formats

Hommage

Publié le 17/04/2016, par dans Non classé.

Comme tous les journalistes qui ont eu à travailler sous la férule de Naït Mazi, j’ai ressenti les mêmes émotions à l’annonce de sa mort. J’aurais tout fait pour assister à son enterrement et lui témoigner toute ma considération, mais j’ai raté le timing en raison d’une mauvaise circulation de l’information.

C’est donc modestement et en toute humilité que je joins ma parole à celle de tous mes collègues pour faire part de ma tristesse et de ma compassion quant à la disparition de cet homme qui a marqué, à sa manière, l’histoire post-indépendance de la presse nationale. Il incarnait la rigueur journalistique dans toute sa dimension politique et culturelle, en fonction de la réalité du système de l’époque.

Et c’est cette rigueur, apprise sur le tas à son contact, qui a permis l’éclosion d’une multitude de plumes tout aussi talentueuses les unes que les autres.

On ne le dira jamais assez : El Moudjahid a été une grande école de formation pour une presse qui n’avait pourtant pas les conditions idoines pour s’exprimer librement. Organe central de l’Etat et porte-parole officieux du gouvernement, le quotidien, sous la direction de Naït Mazi, avait réussi à se forger un prestige national et international qui a marqué plusieurs générations.

Rigueur, probité, sobriété, l’empreinte du défunt restera comme un label indélébile. Nous avons tous appris de lui quelque chose qui nous a servi pour exercer ce passionnant et noble métier. En le remerciant, nous ne faisons que rendre hommage à sa grandeur, même si nous n’avons pas été, parfois, d’accord avec sa vision et ses méthodes.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair