formats

Et si la crise était une chance pour l’Algérie

Publié le 29/04/2016, par dans Non classé.

Apprendre à dépenser sans gaspiller, revoir le rôle des pouvoirs publics, récupérer l’argent de la fiscalité : El Watan Week-end a demandé à des économistes de chercher des effets bénéfiques à la crise. Car en économie, comme à toute chose, malheur est bon.
Plus de 25 milliards de dollars de déficit budgétaire, une chute de près de 50% des recettes d’hydrocarbures, une baisse des réserves de change de 35 milliards de dollars en 2015, une hausse du taux de chômage à plus de 11%, des prévisions de croissance en baisse à 3,4% en 2016, selon le FMI. Ces chiffres-là, on nous les répète quasi tous les jours. On a bien compris : la crise économique affecte nos ressources et oblige les pouvoirs publics à revoir ses budgets. Tant que le déficit budgétaire est couvert par le Fonds de régulation des recettes, tout n’est pas perdu. « Une crise est toujours un moment difficile pour un pays», reconnaît Farid Yaici, professeur en économie à l’université de Béjaïa.

Elle peut débuter par une contraction des finances publiques et des crédits, se transformer en récession économique, se prolonger en crise sociale et dégénérer en problèmes politiques, voire sécuritaires, si elle n’est pas rapidement et sérieusement prise en charge et si on ne lui apporte pas des réponses appropriées. Dans le même temps, elle peut inspirer une remise en cause, une réflexion profonde et un nouveau départ ancré sur de bonnes bases. Dans le cas de l’Algérie, si on considère toutes les potentialités qu’elle possède pour se développer, on peut se demander comment elle peut ne pas s’en sortir. En effet, tout est à faire». Et d’ores et déjà, la crise nous enseigne qu’il est possible de…

… renouer avec la gestion rationnelle

D’un point de vue strictement économique, une crise économique a l’avantage d’imposer la nécessité de renouer avec une gestion rationnelle. Samir Bellal, économiste et enseignant à l’université de Boumerdès, affirme : « Cette crise peut nous permettre de stopper le gaspillage. En particulier dans le domaine budgétaire où un certain laxisme semble s’être durablement installé (dépenses sociales considérables, mauvais choix des projets, gaspillages, subventions…).

La gestion rationnelle devrait toucher également les capitaux marchands de l’Etat, c’est-à-dire les entreprises publiques, dont l’essentiel vit encore aujourd’hui grâce au soutien financier du Trésor, donc de l’Etat. Et cela est une bonne chose». Un avis partagé par Ferhat Aït Ali, expert financier et ancien cadre au ministère des Finances : « Par manque de ressources et surtout par nécessité, les budgets seront révisés à la baisse.

Le gouvernement n’aura pas d’autre choix que de couper dans les budgets de certains ministères, des soutiens généralisés, des grandes manifestations coûteuses et des investissements improductifs. En fait, la gestion rationnelle qui ne se faisait pas en temps d’opulence, s’impose en temps de crise». De son côté, Kouider Boutaleb, docteur en sciences économiques et professeur à la faculté des sciences économiques et de gestion à l’université de Tlemcen, affirme : « Cette crise a le mérite d’accroître la volonté de revoir les subventions pour diminuer le gaspillage.

Un dogme longtemps entretenu qui semble désormais reconsidéré. Elle devrait s’institutionnaliser, notamment par une rigoureuse évaluation des politiques publiques dans tous les secteurs d’activité en termes d’efficacité (réalisation des objectifs dans les temps impartis) et en termes d’efficience (au regard des coûts). La démarche n’étant pas encore enclenchée, car nécessitant un travail de préparation assez complexe au demeurant (ciblage statistique des catégories sociales en terme de revenu…)»

… encourager la production nationale

Personne n’y a échappé : avec la crise, c’est tout un mode de consommation qu’il faut revoir. Et pour se désintoxiquer de la rente, il faut apprendre à produire et à consommer algérien. A cet effet, Smaïl Lalmas, président de l’association nationale Algérie Conseil Export (ACE), confie : « Le développement de la production nationale est une action qui pourrait éventuellement participer à la réduction de la facture des importations, avec une meilleure exploitation du formidable potentiel existant. Elle permettra de créer une synergie entre différents secteurs, notamment en réalisant un partenariat harmonieux entre l’agriculture et l’industrie, assurant ainsi une diversification de l’offre en quantité et en qualité».

De son côté, Farid Yaici, professeur à la faculté des sciences économiques de Béjaïa et expert auprès de l’Agence nationale pour le développement de la recherche universitaire (ANDRU), explique : « Si les pouvoirs publics libéraient le climat des affaires et se retiraient de la sphère économique en se cantonnant au rôle de régulation, ce qui devient une nécessité, des secteurs, aujourd’hui en hibernation, comme l’industrie manufacturière, l’agriculture, la pêche, le tourisme et les autres services, tels que la finance, l’assurance, le transport, la logistique, le conseil, etc., pourraient très rapidement être redynamisés». De plus, cette crise serait, selon le professeur Kouider Boutaleb, « une nécessité pour comprimer le volume des importations».

Ce dernier assure néanmoins que « cela demande toutefois une stratégie et des mesures adaptées notamment la reprise corrigée du programme de mise à niveau des structures productives publiques et privées». Samir Bellal le rejoint : « Le développement de la production nationale nécessite des politiques complémentaires qui englobent des champs d’application vastes et divers, tels que le taux de change, le régime douanier, l’accès au crédit. Ce sont autant d’éléments qui interviennent dans une politique d’encouragement de la production nationale».

… revoir le système des impôts

Autre point positif de la crise : la possibilité de récupérer les impayés d’impôts. En effet, le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, a indiqué qu' »une part de 99% des recettes fiscales recouvrées à travers le pays proviennent de 12 wilayas». Selon le ministre, même si le taux de recouvrement des impôts est en nette amélioration ces dernières années, atteignant selon lui 12 à 13% par an, il reste encore « un grand bassin fiscal à recouvrir».

Face à cette situation, le ministère des Finances compte se mobiliser pour récupérer ces recettes. Pour élargir l’assiette fiscale, le ministre a indiqué que son département avait pour démarche de réduire les contentieux parfois à l’origine du non-paiement des impôts au niveau de toutes les wilayas du pays. Pour Samir Bellal : « Cette crise est l’occasion de revoir notre Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Et si la crise était une chance pour l’Algérie
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair