formats

Clôture du Festival du théâtre de Bejaia par un poignant hommage à Sid-Ahmed Agoumi   

Publié le 23/10/2018, par dans Non classé.
Clôture du Festival du théâtre de Bejaia par un poignant hommage à Sid-Ahmed Agoumi

BEJAIA – La 9eme édition du Festival international du théâtre de Bejaia a été clôturée lundi soir par un poignant hommage au comédien Sid-Ahmed Agoumi pour sa longue et brillante carrière au théâtre mais aussi au cinéma et à la télévision.

Né en octobre 1940, Agoumi, de son vrai nom Méziane, a été de toutes les aventures culturelles et artistiques de l’Algérie depuis son indépendance.

En plus de sa carrière sur les planches et les plateaux, il a été le gestionnaire d’une foule d’établissements dédiés, notamment directeur des théâtres de Constantine, Annaba et Alger, ainsi que de la Maison de la culture de Tizi-Ouzou, où il a cumulé 27 ans d’expérience administrative et une connaissance fine de tout ce qui a trait au théâtre. « Ca m’a usé. Mais j’ai beaucoup appris », a-t-il confié à l’APS.

Sid-Ahmed Agoumi a particulièrement brillé sur la scène artistique, se démarquant avec brio par son talent, son originalité et sa longévité, repoussant à chaque fois les limites de son art. A son actif plus d’une centaine de pièces de théâtre et des représentations qui se comptent en millier. Il a joué les oeuvres des plus grands auteurs nationaux : Mohamed Dib, Mouloud Feraoun, Mouloud Maameri, Rachid Boudjedra, Rachid Mimouni, Malek Haddad, Aziz Chouaki, Mohamed Alloula, Kateb Yacine, entre autre, soit trois générations d’écrivains.

Leurs oeuvres m’ont motivé à « réaliser des performance, de grands moments de théâtre. C’était des défis », a-t-il déclaré, évoquant notamment « le cadavre encerclé de Kateb Yacine, qui lui a donné du fil à retordre ».

« Déjà pour mémoriser le texte dans ses moindres subtilités et nuances, ce n’était pas une mince affaire », se souvient Agoumi, visiblement fier de son accomplissement.


Lire aussi: Festival international de théâtre de Bejaia: « H’zam el ghoula » ouvre la 9ème édition


Agoumi a su au cours de sa carrière capitaliser l’expérience nécessaire pour se distinguer également à l’étranger, où il est établi depuis 1994.

Très sollicité en France, en Belgique, en Suisse ou encore au Canada, il a notamment interprété  » Le Collier d’Helene » de Carol Frechette ou « La chute » de Biljana Sbrajanovic, dans lequel il a campé le rôle du président Slobodan Milosevic.

Agoumi, sage-agité, est en perpétuel mouvement, cherchant le renouvellement et l’amélioration à chaque étape en faisant oeuvre d’une énergie propre à un débutant. Sa réussite loin du pays en est la parfaite illustration lui qui a su échapper aux sollicitations de certains réalisateurs qui souhaitaient le confiner dans des rôles typés.

Au-delà de la scène artistique, « le beau gosse », comme surnommé par certains journalistes, se démarque aussi par « son humanisme, son inclinaison à rester toujours très proches des personnes fragiles.

C’est aussi un grand patriote », a déclaré son compagnon de route Slimane Benaissa, commissaire du festival.

La cérémonie a été sobre mais pétillante d’émotion, notamment lorsque l’artiste lui-même a résumé son parcours par un texte théâtrale, en arabe populaire, caustique et amusant et dans lequel il a souligné son passé et ses rêve. « Tu es un héros », lui lança M. Benaissa, visiblement ravi de la prestation.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Clôture du Festival du théâtre de Bejaia par un poignant hommage à Sid-Ahmed Agoumi   
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair