formats

FLN : Les opposants à Saadani sont interdits de réunion

Publié le 18/09/2016, par dans Non classé.

La police a empêché, hier, la tenue d’une réunion d’opposants au secrétaire général du FLN, Amar Saadani.
La rencontre devait se tenir au niveau de la permanence parlementaire du sénateur Boualam Djaafar à Alger, mais des agents de sécurité ont bloqué tôt le matin l’accès des lieux aux frondeurs du FLN. Selon les informations recueillies par les responsables de la coordination, les forces de police ont agi sur demande de la wilaya d’Alger. Pour les services de Zoukh, la permanence électorale ne peut être utilisée comme une salle de réunion.

Dans une déclaration à El Watan, Abderrahmane Belayat, coordinateur de la direction unifiée, s’est dit surpris par cette nouvelle action des forces de l’ordre et accuse certaines parties de vouloir torpiller leur soutien au président Bouteflika et au gouvernement. « Qu’est-ce qu’il y a de blâmable à se réunir dans une permanence électorale pour se pencher sur la situation du pays et du parti, s’interroge M. Belayat. Nous ne nous réunissons pas dans une forêt à Tizi Ouzou ou à Zbarbar. Nous le faisons au vu et au su de tout le monde.»

Pour l’ancien membre du bureau politique, ces entraves à l’activité de la coordination n’a aucune chance de réussir à empêcher les militants du parti à réclamer le départ du secrétaire général. « L’intimidation n’a aucune chance de réussir avec nous», avertit le coordinateur de la direction unifiée.

Cette action des forces de l’ordre intervient au moment où l’avenir de Amar Saadani à la tête du FLN est sérieusement compromis. Pour la première fois depuis son élection contestée, le 29 août 2013, à la tête du parti, le secrétaire général doit faire face à une campagne visant à le faire partir, menée par ceux-là mêmes qui l’ont fait élire. Pour celui qui fut longtemps intouchable, plusieurs de ses plus importants soutiens demandent, en privé, son départ. Ainsi, des contacts ont été établis entre des membres du comité central, du bureau politique et des émissaires chargés de l’isoler et l’affaiblir. « La première étape a été lancée», détaille un membre du comité central. Par ailleurs, l’approche des législatives de 2017 a accéléré les manœuvres, au moment où certaines personnalités se verraient bien en tête d’affiche pour mener la bataille de ces élections.

C’est le cas de Abdelmalek Sellal, qui aurait exprimé son désir de mener la liste FLN à Alger. Un Premier ministre qui avait revendiqué du bout des lèvres son appartenance au parti, et refusé son arrivée au comité central, lors du 10e congrès de mai 2015. « Même s’il s’est revendiqué du FLN, Abdelmalek Sellal n’est pas reconnu comme un enfant du parti, explique un ancien ministre. En menant la bataille des législatives, il s’offre une légitimité qui peut lui être utile au moment venu.»

Depuis quelques jours, les nombreux déplacements de Abdelkader Hadjar au Palais du gouvernement font jaser. Ceux qui connaissent la capacité de l’adepte des « coups d’Etat scientifiques», à fomenter les coups bas, sont persuadés que l’ambassadeur d’Algérie à Tunis est en mission pour mener l’opération : « Il faut se séparer du soldat Saadani.» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé FLN : Les opposants à Saadani sont interdits de réunion
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair