formats

Entre indignation et dépôts de plainte

Publié le 08/10/2016, par dans Non classé.

Les accusations de Amar Saadani ne sont pas passées inaperçues.
Des personnalités nationales ciblées par les attaques du secrétaire général ont réagi. Touchés dans leur amour-propre, certains n’ont pas hésité à fournir des preuves face aux « propos orduriers» de Saadani. Ce sont les propos de Abdelaziz Belkhadem qui s’est exprimé sur le site TSA. Mais si l’ancien Premier ministre ne veut pas polémiquer, sa famille a tenu à se défendre.

Dans des déclarations données à la presse, Mohamed Belkhadem, frère de l’ancien secrétaire général, démontre le contraire de ce qu’avance Saadani.

Le vieil homme de 85 ans exhibe des attestations d’ancien moudjahid qui lui ont été attribuées par le ministère des Moudjahidine et parle, selon El Khabar, des fonctions qu’il occupait au sein de l’Organisation civile du Front de libération nationale (OCFLN). Plus que cela, le fils de Mohamed Belkhadem a montré à des journalistes des reliques de l’engagement de son oncle, Abdelaziz, alors qu’il était encore étudiant à Tlemcen.

Le concerné lui-même met au défi son successeur. Il ne veut rien engager. Mais des informations de presse indiquent que des citoyens de sa région — Aflou, wilaya de Laghouat — s’apprêtent à organiser un sit-in pour dénoncer les propos du secrétaire général du FLN qui a accusé Abdelaziz Belkhadem d’être à la solde de la France et insinué que sa famille n’a pas contribué à la Guerre d’indépendance.

De son côté, Salah Debbouz, avocat des détenus de Ghardaïa, dont Kamel Eddine Fekhar, et président d’une aile de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), demande à la justice d’auditionner le général Toufik et Amar Saadani suite aux déclarations du secrétaire général du FLN, selon lesquelles c’est l’ancien responsable du DRS qui est derrière les événements qui ont endeuillé Ghardaïa en 2015.

« Il est indispensable que ces hauts responsables, qui détiennent certainement des informations très importantes et utiles à la justice, soient auditionnés pour permettre à la justice de bien faire son travail mais aussi pour éclairer l’opinion nationale et même internationale sur ce drame», indique l’avocat dans un communiqué.

Accusé d’être à la solde du général Toufik et de la France, l’activiste Rachid Nekkaz a répliqué. Il menace Amar Saadani de déposer plainte d’ici le 1er novembre, si ce dernier ne présente pas d’excuses. Avant cela, il rappelle au secrétaire général du FLN que c’est « la police française» qui surveille « votre appartement de Neuilly-sur-Seine».

Plus que cela, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2014, qui réfère le sensationnel, a indiqué que le secrétaire général du FLN n’a pas payé les « factures, qui s’élèvent à 11 000 euros». Une information démentie par d’autres sources. « Je n’ai jamais rencontré ni parlé au général Toufik. Cependant, comme beaucoup d’Algériens, j’ai beaucoup de respect pour son travail depuis 1999 pour avoir apporté la sécurité au peuple algérien.

Je le félicite aussi pour son travail contre la corruption de certains Algériens mafieux qui ont volé l’argent du pétrole et du gaz et acheté avec des appartements à Paris», écrit-il sur sa page facebook.

De leur côté, les animateurs du « groupe des 14», qui ont signé au cours de l’été une pétition pour faire partir Saadani, ont promis de répondre. Le secrétaire général du FLN les a accusés de travailler pour l’ancien chef des services secrets.

Il reste à savoir que fera la justice devant un tel déballage ! Elle qui n’a pas hésité à se saisir contre Saïd Sadi et d’autres militants, va-t-elle demander des comptes à Saadani, Toufik et les autres ? Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Entre indignation et dépôts de plainte
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair