie Saoudite qui se sent de plus en plus fragilisée avec le retour de l’Iran dans le jeu régional», observe Jean-Pierre Chevènement. Il estime qu’à la faveur des problèmes multiformes qui écrasent la région que « l’univers est en présence d’une perspective effrayante et que les Etats contrôlent de moins en moins les choses dans un monde chaotique». Que faire pour « reprendre le contrôle», s’interroge Jean-Pierre Chevènement, qui milite sans relâche pour un règlement pacifique des crises. L’ancien sénateur français plaide pour « une gouvernance mondiale et pour reprendre le contrôle».

Rappelant son double rejet des thèses de « la fin de l’histoire» de Francis Fukuyama et du « clash des civilisations» de Samuel Huntington, le président de l’Association France-Algérie défend les vertus du dialogue : « Il faut favoriser le dialogue et l’entente. L’intégrité territoriale des Etats doit être préservée, sinon c’est ouvrir la boîte de Pandore. Il faut tout faire pour éviter le clash des civilisations et fédérer les forces modérées.

De toute évidence, le terrorisme n’est pas une civilisation.» Effleurant furtivement le conflit du Proche-Orient, J.-P. Chevènement ne se fait pas prier pour accuser Washington : « C’est un scandale. Les Etats-Unis ne souhaitent pas l’application des résolutions de l’ONU. La France, depuis De Gaulle, a joué un rôle positif et en ce moment, Ayrault tente, à l’occasion de sa visite dans la région, de relancer les choses.» Et d’ajouter que « la mort de Yitzhak Rabin a porté un coup dur aux Accords d’Oslo». Il n’en dira pas plus.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Jean-pierre Chevènement : «Nous sommes en présence d’une perspective effrayante»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair