formats

Intempéries, isolement et failles

Publié le 20/01/2017, par dans Non classé.

Une vague exceptionnelle de froid et de chutes de neige, pour lesquelles il n’y a pas eu de mise en place de moyens adéquats. Point sur la situation dans les régions sinistrées. Où se situent les défaillances ?
Encore du froid et encore de la neige. Tlemcen, Naâma, Sidi Bel Abbès, El Bayadh, Tiaret, Saïda, nord de Laghouat, Djelfa, Médéa, Bouira, Sétif, Bordj Bou Arréridj et Tizi Ouzou sont encore concernées par le bulletin météo spécial émis par Météo Algérie, valable jusqu’à dimanche.

C’est particulièrement les reliefs de l’ouest et du centre du pays à partir de 600-700 mètres d’altitude et de 800 à 900 pour les régions est qui seront enneigées. Une vague de froid et des chutes de neige « exceptionnelles», mais insuffisamment annoncées au préalable pour que les collectivités locales et d’autres éléments d’intervention prennent leurs dispositions. Une vague de froid qui a mis à nu des défaillances et manquements de certaines mairies.

A Adekar, qui est à 1000 mètres d’altitude, comment se fait-il, s’interroge l’élu Foudil Chalane, que cette commune dispose de moins de moyens de déneigement qu’Aokas ou El Kseur. Il explique : « Des communes qui enregistrent rarement des chutes de neige sont mieux dotées que nous, où la neige est au rendez-vous annuellement». Aujourd’hui, la situation est claire, plusieurs raisons font que des régions entières sont isolées et leurs populations lancent des SOS.

D’abord, les BMS ne sont malheureusement pas pris en considération. Même si Sonelgaz et Naftal affirment le contraire avec un dispositif mis en place le jour où Météo Algérie annonçait son premier BMS, les collectivités locales, à l’imagee d’Adekar, n’ont pas jugé utile de mettre en place une cellule de crise. Foudil Chalane témoigne : « La gendarmerie, la police, les gardes forestiers et les chefs de daïra devaient être saisis avant même cette situation et informer la population de ce qui allait se passer. Le BMS n’a pas été pris au sérieux.» Deuxièmement, il y a la question des moyens.

Spécificités

Les spécificités des régions sont rarement prises en considération pour doter les APC de moyens de déneigement. Des communes de la vallée sont mieux dotées que des communes montagneuses. Et si le matériel existe, certaines APC ne prennent pas la peine de réparer les engins en panne. Le cas aussi d’Adakar, toujours selon M. Chalane. « Vient ensuite la collaboration des autres éléments sur place. Si les moyens mis en place ne suffissent pas, les APC ont fait appel à des entrepreneurs privés pour intervenir», affirme le même élu.

Mais ces derniers, majoritairement des bénéficiaires de l’Ansej, craignent pour leur matériel. Autre détail important, les opérations de déneigement ne se font pas à temps. Autrement dit, il ne faut pas laisser la neige atteindre un seuil important pour ne pas compliquer l’opération de la déneigeuse. En attendant de remédier définitivement à ce genre d’isolement, hier à Tizi Ouzou, et sans aucune surprise, des milliers de foyers étaient toujours sans électricité. La pression sur le gaz butane se fait ressentir aussi. Plusieurs voies de communication ont été obstruées par la neige, où les agents communaux sont à l’œuvre pour assurer des opérations de déneigement.

Les localités les plus touchées sont celles perchées sur les montagnes. Le problème des perturbations dans le réseau d’électricité demeure toujours dans six communes. Mohamed Klalèche, président de l’APW, nous a confié, hier, que des milliers de foyers sont dans le noir. « Les services de Sonelgaz n’ont pas pris leurs précautions d’intervenir avant la fermeture des accès. C’est pour cela que pratiquement toutes les communes de la wilaya ont été touchées par les perturbations du réseau électrique. En 2012, les agents de Sonelgaz étaient pris en charge par les communes, surtout là où l’accès est difficile, pour intervenir sur place.

Chose qui n’a pas été faite cette année», explique le même responsable qui ajoute que plusieurs communes sont toujours isolées, comme Bounouh, Agouni Gueghrane, Illoula Oumalou, Bouzeguène où les moyens des mairies ont été mobilisés pour ouvrir les principaux axes routiers. M. Klalèche nous a confié également que l’APW a débloqué une enveloppe budgétaire pour la prise en charge des SDF et des migrants africains qui subissent des conditions intenables en cette période de froid glacial.

Electricité

Par ailleurs, même si les engins des services communaux ont réussi à ouvrir les routes, la veille, dans certaines communes, les importantes quantités de la poudreuse qui n’a cessé de tomber durant la nuit de mercredi à jeudi ont obstrué de nouveau les voies de communication. Ainsi, l’accès devient quasiment impossible même vers les communes du littoral puisque la route est bloquée à Aghribs et au niveau du lieudit La Crête, entre Makouda et Tigzirt, où les citoyens ont également passé la nuit à la chandelle en raison des coupures d’électricité.

Les écoles étaient également fermées dans pratiquement tout le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou. La direction de Sonelgaz de Tizi Ouzou tente de maîtriser la situation : « Le nombre de communes touchées par la rupture de l’alimentation électrique a baissé à huit dans la matinée d’hier jeudi, alors qu’il était de 33 cas mercredi», selon la chargé de communication de l’unité de distribution de Sonelgaz.

Les interventions des équipes de l’entreprise, appuyées par les entreprises sous-traitantes, lancées mercredi, ont permis de rétablir le courant dans 25 communes de la wilaya, a précisé Salima Chennoub, responsable à Sonelgaz. Le problème persiste encore dans les communes d’Aït Chafaâ et Akerrou, touchées dans leur totalité par la coupure d’électricité, suite à la chute d’un support dans un ravin difficile d’accès aux équipes d’intervention. Les cinq autres municipalités connaissent des ruptures partielles au niveau de quelques villages.

Le travail des agents de Sonelgaz s’est poursuivi dans la journée d’hier pour réparer la totalité des pannes signalées sur le réseau électrique et rétablir l’alimentation en énergie dans les meilleurs délais, a-t-elle rassuré, affirmant que le plan d’urgence, déclenché dans le cadre des intempéries, reste en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Dans les autres régions également touchées par les coupure d’électricité, Sonelgaz, qui dit avoir déclenché son plan d’urgence au premier BMS, pointe du doigt certaines communes, Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Intempéries, isolement et failles
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair