formats

«Il y a eu dilapidation naïve des actifs publics»

Publié le 21/01/2016, par dans Non classé.

– Le gouvernement s’apprête à opérer de nouvelles privatisations. Quel bilan peut-on faire des privatisations passées, ont-elles permis de redresser les entreprises cédées au privé, qu’il soit national ou étranger ?

Nous avons déjà parlé d’un premier bilan fort négatif des privatisations en 2013 et nous avons signalé alors que c’était une dilapidation naïve des actifs des entreprises publiques avec un bilan devises des plus négatifs pour notre économie. Au-delà des pertes fiscales et des pertes d’emplois, il y a lieu de noter que les investissements d’extension ou d’amélioration de l’intégration locale ont rarement eu lieu.
Si nous nous en tenons aux opérations les plus significatives, les résultats des privatisations du complexe sidérurgique d’El Hadjar ou de la CNAN sont un désastre économique.

Déficits cumulés à El Hadjar, perte de production, absence des investissements promis et réduction des effectifs, mauvaise gestion sociale ; ce qui a amené le partenaire étranger à se retirer en vendant ses parts au dinar symbolique après avoir grassement profité du marché local en y écoulant ses productions d’outre-mer et en récupérant les produits de la vente des stocks laissés par Sider, qui s’élevaient à plusieurs centaines de millions de dollars. Pour la CNAN, les navires ont été liquidés et plus de 40% du trafic maritime assuré par la flotte locale sont passés en 2015 à moins de 3% ; ce qui entraîne une sortie massive de ressources en devises pour le transport maritime et une perte sèche d’emplois et de compétences.

Aucune entreprise étrangère ne peut se prévaloir d’un quelconque redressement significatif de l’entreprise acquise car celle-ci étant initialement — à l’image des complexes acquis par Henkel ou par Linde pour les gaz industriels bien gérés et bénéficiaires — les transferts de dividendes opérés sont devenus une perte nette en devises.

Il est entendu que l’Etat actionnaire comme l’Etat puissance publique ne se sont pas dotés des instruments et moyens de suivi de l’application des engagements des repreneurs des entreprises publiques.Le dogmatisme comme l’affairisme ont prévalu. Il est difficile de citer un exemple réussi et gagnant-gagnant pour les deux parties dans les privatisations opérées dans notre pays.

– Le ministre des Finances a estimé que les privatisations ne toucheront pas les entreprises stratégiques. Existe-t-il, juridiquement parlant, un champ incluant les entreprises définies comme stratégiques ? Le ministre est-il en position d’avancer de telles garanties ?

Les experts en droit se sont exprimés dernièrement et disent que rien n’empêche selon la littérature juridique actuelle la privatisation de toute entreprise économique à capitaux publics. En fait et cela existe sous toutes les latitudes, la définition de l’entreprise stratégique est aléatoire et variable selon les pays et la nature des enjeux économiques et/ou politiques .Une entreprise peut être stratégique mais appartenir totalement à des investisseurs privés.

L’engagement d’un ministre ou d’un gouvernement reste une promesse politique que les aléas de la conjoncture politico-économique peuvent remettre en cause à tout moment. Il s’agit donc en fait de bonne gouvernance seule garante de la viabilité d’une entreprise stratégique ou non. Un gouvernement ne saurait subventionner indéfiniment une entreprise parce qu’elle exercerait partiellement ou totalement une mission de service public ou autre considérée comme stratégique ; tôt ou tard, les règles de l’orthodoxie économique reprendraient leurs droits.

– Le ministre explique aussi que l’opération ne touchera que les entreprises déficitaires. Quelles sont ces entreprises ? Les privatisations leur apporteront-elles quelque chose ?

Pourquoi voudriez-vous qu’un investisseur s’intéresse à une entreprise déficitaire ? Si l’entreprise est structurellement déficitaire, seule une restructuration économique ou un vigoureux plan de redressement pourrait la rendre attractive pour tout investisseur potentiel. Il est donc fort probable que cela ne soit que le paravent d’une vaste vente d’actifs déclarés insolvables, donc à céder au dinar symbolique, le repreneur s’engageant à maintenir l’activité, l’emploi et la production.

Les privatisations passées ont montré le peu d’outils dont disposaient légalement les entreprises cédantes pour le respect des engagements pris par les nouveaux acquéreurs des entreprises publiques privatisées. Est-ce que les nouveaux groupes industriels, dotés pourtant de larges prérogatives en termes d’autonomie de gestion, pourront contrôler les engagements contractuels auxquels auront souscrits les nouveaux acquéreurs des actifs industriels ?

Une autre question à laquelle on ne semble pas s’intéresser : pourquoi certains gestionnaires d’entreprises publiques manifestent un faible empressement à rétablir les équilibres des actifs qui leur sont confiés ? Ou, autrement dit, pourquoi faire des efforts pour rendre une entreprise viable et bénéficiaire pour qu’elle soit cédée à des investisseurs privés bénéficiant de la sollicitude des gouvernants ? Un équilibre doit être établi en la matière. Il s’agit d’intéresser les gestionnaires et les collectifs de travailleurs à l’accès au capital de leur entreprise par la rémunération en cas de bons résultats en stock-options ou en parts de capital. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Il y a eu dilapidation naïve des actifs publics»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair