formats

In Salah : les dessous de l’attaque de la base de Kherchba

Publié le 19/03/2016, par dans Non classé.

Info El Watan. Le cerveau de l’attaque de la base gazière de Khrechba, vendredi matin, s’appelle Abou Mohamed el-Tergui, de son vrai nom Salam Ghinan. Selon des sources militaires, ce djihadiste algéro-malien, né à Kidal en 1984, appartient à la katiba el-Fourkane.
Cette katiba, dirigée par l’émir Talha al-Ansari appelé aussi Talha al-Libi, est dans les faits, sous le commandementde son ex-chef, Djamel Okacha, alias Yahia Abou al-Hammam, nouvel homme fort d’Aqmi dans sa branche  » Sahara-Afrique ». AQMI a revendiqué l’attaque le soir-même dans un premier communiqué où était mentionné sa cible : la compagnie britannique BP,  » dont se servent les croisés pour piller nos ressources dans la zone d’In Salah ».

Que sait-on du groupe d’assaillants ? Selon des sources sécuritaires, leur nombre est estimé à six et il s’agit pour l’essentiel de Mauritaniens.  » Nous savions qu’une attaque se tramait car des écoutes téléphoniques à Bord Badji Mokhtar nous ont indiqué qu’Abou Mohamed el-Tergui, localisé jusque là au Mali, du côté de Tombouctou, le fief de la katiba el-Fourkane, était passé en Algérie »,précise un cadre des renseignements de l’armée. Mais son rôle dans l’opération n’est pour l’instant pas clair. On ne sait pas s’il a participé ou s’il a simplement servi de guide.

Reste que le groupe a réussi à parcourir 1000 kilomètres en Algérie sans se faire repérer. » Ils ont emprunté des pistes sahariennes. Ils n’ont pas pu passer par les grand axes car nous avions renforcé le dispositif de sécurité dans tout le sud », poursuit notre source. En particulier sur les axes routiers, la RN1 reliant In Salah à Ménéa et la RN51 reliant Adrar à Ménéa.  » Nous avons également modifié la sécurité aux abords des base. Nous changions les plans toutes les 72 heures. C’est la raison pour laquelle les terroristes n’ont pas pu approcher la base comme ils l’avaient prévu car une patrouille était là. Ils ont donc été obligés de tirer de plus loin, et donc, de rater leur cible. »

Le dernier communiqué d’AQMI, publié ce samedi sur le compte Twitter d’Al-Andalus, canal de communication de l’organisation, donne sa version des faits. Selon les djihadistes, les deux roquettes qui ont été tirées  » n’étaient pas armées » et ne devaient servir que  » d’avertissement ». Ils affirmaient hier aussi détenir les enregistrements des appels téléphoniques passé à BP et Statoil avant l’attaque pour leur demander  » d’évacuer les travailleurs ».

L’attaque, qui n’a pas fait de victimes, visait le troisième plus grand champ de gaz en Algérie. Plus de 2000 militaires, des 4e et 5e régions militaires, ont été mobilisés avec des hélicoptères et des blindés pour retrouver les terroristes qui ont pris la fuite dans le désert.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé In Salah : les dessous de l’attaque de la base de Kherchba
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair