formats

Crèches et garderies d’enfants : La galère des parents

Publié le 12/02/2017, par dans Non classé.

En Algérie, plus de 5 millions d’enfants sont âgés de moins de cinq ans. Ils représentent plus de 11% de la population. Si le problème de la garde de la petite enfance ne se posait que très rarement il y a une vingtaine d’années, il en est autrement aujourd’hui, vu que le nombre des femmes qui travaillent a explosé.
Tous les jours, Amel, 30 ans, salariée dans une entreprise publique, laisse son bébé de 8 mois derrière elle pour aller au bureau en toute quiétude.

Son fils reste à la maison avec sa grand-mère. « Vivre avec ma belle-famille n’a pas été un choix, nous n’avons pas de logement et pas les moyens de louer un appartement.» Cette cohabitation ne l’a jamais enchantée. Aujourd’hui, elle s’en réjouit puisqu’elle échappe au problème épineux que vivent beaucoup de mamans qui travaillent : mettre leur enfant en garderie. Un véritable casse-tête qui peut même parfois virer au drame. Plusieurs cas de maltraitance, de viol, et même un décès par noyade ont eu lieu en crèches ces dernières années.

En Algérie, plus de 5 millions d’enfants sont âgés de moins de cinq ans. Ils représentent plus de 11% de la population. Si le problème de la garde de la petite enfance ne se posait que très rarement il y a une vingtaine d’années, il en est autrement aujourd’hui, vu que le nombre des femmes qui travaillent a explosé. Le taux d’activité économique des femmes en Algérie — 14,9% en septembre 2014 — a carrément triplé en 20 ans. Celles qui ont des enfants en bas âge sont souvent obligées de reprendre le travail à la fin de leur congé maternité, alors que leurs nourrissons sont à peine âgés de 3 mois. Il est difficile de choisir un mode de garde rassurant dans un pays qui se préoccupe si peu de la prise en charge de la petite enfance.

Dans l’imaginaire collectif algérien, une idée domine : à cet âge, l’enfant a juste besoin de dormir, de manger et être en sécurité physiquement. Pourtant, durant les premières années de vie, chaque geste peut avoir un impact sur le développement psychomoteur et émotionnel de l’enfant. « Toutes les fonctions cognitives sont en éveil dans la petite enfance et tous les apprentissages de base sont primordiaux et déterminent le fonctionnement psychique futur», explique Mejda Benchaâbane, psychologue clinicienne (voir entretien, ndlr). La construction affective de l’individu, adulte de demain, se dessine à ce moment fatidique.

Beaucoup de mamans optent pour les nourrices à domicile, qu’elles choisissent par ouï-dire. Elles prennent le risque et la responsabilité de confier leurs bébés à des femmes au foyer qui s’improvisent puéricultrices parce qu’elles sont déjà maman alors qu’elles n’ont pas forcément de connaissances concernant la petite enfance. Ces nourrices échappent à tout contrôle. D’autres mamans préfèrent les mettre à la crèche en dépit de la mauvaise presse dont ce genre de structures d’accueil de la petite enfance souffrent, parfois à raison. En 2015, 33% des crèches accueillaient des enfants alors qu’elles ne disposaient pas d’agrément. Celles qui en disposent ne répondent pas forcément aux normes en matière d’hygiène et d’espace. Pis, les éducatrices qu’elles recrutent ne sont souvent pas formées et parfois elles ne sont même pas déclarées.

Maltraitance

Depuis 2008, un décret exécutif fixe les conditions de création, d’organisation, de fonctionnement et de contrôle des établissements d’accueil de la petite enfance (les enfants âgés de moins de cinq ans). Il existe actuellement 1755 crèches agréées. Des chiffres bien loin de la réalité du terrain puisque beaucoup de crèches ouvertes accueillent des enfants alors qu’elles ne disposent ni d’agrément ni de registre de commerce. Une information qui vient s’ajouter aux malheureux échos de maltraitance, de viol et même de décès ayant eu lieu dans nos crèches ces dernières années. Le 28 août 2016, Mohammed, 3 ans, inscrit dans une crèche à l’est d’Oran, meurt noyé dans une bâche d’eau. La wilaya d’Oran a vite décidé la fermeture de cette crèche. En 2013, à Sétif (Eulma), un cas de viol a été déclaré à la police sur un enfant de 5 ans. L’accusé était le gardien de la crèche.

Quelque temps plus tard, c’est dans le quartier Bouzourane à Batna que l’horreur a frappé. Plusieurs fillettes âgées de 3 années ont été abusées sexuellement. Le directeur de la crèche a été écroué après enquête. En septembre 2015, un bébé de 9 mois se retrouve le pied dans le plâtre suite à une maltraitance dans une crèche. C’est que le contrôle réel des établissements d’accueil de la petite enfance a tardé à venir. Il a fallu attendre plus de cinq ans après la promulgation du décret exécutif régissant l’accueil de la petite enfance (2008) pour que les services du ministère de la solidarité entament un travail de recensement et de contrôle. En 2012, seules 49 crèches étaient agréées alors qu’elles étaient des dizaines à ouvrir leurs portes tous les matins pour accueillir des enfants dans les quarte coins du pays. En 2015, sur les 2614 crèches répertoriées, 859 n’avaient pas d’agrément et exerçaient donc dans l’illégalité.

Angoisse des parents

Djamil, deux ans, croyait faire une simple petite balade ce matin-là. Bien que sa maman ait pris le soin de lui expliquer durant des jours qu’il passerait désormais ses journées dans une maison avec plein d’enfants de son âge et des « tatas» disponibles pour s’occuper de lui, il n’a pas réalisé ce qui allait changer pour lui. En entrant dans la crèche, les couleurs le captivent, les visages souriants le rassurent, mais sa main reste accrochée à celle de sa mère. Vient le moment de la séparation. Il explose en pleurs. Sa mère se contient, un dernier câlin, des paroles rassurantes, puis elle s’éloigne. Une fois la porte de la crèche franchie, Sarah est en larmes. Elle panique même. Une bourrasque de questions la déroute. Elle se demande si on prendra vraiment bien soin de son enfant. S’il mangera à sa faim. Si l’éducatrice saura reconnaître ses signes de fatigue. Est-ce qu’elle répondra à ses pleurs.

Aucune réponse. Une fois son enfant confié, en crèche ou Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Crèches et garderies d’enfants : La galère des parents
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair