formats

Il y a de fausses solutions pour de vrais problèmes

Publié le 04/08/2017, par dans Non classé.

Une femme enceinte décède à Djelfa. Des maternités saturées…Vous pointez de doigt l’obligation du service civil. Pourquoi ?

D’abord, pour moi, le service civil est anticonstitutionnel. Il faut savoir qu’il a été instauré par l’Etat algérien en 1984 pour tous les universitaires, toutes spécialités confondues.

En 1990, il a été abrogé. Il a été repris en 2000 pour uniquement les praticiens spécialistes. C’est pour cette raison que je le dénonce. Et ce qui est plus grave au sein même du secteur de la santé, les autres universitaires, à savoir le paramédical, les médecins généralistes, les spécialistes des CHU, les gestionnaires… tout ce joli monde n’a pas de service civil.

En dehors de la santé, c’est encore pire, car personne ne fait le service civil. Ensuite, tout le monde s’accorde à dire que le service civil est une fausse solution pour un véritable problème. Le problème, c’est la prise en charge spécialisée de qualité de tous les citoyens algériens sur tout le territoire national. Et la solution n’est pas du tout dans l’obligation du service civil qui, au contraire, devient une mesure répressive. Maintenant, pour le problème de Djelfa, nous avons tendance à aborder le problème des spécialistes.

Il faut savoir que le secteur privé a l’obligation du service public. C’est-à-dire que le secteur privé doit être complémentaire du public. Autrement dit, lorsqu’on donne l’autorisation à une clinique ou un cabinet d’ouvrir, il a l’obligation d’aider le secteur public quand ce dernier a besoin, car il est sous la tutelle du ministère de la Santé. Leurs praticiens doivent obligatoirement aider dans les gardes, les consultations, etc.

Quelle solution proposez-vous ?

Nous avons proposé des mesures incitatives nationales et locales depuis 15 ans déjà. Le ministère de la Santé à certes fait quelques efforts ces dernières années, mais il reste beaucoup à faire. Ces mesures incitatives englobent les conditions de travail. Il ne faut pas, par exemple, envoyer un seul spécialiste dans un hôpital. Il est certain qu’il ne pourra rien faire à lui seul.

Aussi, sur le plan social, il est préférable que des médecins partent à 5 ou 6 en famille. Concernant les mesures locales, il y a bien évidemment le logement de fonction. Mais le wali doit aussi encourager ces spécialistes à rester dans la région en leur offrant par exemple des logements, en dehors des logements de fonction. Il faut aussi faire des efforts sur les billets d’avion.

Et enfin, concernant les mesures nationales, on parle bien sûr de salaires et de primes. Je me pose d’ailleurs la question suivante : pourquoi le salaire d’un ingénieur à Sonatrach qui se rend au Sud est multiplié par x, et qu’on ne fait pas de même pour le spécialiste de santé ? C’est simple, quelqu’un qui part à Tamanrasset, son salaire doit être multiplié au moins par 3. Idem pour Illizi ou encore Djelfa. Malheureusement, ces mesures incitatives n’ont pas été appliquées. La raison qu’on nous a longtemps répétée : « Nous n’avons pas le feu vert du gouvernement».

Ce qui nous laisse penser que le problème est finalement politique et non technique. La solution est claire : mettre en place des mesures incitatives pour encourager les spécialistes à partir. A ce moment-là, la fameuse mesure répressive deviendra incitative.
Au cours des assises nationales qu’on a faites avec le ministre en 2014, on a voté, à l’unanimité, l’abrogation du service civil qui coûte beaucoup plus cher que les mesures incitatives qu’on a proposées.

Qu’en est-il des structures de santé qui enregistrent un manque flagrant de matériel ?

Ces dernières années, on ne peut pas parler d’un manque de matériel. En effet, des efforts gigantesques été faits en termes d’équipements. Autant je suis d’accord en ce qui concerne le manque en ressources humaines, autant je ne le suis pas par rapport au manque de matériel. Certains hôpitaux qui manquent de spécialistes sont mieux équipés que certains hôpitaux du Nord. …
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Il y a de fausses solutions pour de vrais problèmes
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair