formats

Encore un mois de patience

Publié le 17/01/2017, par dans Non classé.

La pénétrante autoroutière entre Ahnif et Akbou n’est pas encore ouverte à la circulation. Le chantier est à l’arrêt à cause des intempéries. Encore quelques semaines et les usagers pourront emprunter cet axe routier.
Les usagers de la route, en provenance ou à destination de Béjaïa, qui transitent par la haute vallée de la Soummam et rêvent de pouvoir enfin emprunter le premier tronçon de la pénétrante autoroutière entre Ahnif et Akbou, vont devoir patienter encore un mois avant de voir leur vœu exaucé. C’est ce que nous avons appris auprès de l’un des responsables du projet, qui a requis l’anonymat. « Les travaux sont actuellement à l’arrêt à cause des intempéries.

Ils vont reprendre dès que les conditions météorologiques le permettront car, comme tout le monde le sait, les enrobés doivent se faire uniquement par beau temps», a-t-il dit. L’accès aux stations d’enrobage est actuellement difficile, si ce n’est impossible à cause des pistes boueuses, avons-nous également appris auprès du même responsable. « Nous en avons encore pour environ un mois de travaux si la météo ne vient pas mettre son grain de sel», dit encore ce responsable, qui précise qu’il s’agit essentiellement de travaux d’enrobage et de finitions (pose des glissières de type New Jersey en béton, ou métalliques).

Tous les ouvrages d’art ont été achevés et réceptionnés. Largement relayées sur les réseaux sociaux, des informations persistantes avaient fait état, ces derniers jours, de l’ouverture de ce fameux tronçon. Cela a poussé un grand nombre d’automobilistes à resquiller, y compris de nuit, sur cette portion d’autoroute encore en chantier et bien souvent au milieu des engins de travaux.

Pour mettre fin à cette situation aussi dangereuse qu’anarchique, tous les accès vers le tronçon autoroutier ont été fermés. « Nous ne pouvons pas jouer au gendarme et empêcher les gens de circuler sur cette route, mais nous faisons appel à leur sens des responsabilités et à leur sens du civisme pour s’y abstenir. Il faut savoir que cela reste gêne considérablement les travaux en cours tout en mettant en danger leurs vies et celles des travailleurs qui s’échinent à permettre la réception dans les meilleurs délais», dit-il.

Un seul échangeur sera ouvert, il s’agit de celui permettant l’accès à la RN 5 au niveau du lieu-dit Passala, sis entre Beni Mansour et Taourirt Ath Mansour. Une fois livré, ce tronçon, qui court sur 42 kilomètres entre la localité de Biziou, à l’entrée d’Akbou, et l’échangeur d’Ahnif, permettra un gain considérable de temps par l’évitement des localités surpeuplées et passablement encombrées d’Akbou, Riquet, Allaghane, Tazmalt, Chorfa, Maillot et Ighram. Les automobilistes pourront effectuer le trajet en une quarantaine de minutes, là où ils mettent habituellement près de deux heures.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Encore un mois de patience
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair