formats

Djamel Maatouk, Professeur en sociologie:« La majorité des actes criminels commis par des hommes sont commandités par des femmes ! « 

Publié le 19/12/2015, par dans Non classé.

Le crime n’est plus limité aux adultes masculins mais s’étend aux enfants et aux femmes. En moyenne, 6000 cas d’actes criminels commis par des personnes de sexe féminin sont recensés annuellement en Algérie. Le professeur en sociologie et doyen de la faculté des sciences humaines et sociales de l’université Blida 2 Djamel Maatouk confirme ce phénomène. Entretien :
En Algérie, de plus en plus de femmes sont cités dans des affaires criminelles. Comment expliquez-vous cela ?

Certaines femmes, constituent une proie facile pour leur exploitation à des fins criminelles .Outre leur participation à des réseaux de prostitution par excellence ou à la sorcellerie, elles sont utilisées par des trafiquants de drogues pour faire passer leur marchandise. De par son statut, l’univers de la femme s’est élargi au monde extérieur et bénéficie et de la temporalité et de l’espace pour être à la merci des prédateurs qui l’utilise dans tous leurs projets macabres. Et puis, il a été démontré que la majorité des actes criminels commis par des hommes étaient commandités par des femmes. C’est vous dire que la femme tout autant que l’homme est impliqué dans des affaires de drogues, d’homicides etc.… Pour l’histoire et dans les années 1950, en Europe plus particulièrement, les théories et les études menées sur la criminalité humaine étaient basées sur des données mettant en cause le rôle de l’homme dans toutes les affaires criminelles .Ce qui n’étaient pas le cas puisque la criminalité ne se limitait pas uniquement au sexe masculin mais touchait la femme qui était, elle aussi, un acteur dans des actes relevant de la criminalité. Cependant, la participation, même faible, de la femme au crime n’était pas mise en exergue du fait de son statut qui la protégeait contre toute forme d’implication à des actes criminels.

Quels rôles pourront jouer les institutions pour lutter contre la criminalité et la délinquance ?

Il est grand temps d’activer la société civile à travers les associations, la cellule familiale et les institutions de l’Etat comme la mosquée pour jouer le rôle qui leur est dévolu. Il faut bannir certains termes et concepts de notre lexique social et combattre le discours haineux véhiculé ici et là .Il faut introduire et encourager la culture de la tolérance et le respect de l’autre. Certains médias sont tenus, eux aussi, d’apaiser les tensions en évitant de se nourrir grâce à l’amplification et à la dramatisation de certains actes criminels certes, mais qui ne méritent que l’on s’y attarde.

Comment voyez l’avenir ?

Les réformes entreprises au sein de l’école, la révision des programmes et des manuels scolaires, la nouvelle philosophie de l’éducation algérienne vont inéluctablement aboutir pour mettre fin à beaucoup de problèmes sociaux constatés dans notre société .Les mesures prises pour combattre la violence à l’école en sont l’exemple pour lutter précocement contre toutes les formes de la criminalité. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Djamel Maatouk, Professeur en sociologie:« La majorité des actes criminels commis par des hommes sont commandités par des femmes ! « 
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair