formats

Il n’y a en réalité ni modernisation ni amélioration des prisons

Publié le 13/05/2016, par dans Non classé.

– L’Etat se félicite aujourd’hui de la réussite de son projet de réforme du secteur pénitentiaire engagé depuis octobre 2009. Qu’en pensez-vous ?

Il est vrai que l’Etat a construit de nouvelles prisons depuis quelques années, mais elles sont loin de répondre aux normes internationales comme le dit le ministre de la Justice. Nous suivons depuis un moment les détenus de deux prisons différentes, El Menia, nouvellement construite, et Ghardaïa, la plus ancienne de la wilaya, où nous avons relevé plusieurs atteintes aux droits des prisonniers.

– De quelles atteintes parlez-vous ?

La prison Ghardaïa est tellement surchargée qu’elle est devenue insupportable pour les détenus. Plusieurs d’entre eux dorment par terre. Certains ne partagent qu’un carrelage et demi par personne. Les prisonniers mangent et font leur toilette sur place. Les non fumeurs sont devenus des fumeurs passifs. Pire, nous avons été informés par les prisonniers de l’existence d’une pratique sexuelle grave. Du côté d’El Menia, nous trouvons beaucoup de difficultés à communiquer avec les détenus. Ils nous font attendre parfois plus d’une heure, sous prétexte que les détenus sont logés loin des salles d’avocats.

Sur 15 détenus que j’ai rencontrés la semaine dernière, 14 étaient malades. Cette prison ne dispose que d’un dentiste. Les détenus qui ont subi des opérations chirurgicales n’ont même pas bénéficié d’une convalescence, comme c’était cas de Nacer Mohammed, qui a subi deux opérations avant son arrestation, dont l’une à cœur ouvert. Il risque aujourd’hui des complications très graves. Bref, nous risquons de connaître d’autres victimes comme ce fut le cas de Afari Baouchiet de Aïssa Bencheikh, abandonnés en prison sans couverture médicale, jusqu’à leur mort.

– Les prisonniers disent que l’administration ne les tient pas au courant de leurs droits.

C’est exactement ce que me disent les prisonniers. Selon eux, l’administration ne leur explique pas leurs droits. Celle d’El Menia exige aux prisonniers de ne recevoir que des vêtements neufs. Sur quelle base a-t-elle pris cette décision ? Que font les pauvres dans ce cas ? Il faut savoir aussi qu’il est interdit aux avocats de rendre visite aux détenus pendant les week-ends. J’ai moi-même souffert de cette mesure à Ghardaïa et El Menia. J’ai rencontré le directeur de cette prison qui a justifié sa décision par le règlement intérieur qu’il ne m’a jamais montré.

Une consoeur a été même empêchée de rendre visite à Kamel Eddine Fekhar pendant le week-end. Tout cela démontre qu’il n’y en réalité ni modernisation ni amélioration des prisons. Bien au contraire, il y a détérioration des conditions de détention qui sont devenues inhumaines dans certains cas. La violation des lois commence par les juges d’instruction et les chambres d’accusation qui continuent à abuser de leur pouvoir en portant ainsi atteinte aux droits humains.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Il n’y a en réalité ni modernisation ni amélioration des prisons
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair