formats

Congestion routière : Alger s’intéresse à l’expérience canadienne

Publié le 21/06/2017, par dans Non classé.

C’est vers Montréal que se tourne Abdelkader Zoukh, le wali d’Alger, pour trouver une solution à l’épineux problème de la congestion routière dans la capitale.
Cette question, entre autres, est incluse dans la nouvelle convention de coopération entre les deux villes et qui sera signée ce vendredi entre le wali d’Alger et le maire de Montréal, Denis Coderre. En plus de la circulation routière, les deux villes envisagent aussi des échanges en gestion de transport. Le wali d’Alger est à Montréal depuis hier et jusqu’à vendredi pour prendre part au 12e congrès Metropolis, l’organisation mondiale des métropoles, des grandes villes et des aires métropolitaines. Il est accompagné de Abdelhakim Bettache, maire d’Alger-Centre.

Cet intérêt pour l’expérience canadienne ne remettra pas en cause le projet algéro-espagnol de régulation de la circulation routière et de l’éclairage public à Alger annoncé récemment par la direction des transports de la capitale, selon des sources proches du dossier. Si cette coopération aboutit dans le futur à des contrats, ce sera une aubaine pour les entreprises canadiennes quand on sait que le projet avec les Espagnols coûtera 15 milliards de dinars sur une période de 55 mois.

S’il est connu que la congestion routière à Alger est devenue problématique et cause des maux de tête causés aux automobilistes et aux usagers de la route avec l’agrandissement du parc automobile national, Montréal connaît, comme beaucoup de métropoles nord-américaines, le même problème. Elle se classe au top des 10 villes canadiennes les plus congestionnées, selon une étude publiée au début de l’année par Inrix, une entreprise spécialisée dans l’analyse du trafic routier urbain dans 1064 villes dans 38 pays. Le trafic à Alger n’a pas été analysé, toutefois.

En 2016, la congestion routière a fait perdre « 52 heures de leur vie aux automobilistes montréalais. Ceux de Toronto y ont perdu 45,6 heures». A l’échelle mondiale, Los Angeles trône à la première place avec 104 heures perdues dans le trafic par automobiliste. Montréal est la 23e. En deuxième position, on trouve Moscou, New York, San Francisco et Bogota. A la 9e place, Paris. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Congestion routière : Alger s’intéresse à l’expérience canadienne
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair