formats

Festival européen à Alger: belle prestation de l’Ensemble hongrois « Source pure »

Publié le 27/05/2019, par dans Non classé.
Festival européen à Alger: belle prestation de l'Ensemble hongrois

ALGER – La scène du 20e Festival culturel européen en Algérie a accueilli, dimanche soir à Alger, l’Ensemble « Source pure », qui a ravivé devant un public relativement nombreux, chants et danses du patrimoine ancestral hongrois.

Présent à l’avant dernier soir du festival, l’Ensemble hongrois, « Source pure » a embarqué le public de la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riad El Feth (Oref) dans un voyage à travers le temps, au cœur de la « paysannerie archaïque hongroise ».

Figures éminentes de la scène folklorique hongroise dans ses dimensions, artistique et de recherche ethnographique, Zoltan Szabo, musicien polyvalent, sa femme, Katalin Juhasz au chant et son fils Pal Havasréti, également multi-instrumentiste, ont séduit l’assistance dès leur entrée avec un répertoire de vieux chants de paysans et une panoplie d’instruments moyenâgeux. « Source pure »,

Vielle à roue (ancêtre des cordes), flûte, hautbois, coboz (proche du luth), cithare, violoncelle, guimbarde (lamelle actionnée avec les doigts et dont les vibrations finissent dans la cavité buccale qui sert de caisse de résonnance), tilinko (flûte folklorique), ocarina (petit instrument à vent ovoïde) et clarinette, figurent parmi les instruments utilisés.

Près d’une vingtaine de pièces du moyen âge, de différentes régions hongroises a été présenté au public, « Les mélodies des bergers » (Ouest du Danube), « Chants de l’Est du Danube » (aux influences roumaines), « Chant du Sud », « Mélodies pentatoniques », ainsi que des chansons sur le printemps, sur l’eau, ou encore sur la récolte du raisin (les vendanges), notamment.

Le chant « Tristesse de l’hiver » (avec une pensée aux disparus) a été rendu avec une voix nue, dans les mêmes variations modales qu’un « achwiq » de Kabylie.

Zoltan Szabo, accompagnait brillamment sa femme en doublant sa voix à travers une interprétation « diphonique », pendant que Pal Havasréti donnait la cadence en pinçant les cordes de son vieux violoncelle et en les frappant avec son archet.


Lire aussi:

ALGER – La scène du 20e Festival culturel européen en Algérie a accueilli, dimanche soir à Alger, l’Ensemble « Source pure », qui a ravivé devant un public relativement nombreux, chants et danses du patrimoine ancestral hongrois.

Présent à l’avant dernier soir du festival, l’Ensemble hongrois, « Source pure » a embarqué le public de la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riad El Feth (Oref) dans un voyage à travers le temps, au cœur de la « paysannerie archaïque hongroise ».

Figures éminentes de la scène folklorique hongroise dans ses dimensions, artistique et de recherche ethnographique, Zoltan Szabo, musicien polyvalent, sa femme, Katalin Juhasz au chant et son fils Pal Havasréti, également multi-instrumentiste, ont séduit l’assistance dès leur entrée avec un répertoire de vieux chants de paysans et une panoplie d’instruments moyenâgeux. « Source pure »,

Vielle à roue (ancêtre des cordes), flûte, hautbois, coboz (proche du luth), cithare, violoncelle, guimbarde (lamelle actionnée avec les doigts et dont les vibrations finissent dans la cavité buccale qui sert de caisse de résonnance), tilinko (flûte folklorique), ocarina (petit instrument à vent ovoïde) et clarinette, figurent parmi les instruments utilisés.

Près d’une vingtaine de pièces du moyen âge, de différentes régions hongroises a été présenté au public, « Les mélodies des bergers » (Ouest du Danube), « Chants de l’Est du Danube » (aux influences roumaines), « Chant du Sud », « Mélodies pentatoniques », ainsi que des chansons sur le printemps, sur l’eau, ou encore sur la récolte du raisin (les vendanges), notamment.

Le chant « Tristesse de l’hiver » (avec une pensée aux disparus) a été rendu avec une voix nue, dans les mêmes variations modales qu’un « achwiq » de Kabylie.

Zoltan Szabo, accompagnait brillamment sa femme en doublant sa voix à travers une interprétation « diphonique », pendant que Pal Havasréti donnait la cadence en pinçant les cordes de son vieux violoncelle et en les frappant avec son archet.


Lire aussi: 20e Festival européen : le public algérois renoue avec le Fado


Des projections en noir et blanc, de vieilles photos et vidéos d’archives de différentes situations de vie des paysans hongrois, ont accompagné le trio le long de sa prestation, à l’instar du texte de la chanson « Dil del dulda », affiché sur l’écran et que le public, invité par les artistes, a chanté.

A l’issue de la prestation, les artistes ont invité des spectateurs à monter sur scène pour leur montrer la tradition hongroise de la « Maison de la danse » et les initier à des exercices du pas de deux, sous l’impulsion de quelques airs de la « culture paysanne archaïque ».

La musique traditionnelle hongroise présente beaucoup de similitudes avec le patrimoine ancestral de plusieurs pays, dont l’Algérie qui a reçu la visite en 1913 du grand musicien et compositeur, Béla Bartok (1881-1945) dans la ville de Biskra, où il est resté près de cinq ans, collectionnant plusieurs de ses chants folkloriques qu’il a enregistré.

Le 105e anniversaire du passage de ce grand compositeur dans la capitale des Zibans a été célébré en décembre 2018.

En présence des ambassadeurs, de Hongrie en Algérie, Helga Katalin Pritz, et John O’Rourke, également chef de la délégation de l’Union européenne en Algérie, ainsi que les représentants de différentes missions diplomatiques, de plusieurs pays invités, accréditées à Alger, le public a savouré tous les moments du concert dans la délectation.

Inauguré le 10 mai dernier, le 20e Festival culturel européen, animé par seize pays sous le slogan du « Vivre ensemble » à Alger, Bejaïa, Oran et Tizi Ouzou, prendra fin lundi, à la salle Ibn-Zeydoun de l’Office Riadh El Feth à Alger.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Festival européen à Alger: belle prestation de l’Ensemble hongrois « Source pure »
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair