formats

Ghardaïa : Saadani réveille les «vieux démons»

Publié le 07/10/2016, par dans Non classé.

« Que veut ce Saadani ? Qui est derrière lui et pourquoi ces paroles incendiaires ?» se demande Mustapha, un sociologue bien connu dans la région, qui poursuit : « Aurait-on cherché à raviver la braise qu’on ne se serait pas pris autrement.
C’est surtout le timing choisi pour lancer de si graves accusations qui interpelle. En deux mots, ce monsieur est en train de dire que toutes ces victimes et toutes ces destructions sont l’œuvre des services, c’est-à-dire l’Etat. C’est très grave comme accusations. Celles-ci remettent ainsi en cause tout le travail des services de sécurité et de la justice qui, partant de ce postulat, auraient donc arrêté des innocents et que les coupables sont dans la nature.

Ce sont des paroles qui peuvent engendrer certaines remises en cause des décisions prises à un haut niveau de l’Etat pour restaurer la sécurité et la paix dans cette région meurtrie par tant de massacres et de destructions. Des revendications surfant sur ces déclarations peuvent même être mises à profit par certaines parties qui n’en espéraient tant. Excusez-moi, c’est d’une tragique irresponsabilité.

Pour l’instant, je ne peux en dire plus. Attendons encore un peu pour évaluer les dégâts de ces déclarations au niveau local et même national.» Un des membres de la fameuse délégation qui avait au plus fort des affrontements intercommunautaires rencontré le Premier ministre Abdelmalek Sellal à Alger, et qui a tenu à garder l’anonymat, défend avec conviction et forts arguments l’ex-chef du DRS, Mohamed Mediène dit Tewfik nous dira : « Je ne crois pas du tout aux élucubrations de ce fou du roi qui lance de tels propos sans en mesurer l’impact.

C’est pour moi un inconscient. Je jure devant Dieu que le général Tewfik que nous avions rencontré à l’époque à Alger, dans la plus grande discrétion, n’arrêtait pas de nous supplier de tout faire pour éteindre la fitna. Il nous a promis tous les moyens dont nous aurions besoin ; tout ce qu’il demandait, c’était de conjuguer nos efforts pour arrêter le bain de sang et les destructions. Je n’y crois pas une seule seconde aux déclarations à l’emporte-pièce de ce monsieur qui a dépassé toutes les limites.

Il faut l’interner. Sa place n’est pas au FLN de Boudiaf, de Didouche et de tous les martyrs. Non, sa place est dans un asile psychiatrique.» Pour la vox populi, « il y aurait peut-être un peu de vrai dans ce que déclare Sâadani» ; d’ailleurs, certaines informations, non encore vérifiées, font état de réunions secrètes dans certaines maisons pour analyser ces déclarations et éventuellement répliquer soit « pour demander des enquêtes sur les vrais responsables de ces événements, soit pour remettre à sa place M. Sâadani.» Quoi qu’il en soit, ces déclarations ont fait l’effet d’un séisme au niveau local et des répliques sont à prévoir. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Ghardaïa : Saadani réveille les «vieux démons»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair