formats

Grève générale et marche contre l’insécurité

Publié le 10/10/2017, par dans Non classé.

A l’appel de la coordination des comités de villages de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, une grève générale et une marche ont été organisées, hier, au chef-lieu de la daïra pour protester contre l’insécurité qui règne dans la région depuis quelques mois, marquée par plusieurs disparitions et des crimes non élucidés à ce jour.
La marche silencieuse qui a drainé plusieurs milliers de personnes s’est ébranlée depuis le CEM Hamadi, à l’est de la ville, jusqu’au siège de daïra. Un arrêt symbolique a été opéré devant le commissariat de police avec une banderole sur laquelle on pouvait lire « Nous exigeons la vérité» et représentant les photos des trois disparus qui n’ont pas encore été retrouvés à ce jour.

Devant le siège de la daïra, une délégation a été désignée pour remettre une déclaration au premier responsable de l’administration et ressortir aussitôt sans enclencher la moindre discussion. La déclaration succincte mentionne essentiellement l’exigence de sécurité et de protection des citoyens qui est une mission de l’Etat et des services de sécurité.

Lors d’un point de presse à l’issue de la marche, Khelaf Azouaou, porte-parole du village de Tazrouts et membre de la coordination des comités de villages de Bouzeguène a souligné le climat d’insécurité qui règne dans la région : « Nous vivons l’omerta depuis quelques mois, la peur s’est installée avec des crimes et des disparitions de personnes adultes qui n’ont plus donné signe de vie. Nous exigeons la sécurité et c’est à l’Etat de l’assurer», dira-t-il en ajoutant que « Allane Farid, disparu lundi dernier, ne souffre d’aucune infirmité physique, ni déficience mentale et travaille depuis 15 ans à la station service d’Assif Ousserdoun».

En effet, Allane Farid, un homme âgé de 40 ans, ayant convolé en justes noces en août dernier et exerçant comme gardien de nuit à la station service d’Assif Ousserdoun, à cinq kilomètres du chef-lieu de la commune de Bouzeguène, a disparu depuis le 2 octobre dernier. Le lendemain de sa disparition, une plainte a été déposée auprès des services de la sûreté de daïra et du groupement de gendarmerie de Boubehir, dans la daïra de Bouzeguène.

Dès mardi, les services de sécurité associés aux villageois ont entrepris des opérations de recherche en mettant à contribution des chiens renifleurs. Il faut rappeler que Allane Farid est la troisième personne qui disparaît sans donner signe de vie après Mme Amiar Djouhra, dite Djouhra At Youcef, une vieille femme âgée de 90 ans disparue depuis le 11 décembre 2016, et Idjri Ouidir âgé de 68 ans, disparu depuis le 31 août 2017.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Grève générale et marche contre l’insécurité
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair