formats

Education nationale : Comment moderniser la gestion du secteur

Publié le 18/04/2017, par dans Non classé.

« Le nouveau système mis en place par le ministère de l’Education nationale permettra l’accès à l’information» avec une meilleure visibilité et en toute transparence avec un suivi optimal des 9 millions d’élèves que compte le secteur.
Le ministère de l’Education nationale a lancé hier un système d’information qui sera généralisé à la prochaine rentrée. Ce système réalisé par les ingénieurs du secteur « sans coûts supplémentaires» répond à l’exigence de la modernisation du secteur, l’optimisation des efforts et de la rationalisation des dépenses. « Cet outil permettra l’accès à l’information avec une meilleure visibilité et en toute transparence avec un suivi optimal des 9 millions d’élèves que compte le secteur ainsi que la carrière des 700 000 fonctionnaires», explique M. Belabed, secrétaire général du ministère, qui a présenté ce système.

« Cet outil permet la réduction de la marge d’erreur, que ce soit en matière de gestion des ressources humaines, traitement des notes ou encore le recrutement externe», ajoute M. Belabed, citant l’exemple de l’organisation du concours de recrutement externe ainsi que le système d’organisation des examens parmi les éléments de ce système moderne. Finies donc les longues files devant les directions de l’éducation pour la demande de transfert ou changement d’établissement, ou encore les interminables attentes pour la délivrance de certificats de scolarité ou autre document administratif par ce secteur.

Les transferts des enseignants et les mutations seront gérés dans des délais ne dépassant pas les 48 heures, promet le même responsable. « L’enseignant n’a plus à faire les interminables va-et-vient pour effectuer une demande de mutation, il n’a qu’à introduire sa demande en ligne et il recevra la validation et la réponse, sans quitter son poste», indique M. Belabed.

Ce système fournira au secteur une solution au problème des indu-occupations des logements de fonction. « Le ministère imposera son autorité avant la décision des directeurs de l’éducation concernant l’affectation des logements, auparavant gérés exclusivement par les directeurs de l’éducation», informe le même responsable.

Côté pédagogique, le système permet aux apprenants ou à leurs parents un accès universel à des outils d’aide et de travail à domicile, notamment pour les candidats aux examens nationaux, avec des cours scénarisés, suivis par des enseignants de l’Office national d’enseignement à distance.

Ce programme permet une interaction entre apprenants et enseignants et offre des opportunités de travail en groupe, sans contrainte de déplacements. Outre le souci de rassurer les parents d’élèves, avec une transmission en temps réel de toute information liée aux absences, le système se dote d’un moyen moderne pour le traitement et l’évaluation des élèves, avec une réduction du temps de remise des résultats et une marge d’erreur minimale.

14 000 candidats puisés de la liste d’attente

Le lancement permet de « regagner la confiance de la société. Notre souhait est de mobiliser les parents dans l’accompagnement et le suivi de leurs enfants», soutient Mme Benghabrit, en marge de la présentation du système. Ce dernier mettra un terme aux pratiques de corruption possibles avec le système traditionnel de gestion.

La ministre espère que ce système d’information signera la fin du « trafic des notes» et autres dysfonctionnements dans l’attribution des marchés et saura renouer le secteur avec sa vocation de service public, « sans contrepartie». « Nous n’avons raté aucune session de formation avec l’Office national de lutte contre la corruption», a-t-elle martelé.

Interrogée sur le concours de recrutement, la ministre révélera que 14 000 candidatures ont été puisées de la liste d’attente issue du concours d’avril 2016. Ces candidats ont signé des engagements pour prendre part à des formations avant leur recrutement en septembre. Aujourd’hui, sera ouverte la plateforme d’exploitation nationale des candidatures qui prendra fin le 27 du mois. Après cette date, rappelle la ministre, cette plateforme sera fermée.

Un autre concours sera organisé le 29 juin. Mme Benghabrit rappelle que l’organisation d’un autre concours sans avoir achevé l’exploitation de la liste d’attente « est une exigence de la Fonction publique» et que l’objectif de ces concours étant de prendre « la compétence et non d’absorber le chômage».
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Education nationale : Comment moderniser la gestion du secteur
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair