formats

Comment les partis choisissent leurs candidats

Publié le 06/02/2017, par dans Non classé.

Faut-il être militant dans un parti politique pour pouvoir participer aux élections législatives prévues pour le 4 mai prochain ? Si ce critère est incontournable chez certaines formations politiques, pour d’autres ce n’est pas le cas, à l’instar du FFS.
Au RND, Ahmed Ouyahia n’acceptera jamais le dossier d’un candidat ayant un lien de près ou de loin avec le terrorisme, alors qu’au FLN, Ould Abbès dresse une barrière devant ceux qui se sont opposés à un quatrième mandat pour Bouteflika ! Quelles sont en somme les conditions fixées par les partis politiques pour prétendre à un poste de député ? Pour le RCD, le RND, le FLN et le PT, il n’est pas question d’importer des candidats.

Ces derniers doivent être non seulement des militants du parti, mais ils doivent avoir une ancienneté et être pleinement impliqués dans les activités et la vie du parti. Actuellement la quasi-majorité de ces entités politiques a mis sur pied une commission chargée d’étudier au cas par cas les dossiers des postulants.

Selon Ramdane Taazibt du Parti des travailleurs, le militant qui aspire à devenir député doit avoir la capacité de transmettre le message véhiculé par le PT ainsi que la capacité d’analyse et surtout la fidélité au parti. « Les critères de participation à cette élection sont déterminés dans le statut du parti, voté lors des différents congrès, le secrétariat a mandaté le bureau politique pour la confection des listes selon un certain nombre de critères», explique Taazibt. Le candidat, selon lui, doit avoir une ancienneté de trois ans et a milité dans les structures du parti sans interruption durant cette période. Il faut également une égalité entre homme et femme.

« Dans la fiche de candidature figure le niveau d’instruction et les activités du candidat. La commission a commencé son travail et elle est au stade du recueillement des candidatures», note Taazibt. Le PT a pour habitude de privilégier les syndicalistes. Mais pour l’heure, on ne se bouscule pas pour rejoindre les listes du PT, parce que les salaires des députés sont gérés par la direction. « Au PT, il n’y a pas de motivation mercantile», lâche Taazibt.

Du côté du RCD, on insiste sur la compétence, la crédibilité, la popularité et la disponibilité du candidat. Atmane Mazouz estime que le candidat à cette élection doit comme première condition assumer, sur le plan politique, pleinement les valeurs, les principes, les engagements et surtout les décisions du RCD. Il doit avoir la capacité de réflexion, de rédaction et d’expression en arabe, en tamazight ou dans d’autres langues et d’être rompu à l’exercice de la vie publique.

En plus de ces deux critères, le candidat doit, selon Mazouz, être crédible et avoir la capacité de drainer le maximum de soutiens et de voix. S’agissant de la disponibilité, le postulant doit se consacrer pleinement à la fonction de député et d’ailleurs la loi électorale interdit le cumul de fonctions et toute activité économique au nom de celui-ci. « Le parcours du candidat est pris en compte. Il doit être militant et à jour concernant ses cotisations», rappelle Mazouz.

Pour sa part, le FFS, par la voix de Hacene Ferli, estime qu’un syndicat, un homme de loi, un enseignant ou autre peuvent se porter candidat au nom du FFS, et ce, même s’ils ne sont pas des militants du parti. Seulement ces candidats ne doivent pas avoir des antécédents avec la justice. « Les condamnés pour un délit d’opinion ne sont pas exclus, mais ceux poursuivis pour corruption ne sont pas acceptés sur nos listes», explique Ferli . Sont également indésirables au FFS les dissidents et toutes les personnes qui ont mené des actions hostiles contre le parti. « Au FFS, tout le monde peut postuler. Seulement pour la recevabilité des candidatures, nous avons installé une commission chargée d’étudier au cas par cas les dossiers des candidats», affirme notre interlocuteur.

Au RND, en plus d’être militant, Ahmed Ouyahia insiste sur le passé des candidats : « On ne peut pas se porter candidat sur la liste RND, si on est impliqué dans le terrorisme, notamment lors de la décennie noire.»
Au FLN, pour être candidat, il faut adhérer au programme du président Bouteflika et avoir soutenu le quatrième mandat…
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Comment les partis choisissent leurs candidats
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair