formats

El Goual Saïd Garbaâ de Teleghma, une banque du patrimoine oral séculaire

Publié le 13/05/2019, par dans Non classé.
El Goual Saïd Garbaâ de Teleghma, une banque du patrimoine oral séculaire

MILA – Saïd Garbaâ, de son vrai nom Abdelwahab Garbaâ, est un Goual depuis plus de 40 ans bien célèbre à Teleghema (Sud de Mila) où il perpétue une tradition orale séculaire inspirée d’un patrimoine de proverbes et de maximes indissociables des traditions chevaleresques des habitants de cette campagne du pays profond.

Père de neuf (9) enfants (5 garçons et 4 filles), ami Saïd âgé aujourd’hui de 70 ans demeure attaché à la terre et à son travail qu’il n’a cessé d’exercer. Cavalier émérite, Saïd monte peu aujourd’hui en raison de l’âge même si sa passion pour les chevaux demeure intacte et assure l’avoir hérité de son père qui fut un cavalier de renom dans toute la région du Teleghema.

Se reconnaissant analphabète, il confie n’avoir jamais eu la chance d’avoir une instruction à l’exception des quelques mois passés au « koutab » de sa mechta natale Dekhlet Beloum puisqu’il devient berger très tôt.

Durant les années 1970, son père lui offre l’opportunité de briser son étriqué univers routinier du petit berger, en l’amenant avec lui vers des lieux d’infinies rencontres que sont les assemblées communautaires des zaouïas, les places publiques de marchés et les fêtes.

C’est dans ces espaces publics que Saïd a commencé à constituer son recueil de proverbes, de maximes, d’aphorismes et de contes auprès des grands Goualine (pluriel de Goual, conteur), de l’époque à l’instar de hadj Djemouï de Doucène (Biskra) et hadj Salah d’El Eulma (Sétif).

« Etant analphabète, je mémorisais les paroles des goualine dès la première fois que je les entends », assure Saïd.

Durant les années 1980, il s’essaie à ses premières productions en public au début à Teleghema puis dans tout autre endroit ailleurs.


Lire aussi: Soirées ramadanesques « Nuits d’Alger » : le patrimoine culturel du sud à l’honneur


Encouragé par son père, il parvient rapidement à capter l’attention des auditeurs. Sa confiance en soi grandissant, Saïd prête davantage de soin à l’enrichissement de son répertoire de proverbes, maximes, sentences et autres traditions orales reflétant l’authenticité de la société et ses valeurs d’entraide, de fraternité, d’honneur et d’abnégation.

Toujours enturbanné et vêtu de sa large gandoura blanche, Saïd confie que la sentence du chèche (turban) est sa préférée et est consacré à vanter les bienfaits de cette coiffure ancestrale et les diverses manières de l’utiliser.

Il répète souvent la sentence de Lehya ouaâr (la décence est dure) qu’il entame à la manière d’un prêche par « Ecoutes mon fils », suivi d’une série de conseils et orientations.

Dans toute la région de Teleghema, il ne se passe aucune occasion communautaire sans qu’ami Saïd ne soit invité et là où il se trouve, il se fait vite entouré, telles les grandes stars, d’auditeurs tout ouïe pour ses maximes et proverbes précieux hérités d’un autre temps et déclamer d’une voix distincte avec une fluidité de la parole plutôt rapide.

La réputation d’ami Saïd Garbaâ dépasse bien les limites de la wilaya de Mila notamment après la large diffusion de ses vidéos par l’association Nass El Baroud sur les réseaux sociaux.

Un travail est actuellement mené pour recueillir dans un ouvrage les maximes mémorisées par Garbaâ pour transmettre ce patrimoine populaire plusieurs fois séculaire aux générations futures, a indiqué H’mida Talbi, président de l’association Nass El Baroud dont cheikh Garbaâ est membre depuis plusieurs années.

Pour Dr Abdelhamid Bouchoucha de la faculté des sciences de l’information et de la communication de l’université de Constantine, El Goual jouait par le passé un rôle important dans la préservation de la culture populaire authentique et consolidait les rapports sociaux en diffusant les valeurs nobles et vertus caractéristiques de la morale sociale.

Derrière sa simplicité apparente, El Goual représente un véritable gardien du patrimoine culturel ancestral dont il assure la transmission, a relevé l’universitaire qui a insisté sur l’impérative protection de ce pan de la culture populaire orale.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé El Goual Saïd Garbaâ de Teleghma, une banque du patrimoine oral séculaire
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair