formats

Communiqué du MDS : Les leçons du 20 Août 1956 

Publié le 20/08/2016, par dans Non classé.

L’Algérie commémore le 60e anniversaire du Congrès de la Soummam. C’est une halte nécessaire dans la construction de la conscience historique. Abane Ramdane, Larbi Ben M’hidi et tous ceux qui ont permis le succès obtenu le 20 août 1956 étaient conscients qu’ils allaient à une mort certaine, mais exprimaient leur confiance absolue dans le triomphe de la cause qu’ils défendaient. Moins de deux années après le déclenchement de la Guerre de Libération, la Révolution algérienne était en plein essor, élargissait sa base en intégrant les différents courants du Mouvement national et se dotait d’institutions qui allaient mener le combat jusqu’à son accomplissement ultime : l’indépendance nationale.

Des polémiques, parfois alimentées par des personnalités historiques, ont troublé les enjeux de ce Congrès, entaché la foi dans ceux qui ont mené le combat libérateur et finalement brouillé notre héritage symbolique. Dans leur lutte acharnée contre le projet de modernité qui prolonge le Mouvement de libération nationale, les forces islamo-conservatrices ont toujours fait du 1er Novembre un prétexte de contre-révolution, en l’opposant au Congrès de la Soummam.

Pour faire cesser ces attaques, après avoir sauvé la République du terrorisme islamiste, il faut construire un Etat de droit démocratique, en rupture avec le projet d’Etat théocratique.

Les concepteurs du Congrès de la Soummam avaient une conscience très claire du fait qu’on ne pouvait reconquérir la liberté par l’archaïsme, source de décadence et d’échec face au colonialisme, lui-même cause de reculs plus importants. Il est donc utile de s’interroger sur le sens de notre histoire de résistance à l’oppression extérieure, quelle qu’elle soit, mais il est décisif d’appeler clairement à la séparation du politique et du religieux pour mettre fin à toute confusion sur la question de l’identité nationale. Il faut affirmer l’algérianité qui était au cœur de la rencontre du 20 août 1956 et qui a été au centre de l’union la plus large.

Certaines forces dans le camp moderniste font, quant à elles, la critique du Congrès de la Soummam au prétexte qu’il serait à l’origine d’un Etat centralisé et du système du parti unique. En vérité, ces options s’inscrivaient dans la nécessité de la lutte et ont permis la conquête de l’indépendance. L’Etat actuel n’est pas le prolongement mécanique de cette logique. La Révolution algérienne intégrait au contraire un mouvement de continuité et de changement radical, elle visait le renversement de l’ordre ancien, la rupture avec le colonialisme. Dans le prolongement de cette logique au fondement de la Plate-forme de la Soummam, il faudrait aujourd’hui restituer, au patrimoine de la nation, le sigle du FLN qui a été défiguré, instrumenté et parfois même trahi.

Le Congrès de la Soummam, c’est aussi une conception affirmée de l’universalisme. Il était impossible au mouvement de libération nationale de s’émanciper s’il n’était intégré dans le mouvement de modernité et de progrès qui traversait le monde. C’était aussi la volonté affichée de prolonger les promesses de Bandoeng et de construire le Maghreb. C’était surtout le rappel que la Révolution algérienne n’était inféodée à aucune puissance, l’expression la plus haute de la souveraineté du peuple algérien. Ce lien entre intégration dans un monde qui change et question nationale doit encore être renouvelé et approfondi.

Le génie des promoteurs du Congrès de la Soummam aura été, enfin, d’avoir compris le rassemblement comme une arme formidable pour isoler l’ennemi, l’affaiblir et lui enlever tous les avantages dont il pouvait disposer. C’est ainsi que des échanges ont eu lieu avec toutes les forces nationales, élargissant sans cesse la base sociopolitique de la Révolution et réduisant la marge de manœuvre du colonialisme. C’est précisément ce qui reste encore à faire pour construire la IIe République et féconder le patriotisme par la démocratie.

Alger, le 19 août 2016
Le bureau national du MDS
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Communiqué du MDS : Les leçons du 20 Août 1956 
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair