formats

Djamel Ould Abbès mis à rude épreuve

Publié le 13/12/2016, par dans Non classé.

Un jour, une annonce. C’est la méthode de Djamel Ould Abbès depuis son installation à la tête du FLN, le 23 octobre dernier.
Depuis cette date, le secrétaire général enchaîne les initiatives et les effets d’annonce. La dernière en date concerne sa décision de lancer une vaste enquête sur les biens immobiliers du parti. Pour Djamel Ould Abbès, certains d’entre eux ont été spoliés et d’autres détournés au bénéfice de cadres du FLN. Il cite le cas d’un secrétaire de kasma qui s’est approprié un logement et en a loué d’autres à ses proches. Prêt à sévir, il se dit déterminé à faire la lumière sur les abus. « Je suis prêt à prendre les mesures nécessaires contre les responsables incriminés dans cette affaire.» Pour mener l’enquête, le secrétaire général du FLN a désigné Mohamed Djellab, ancien ministre et nouveau président de la commission des finances, pour se pencher sur la question et mener les investigations.

Un dossier sur lequel s’étaient cassé les dents Abdelhamid Mehri, Abdelhak Benhamouda et Ali Benflis. Les trois anciens responsables avaient également tenté de s’attaquer à la spoliation des biens du parti avant de faire machine arrière et d’ordonner la suspension des enquêtes. « Face à l’ampleur des détournements et des personnalités impliquées, les trois responsables de l’époque ont préféré refermer le dossier, car il était explosif», affirme un connaisseur du dossier. Si certains cadres n’attendent pas grand-chose de cette initiative, ils soulignent son but inavoué. Pour eux, elle a été lancée pour neutraliser Ahmed Boumehdi, membre du bureau politique et proche de l’ancien secrétaire général Amar Saadani. « Djamel Ould Abbès veut se débarrasser de M. Boumehdi.

Il sait qu’en fouillant un peu, il va tomber sur des affaires l’impliquant», déclare un membre du comité central. Si à 83 ans, l’ancien ministre de la Solidarité paraît dans une forme olympique, enchaînant les audiences et les rencontres, cela ne peut cacher son échec de la réunification des rangs du parti, mission pour laquelle il a été mandaté, lors de son installation. Même les décideurs ont été agacés par ses premières initiatives et lui ont demandé de se recentrer sur les vrais acteurs de cette réunification. « Ils lui ont rappelé sa mission et que les discussions devaient avoir lieu avec M. Belkhadem», affirme un proche de l’ancien secrétaire général.

Enfermé dans une relation conflictuelle avec l’ancien représentant personnel du président Bouteflika, Djamel Ould Abbès n’arrive pas à dépasser les malentendus et installer des rapports apaisés et constructifs avec l’ancien secrétaire général. Soufflant le chaud et le froid, il le dézingue le matin dans la presse en affirmant que le « dossier Belkhadem est clos», mais lui envoie l’ex-président de la commission des finances du FLN pour discuter des modalités d’un accord dans l’après-midi. Dans le cercle des intimes de Abdelaziz Belkhadem, on reste confiant. « La réunification du parti ne pourra pas se faire sans nous», rappelle un député resté proche de l’ancien secrétaire général. Sauf qu’à quatre mois des législatives, le temps presse. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Djamel Ould Abbès mis à rude épreuve
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair