formats

De la raison dans un monde sans conscience

Publié le 18/07/2016, par dans Non classé.

Chaque semaine, des attentats sont commis et font leur lot de victimes par dizaines, voire par centaines dans différentes régions du monde. L’islamisme est pointé d’un doigt accusateur avec une insidieuse imputation, par certains milieux politiques et médiatiques, des actes de violence à l’islam.
« L’islam est-il coupable des atrocités commises en son nom par des terroristes autoproclamés musulmans, et plus communément appelés ‘djihadistes’ depuis qu’ils rejoignent ou prêtent allégeance à Daech ?» C’est à cette question que l’universitaire, économiste, historien et spécialiste de la Méditerranée, Smaïl Goumeziane, répond avec force détails et une analyse pointue dans son nouveau livre L’Islam n’est pas coupable, paru aux éditions EDIF 2000. Véritable ouvrage fouillé et documenté, Smaïl Goumeziane fait œuvre, dans son nouveau livre, de pédagogie à l’adresse de tous ceux qui doutent, veulent savoir ou savent déjà quelle est la part du religieux dans la violence qui habite, ces dernières années, l’actualité médiatique.

L’auteur de nombreux essais et ouvrages à la fois sur l’économie, l’histoire et la sociologie, revient, dans L’islam n’est pas coupable, sur les raisons réelles qui se cachent derrière ces manifestations de violence portées sous l’étendard de l’islam et pourtant résultant à la fois « de multiples violences accumulées depuis des siècles» et des coupables visées géopolitiques de l’Occident dans une région connue pour ses richesses énergétiques et minières. Smaïl Goumeziane considère que « aussi bien l’islam que les musulmans sont, depuis des siècles, victimes d’un triple piège : celui du dogme religieux ; celui de divers autoritarismes politiques ; celui d’un système capitaliste désormais mondialisé». Sur 268 pages se lisant d’une traite, Goumeziane interroge à la fois l’histoire, la théologie, la politique et l’économie pour montrer et expliquer quelles sont les racines de ce mal terroriste faisant basculer les pays dans des cycles de troubles à l’issue incertaine. De la révélation de l’islam jusqu’au déclin du monde musulman,

En passant par une analyse des textes fondateurs de l’islam et l’édification de l’empire arabo–musulman et le temps des controverses théoriques, S. Goumeziane offre un examen objectif des faits et des textes en portant la contradiction à ceux qui aujourd’hui s’y réfèrent pour clamer « un djihad» qui n’en est pas un. L’auteur évoque aussi, sur de longs chapitres, les pages de l’influence externe sur le monde musulman, à commencer par le colonialisme et les convoitises de la mondialisation actuelle.

« Aujourd’hui, toutes ces violences, au premier rang desquels la violence terroriste, sont le signe d’un monde écartelé entre, d’une part, les crises et convulsions d’une mondialisation libérale avide de richesses pour une minorité apatride, et d’autre part, des pouvoirs ‘tiers mondialisés’, notamment musulmans, mus par l’autoritarisme et la haine de la liberté sous toutes ses formes», explique l’auteur. Le salut pour les musulmans aujourd’hui est dans « une démocratie réelle qui définit et met en œuvre, pour chaque individu, une identité citoyenne, fondée sur les principes de liberté, de tolérance et de justice pour tous, croyants et non croyants», plaide l’auteur dans ce magnifique livre L’islam n’est pas coupable qui nous réconcilie avec la raison dans ce monde qui tend à perdre sa conscience. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé De la raison dans un monde sans conscience
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair