formats

Chronique d’une aisance gâchée

Publié le 31/01/2016, par dans Non classé.

Par Akli Rezouali

Nous n’avons plus assez de ressources publiques et bancaires pour l’industrie et les choix de financement vont être désormais décisifs.» Ce constat formulé récemment par l’ancien ministre des Finances et ex-conseiller du président Bouteflika, Abdellatif Benachenhou, rend on ne peut mieux compte du marasme dans lequel est tombée à nouveau l’économie nationale après plus d’une quinzaine d’années d’accumulation, presque ininterrompue, de revenus pétroliers. Rompus soudainement par une crise pétrolière sévère dont personne n’a su prévoir l’ampleur, ces flux de rente, si mal exploités, s’évanouissent aujourd’hui bien plus rapidement qu’ils se sont accumulés.

Quelques indicateurs suffisent pour en prendre la mesure : entre septembre 2014 (soit aux tout premiers mois de la crise) et septembre 2015, le déficit de la balance des paiements — baromètre de la stabilité financière externe du pays — est passé d’un peu plus de 3 milliards de dollars à près de 21 milliards de dollars. Dans son sillage, le matelas des réserves officielles de change s’est rétréci de près de 50 milliards de dollars, entraînant dans sa chute le pouvoir d’achat du dinar, qui a déjà perdu près de 20% de sa valeur selon les derniers bulletins de la Banque d’Algérie (BA). Au registre des finances publiques, le tableau n’est pas moins sombre.

Les déficits budgétaires et du Trésor devraient se creuser respectivement à près de 3237 milliards de dinars et près 2452 milliards de dinars à la fin de l’exercice en cours. Le Fonds de régulation des recettes (FRR), qui sert habituellement à financer ces déficits, n’est alimenté, lui, que très chichement depuis le début de la crise, tandis que les tirages opérés sur ses ressources deviennent de plus en plus massifs.

Son espérance de vie ne serait d’ailleurs plus que de deux ans, voire moins selon nombre d’économistes. Et pour compléter le tableau, il y a également lieu d’évoquer les problèmes d’argent que les banques commencent désormais à connaître en raison, bien évidement, de la forte baisse des dépôts du secteur des hydrocarbures suite au retournement durable de la conjoncture pétrolière. Selon la BA, la liquidité globale des banques est passée ainsi de 2730,88 milliards de dinars à fin décembre 2014 à seulement 1828 milliards de dinars à fin septembre dernier. La même institution avertit en ce sens que le rythme d’expansion des crédits à l’économie ne semble plus soutenable, sans recours de certaines banques au refinancement auprès d’elle.

Aussi, pour revenir au constat de l’ancien ministre des Finances, l’Algérie, dont l’Etat a été depuis toujours le principal offreur de capitaux, ne dispose désormais plus d’assez de ressources publiques ni bancaires, pour financer la croissance, l’industrie, l’investissement, l’emploi et même, probablement, sa stabilité sociale dans le cas où la crise pétrolière viendrait à perdurer.

C’est dire à quel point les capacités financières du pays risquent d’être, aujourd’hui, trop peu suffisantes pour espérer voir se réaliser le discours officiel de diversification économique, remis au goût du jour depuis le début de la crise.

C’est dire aussi à quel point les rendez-vous de l’instauration des conditions d’une croissance économique tirée par l’entreprise, et non plus par la rente, ont été ratés, du temps où le baril caracolait encore au-dessus des 120 dollars. N’en restent pratiquement aujourd’hui que des courbes de chômage qui repartent à la hausse, des ménages qui renouent avec la précarité, la perspective de retomber très vite dans les affres de l’endettement et de l’austérité et, en guise d’espoir, une miraculeuse remontée des prix du pétrole pour relancer l’économie de rente. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Chronique d’une aisance gâchée
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair