formats

Festival national des arts et de la créativité de Constantine: les artisans face au dilemme de la commercialisation de leurs produits

Publié le 19/02/2019, par dans Non classé.
Festival national des arts et de la créativité de Constantine: les artisans face au dilemme de la commercialisation de leurs produits

CONSTANTINE- Les exposants au 11e festival national des arts et de la créativité,  »La main d’or » de Constantine qui se poursuit jusqu’au 20 février au palais de la culture Mohamed Laid El Khalifa,s’accordent à dire que la question de la commercialisation de leurs créations artistiques demeure « une préoccupation majeure ».

Pour beaucoup d’artisans, la commercialisation des produits « manque cruellement de visibilité » et à l’exception de quelques expositions épisodiques, l’artisan peine à vivre de son savoir-faire.

Interrogé par l’APS à ce sujet, le jeune artisan porcelainier venu d’Alger, Hamid Hadri ne s’en cache pas.

‘ Même si je suis arrivé à tisser ma propre clientèle au fil des nombreux événements artistiques auxquels j’ai participé, aujourd’hui j’ai beaucoup de mal à vivre de ma passion malgré tous mes efforts pour préserver un art authentique  ».

 » j’œuvre tant bien que mal de faire découvrir ce legs atavique au plus grand nombre en prenant part à ce genre d’expositions qui a le double mérite de permettre aux artisans de vendre leurs créations et d’offrir aux artistes venus des quatre coins du pays l’opportunité d’échanger des idées et de discuter de leur situation » a-t-il ajouté.

Ce jeune artiste soutient que la solution de ce problème auquel est confronté un nombre incalculable d’artisans nationaux passe inéluctablement par « la relance de l’activité touristique avec pour objectifs de développer et exploiter tout le potentiel économique du secteur ».

L’artisane Taous Tassine qui excelle pour sa part dans l’art de la dinanderie décorative constantinoise avoue :  » je ne possède aucun endroit qui me permette de pratiquer ma profession en toute sérénité » avant de poursuivre » « la survivance de mon travail artistique est malheureusement tributaire de la tenue ou non de salons dédiés à l’artisanat que ça soit à Constantine où bien dans d’autres wilayas ».

Si cette artiste reconnait qu’elle a pu se créer et fidéliser son propre réseau de clients au cours de ses 15 années d’expérience, elle a exprimé le souhait de voir ce genre de manifestations culturelles s’inscrire dans la durée afin que ses pairs puissent écouler leurs produits et travailler davantage à la préservation du patrimoine.

Pour le directeur de la chambre de l’artisanat et des métiers (CAM) de Constantine, Naceredine Arab a déclaré que la chambre déploie « des efforts considérables » pour la préservation de ces métiers intrinsèquement liés à l’identité algérienne à travers la formation et la mise en place d’une batterie de mesures d’accompagnement.

Concernant la question de la commercialisation des produits artisanaux, ce responsable a fait savoir que la CAM œuvre à soutenir les artisans en organisant régulièrement tout au long de l’année des expositions, en plus d’y avoir spécialement consacré un espace à la cité Daksi Abdessselam au profit de près de 65 artisans.

M.Arab a aussi évoqué les galeries de l’artisanat situées rue Abane Ramdane à Constantine expliquant que  »les portes de ces galeries sont ouvertes à tous les artisans qui s’y relaient pour exposer leurs produits pendant tout un mois. »

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Festival national des arts et de la créativité de Constantine: les artisans face au dilemme de la commercialisation de leurs produits
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair