formats

Ce pouvoir a le génie de rater les occasions

Publié le 03/02/2017, par dans Non classé.

Zoubida Assoul, ancienne magistrate et présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP) (qui tranche demain sa participation ou non aux législatives), qui s’est fait connaître en affrontant Madani Mezrag dans une TV privée, développe la vision de son jeune parti (elle refuse le qualificatif « microscopique») et défend la ligne de l’UCP face aux défis actuels.
– La loi électorale semble, selon vous, favoriser un jeu fermé et mettre plusieurs obstacles aux formations politiques modestes. Comment comptez-vous continuer à activer politiquement dans ce contexte ?

Il s’agit effectivement d’une loi qui est venue fermer le jeu politique et exclure les jeunes partis politiques qui n’ont pas les mêmes moyens que les autres partis. Ces jeunes partis comme le nôtre qui n’ont jamais eu de l’aide de l’Etat alors que le rôle de ce dernier, justement, est de promouvoir la démocratie et respecter un principe constitutionnel : l’égalité des chances.

Or, aujourd’hui, on demande aux partis, qui ont déjà participé aux élections, d’avoir 4% des voix : c’est une difficulté en plus pour nous. Et même pour certains partis importants qui nouent des alliances aujourd’hui. Autre chose : la loi électorale comporte un important chapitre pénal, y compris contre les électeurs qui signent pour plusieurs candidats ou plusieurs listes à la fois.

Cela peut décourager les électeurs. Ce texte devient un véritable code pénal alors que, déjà, l’Algérie souffre des records d’abstention. Je terminerai par le fichier électoral qui reste, jusqu’à présent, inaccessible aux citoyens et aux partis politiques. S’il y avait vraiment une volonté politique sincère, pourquoi alors avoir peur du citoyen, des partis, en les empêchant d’accéder à ce fichier électoral ?

– Selon vous, il n’existe pas chez les autorités une volonté politique sincère pour améliorer la gouvernance en général ?

Nous avons participé en tant que parti à toutes les consultations : avec le pouvoir lors des discussions sur la révision de la Constitution, avec l’opposition, avec tout le monde. Nous sommes un parti qui critique, mais qui propose aussi. Nous sommes une opposition constructive. Nous avons même proposé une Constitution du changement. Mais le pouvoir, qui est une classe dirigeante en manque de compétences, ne veut pas écouter. Nous savons, par exemple, qu’on ne peut réaliser ni la démocratie ni l’économie constructive si on ne modernise pas l’administration. Cela ne veut pas dire se contenter du passeport ou la carte d’identité biométriques comme on veut nous faire croire.

La réforme que nous proposons est de répartir les pouvoirs d’une manière équitable et transparente entre les différentes sphères de l’administration locale jusqu’à l’administration centrale. J’ai eu le privilège de lire le rapport de la commission de réforme des structures et des missions de l’Etat (installée par le président Bouteflika en 2000, ndlr.), où on avait un catalogue complet des mesures à prendre pour la transparence et la responsabilisation des agents de l’Etat à tous les niveaux. Mais ce texte a été mis dans un tiroir !

– Face à un environnement hostile, comment un jeune parti comme l’Union pour le changement et le progrès arrive-t-il à activer sur le terrain ?

Nous récoltons en tant que politiques les fruits des dérives des pouvoirs en place depuis l’Indépendance. On n’a fait appel au citoyen que pendant les rendez-vous électoraux, ces pouvoirs-là n’ayant jamais considéré l’Algérien comme acteur dans la gestion de la chose publique. C’est pour cela que nous remarquons, d’un côté, la démission du citoyen quand il s’agit de politique, et, d’un autre côté, le citoyen renvoie l’ascenseur aux politiques en disant que lui aussi il ne les reconnaît qu’à l’approche des élections pour voir ce qu’il va « gagner». Il y a quelque temps, nous avons reçu des gens venus nous dire : « on veut se présenter aux législatives avec votre ‘‘label » !» J’ai refusé net.

Dans notre parti, nous avons toujours refusé de tricher et de suivre cette voie de la perversion de la politique. Ne peuvent se présenter au nom du parti que nos militants et nos adhérents. Notre deuxième défi reste notre visibilité qui est liée à nos activités sur le terrain et à notre présence dans les médias. Médias qui sont un important relais pour faire connaître les jeunes partis, les visions nouvelles et de nouveaux visages politiques. Mais ces derniers, heureusement pas tous, ne remplissent pas leur rôle.

– Comme les autres partis d’opposition, vous avez des difficultés à accéder aux médias publics…

Les médias publics doivent assurer un service public. Ils sont financés par le Trésor public et devraient être au service de tous les citoyens et de tous les partis politiques, sans aucune discrimination. Or, ces médias se considèrent comme étant des médias du pouvoir et non pas des médias publics.

Il y a même une interprétation tendancieuse faite par certains décideurs aux niveaux local et central : par exemple, la station de l’ENTV de Constantine a refusé de couvrir une activité de notre parti dans cette ville au prétexte que « la télévision ne couvre que les partis représentés au Parlement. C’est une instruction verbale. Par téléphone». C’est ce qu’on m’a dit sur place ! Mais quelle est la base légale d’une telle « instruction verbale» ?!

Aucune. Heureusement qu’il y a les télévisions et les journaux privés. Par ailleurs, et concernant nos activité partisanes, il faut rappeler que les articles 4 et 5 de la loi 89-28 relative aux réunions et manifestations publiques stipulent que l’organisateur d’une réunion publique doit informer les autorités trois jours à l’avance, et les autorités doivent, c’est la loi, délivrer immédiatement un récépissé.

La loi ne parle pas d’autorisation ! Mais la réalité est tout autre : aujourd’hui, si vous voulez organiser une activité, vous devez présenter une demande en moins une semaine, sinon deux semaines à l’avance ! Ces délais, en plus, dépendent des wilayas où vous voulez organiser votre réunion. Cela veut dire que ce n’est pas la loi qui est appliquée. C’est selon !

Et, en plus, l’argument avancé par l’administration est qu’il leur faut du temps pour communiquer avec les services de sécurité qui doivent enquêter. Mais comment voulez-vous enquêter sur un parti agréé Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Ce pouvoir a le génie de rater les occasions
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair