formats

Djamel Ould Abbès calme le jeu

Publié le 25/01/2018, par dans Non classé.

Des gens ont voulu créer la zizanie (ichaalou nar) entre moi et Ahmed Ouyahia alors que la réunion que nous avons tenue avec Abdelmadjid Sidi Saïd, patron de l’UGTA, et Ali Haddad, à la tête du FCE, n’avait d’autres objectifs que de clarifier la situation et, quand nous avons eu la certitude que le secteur public stratégique n’allait pas être touché, nous n’avons pas trouvé d’objection», a déclaré Djamel Ould Abbès, intervenant à Oran à l’occasion de l’installation de la commission de wilaya chargée de mettre à l’ordre du jour et défendre le bilan des réalisations des 20 dernières années.

Le FLN, qui n’est pas contre l’ouverture du capital des entreprises publiques aux investisseurs privés, ne veut pas en revanche qu’on touche au patrimoine des entreprises concernées. Le secrétaire général du FLN a indiqué à ce sujet qu’il a lui-même rédigé la lettre félicitant Imane Houda Feraoun, la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, pour avoir exclu définitivement l’ouverture des capitaux d’Algérie Télécom et Mobilis.

Le ton est à l’apaisement et Ahmed Ouyahia a lui aussi précédemment déclaré que la page des élections, source de tension entre les deux partis du pouvoir, était pour son parti définitivement tournée. « Ce sont nos alliés et tous ceux qui soutiennent le programme du président de la République sont les bienvenus», a indiqué Ould Abbès parlant notamment du RND, même s’il ne s’est pas empêché de rappeler ironiquement : « Ils ont juste 20 ans et nous en avons plus de 60 !»

Il a également répondu à ses détracteurs concernant ses déclarations précédentes au sujet des transferts sociaux (plus importants en Algérie qu’en Suède), en précisant que le chiffre qu’il a avancé concernant l’Algérie tient compte de la gratuité des études universitaires (un repas à 1,20 DA !), d’un certain nombre d’actions de solidarité, mais aussi de la gratuité des soins, notamment ceux qui concernent les traitements lourds comme le cancer, etc.

« Des sinistrés d’Italie ont attendu 10 ans et ne sont toujours pas relogés, alors que chez nous, en l’espace de 6 mois, nous avons réalisé 3000 chalets pour reloger les gens», a-t-il rappelé pour illustrer ses propos et maintenir sa position face à ceux qu’il a qualifiés ironiquement de « khobara (experts) et mouhalliline (analystes)». Pour lui, le pays qui compte aujourd’hui 43 millions d’habitants marche malgré ceux qui s’attellent à noircir le tableau.

Il a également lancé un appel aux mécontents en disant que « les portes du parti demeurent ouvertes pour ceux qui se soucient de l’avenir du pays». Dans la déclaration sanctionnant les travaux de cette rencontre, on a néanmoins réaffirmé l’attachement du parti à la sauvegarde du secteur public tout en consolidant les décisions prises par le président de la République, dont la proclamation de Yennayer, le 12 janvier, comme fête nationale. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Djamel Ould Abbès calme le jeu
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair