formats

«Il y a des projets qu’on ne doit pas différer»

Publié le 16/04/2017, par dans Non classé.

Lors du meeting électoral qu’il a animé hier à la Maison de la culture de Mila, le secrétaire général du RND a appelé les militantes de son parti à s’inspirer des méthodes utilisées par le FIS pour sensibiliser les femmes analphabètes.
Dans ce sens, il rappelle que le parti dissous, lors des élections législatives de 1991, avait utilisé une ruse qui avait bien fonctionné, en demandant aux filles universitaires du RND de s’en inspirer. « Vous savez, les militantes du FIS, en faisant du porte à porte, avaient écrit, au henné, le numéro de leur parti dans la paume de la main des femmes qui ne savaient pas lire les chiffres en leur expliquant de bien vérifier, avant de placer le bulletin de vote dans l’enveloppe, que le numéro de celui-ci ressemble à la forme du dessin tracé au henné. Alors le RND compte sur vous pour la sensibilisation de nos mères analphabètes.» Le stratagème utilisé par le FIS fut, pour rappel, décrypté en son temps comme une forme de fraude électorale.

En parlant économie, le locuteur a plaidé la réduction significative des importations afin de promouvoir le produit local, en mettant en garde contre toute tentative de recours à l’endettement extérieur. « On ne veut plus revivre la période des années 1990, où les bailleurs de fonds étrangers nous dictaient notre politique.»

Par ailleurs, tout en défendant le principe de rationalisation des dépenses publiques, Ouyahia n’a pas manqué de critiquer cette politique comme elle est pratiquée par le gouvernement. « Si on peut tolérer le gel du projet d’un stade de proximité, on n’accepte pas, en revanche, qu’un projet d’hôpital ou d’école soit gelé. Le gouvernement doit savoir qu’il y a des projets qu’on ne doit pas différer.»
En matière de développement local, le secrétaire général du RND défend l’idée de création d’un fonds pour les wilayas montagneuses, à l’instar de celui créé en 1999 pour les wilayas du Sud. « Les régions montagneuses du Nord abritent des millions de citoyens. Pourquoi ne pas créer un fonds spécial pour leur développement, comme on l’a fait pour les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux.»
Il promet, par ailleurs, d’instituer une bourse scolaire trimestrielle au profit des élèves pauvres et de généraliser le transport scolaire, si sa formation venait à avoir la majorité dans la future Chambre.

Ouyahia a partagé avec son auditoire de nombreuses idées relatives à la résorption de la crise de logement. « On doit instituer une aide publique au loyer, qui profitera aux citoyens locataires chez des particuliers. La pratique est courante dans beaucoup de pays de par le monde. Et les aides étatiques au logement rural doivent s’ouvrir aux jeunes célibataires. Ceux-ci ont le droit d’accéder à ces aides pour qu’ils puissent fonder un foyer et s’installer dans leur milieu d’origine», conclut-il. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Il y a des projets qu’on ne doit pas différer»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair