formats

Des leviers pour améliorer la santé des Algériens

Publié le 06/12/2017, par dans Non classé.

Citée dans la loi sanitaire de 1985 et figure dans l’actuel projet de loi sur la santé, l’éducation thérapeutique pierre angulaire ans la prise ne charges des maladies chroniques est encore à son stade embryonnaire.
 » Aucun texte d’application n’a été promulgué pour justement rendre cette activité effective que ce soit dans l le cursus d’apprentissage et dans la pratique quotidienne des professionnels de santé, regrette le Pr Samia Zekri, médecin interniste à l’hôpital d e Bitraria lors d’une conférence organisée en en marge du salon Algerie Helath qui se tient depuis le 4 décembre et ce jusqu’au 7 du mois en cours à la Safex à Alger. Elle estime qu’il est temps d’institutionnaliser cette activité et créer des réseau d e prise en charge des patients dont le nombre ne cesse d’augmenter. L’objectif recherché par l’éducation thérapeutique , précise Pr Zekri, est d’aider le patient à apprendre revivre avec un problème e de santé qu’il accepté.

 » C’est surtout lui permettre d’être autonome avec un meilleure qualité de vie, a-t-elle insisté. Pour ce faire, la conférencière a mis l’accent sur la formation la nécessité d e mettre en place des formations adaptées à un personnel dédié dont les médecins dont les médecins généralistes , les infirmiers et les pharmacien. « Ces dernières prendront le relais et assureront l’accompagnement et apporter de l’assistance aux patients à travers des gestes techniques, a-t-elle indiqué avant de souligner que cette activité nécessite la connaissance de la pathologie, les compétences de communication.

 » Car il faut utiliser le langage qu’il faut pour chaque patient tout en ayant à l’esprit que le patient est au centre de cette activité multi professionnelle s. chaque patient . Le Pr Zekri recommande la mise en place de réseau de prise en charge de malades chroniques tout en intégrant l’éducation thérapeutique comme partie intégrante du traitement et arriver à faire adhérer le patient tout en mettant en place une alliance thérapeutique. L’hospitalisation à domicile l’HAD qui constitue également une opportunité pour les malades chroniques d e bénéficier de soins tarde également à connaitre une organisation officielle et réglementaire.

 » Faute de texte réglementaire, nous avons introduit l’hospitalisation à domicile (HAD) à l’hôpital de Birtraria depuis 1999. Elle est moins couteuse que l’hospitalisation classique et elle offre une meilleure qualité de vie pour le patient. Elle engendre moins de dépenses, relève le Pr Brouri initiateur de la première expérience de l’HAD à l’hôpital de Birtraria. La santé à domicile, a-t-il dit, doit faire partie du système national de santé algérien vu les avantages qu’elle procure dont la réduction des coûts, l’accompagnement du malade, réduction des infections nosocomiales et puis redonner à l’hôpital sa véritable vocation a-t-il précisé.

Avec le peu d e moyens mis à la disposition de l’hôpital, quelques 1428 patients ont été pris en charges depuis 1999 soit 3043 hospitalisations à raison de deux hospitalisations par patient dont la majorité sont des femmes par une équipe dévoué à cette activité. Pari les pathologies prises en charge, le diabète arrive en tête, suivi du cancer, les AVC, l’HTA , les escars et autres. La prise charge de la douleur chronique doit être également prise en charge à domicile pour permettre au patient d’être traité chez lui.

Notre unité a assuré la prise en charge de le douleur chronique de 5468 patients en 2016 et 14.627 comprimés de morphiniques ont été fournis.  » Le diagnostic est fait par les médecins de l’unité qui évaluent l‘intensité de la douleur et fournit les morphiniques nécessaires, a-t-il indiqué. Ces soins de support, a t-i ajouté, ont concerné 681 malades souffrant de pathologies cancéreuses. Le Pr Brouri plaide pour la multiplication des équipes dans les différentes régions du pays mais dans des conditions adaptées où l’activité peut être rentable. Il déplore que l’on confonde l’hospitalisation à domicile aux soins de gériatrie dont la spécialité n’existe pas en Algérie.  » Il est important qu’elle soit enseignée pour pouvoir prendre en charge les personnes âgées dont le nombre est en nette croissance avec de plusieurs pathologies. Il appelle ainsi, à la création de la fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile et promouvoir la politique d’aide sociale.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Des leviers pour améliorer la santé des Algériens
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair