formats

La situation des salles de cinéma thème du 1er numéro du forum de la cinémathèque algérienne

Publié le 04/03/2020, par dans Non classé.
La situation des salles de cinéma thème du 1er numéro du forum de la cinémathèque algérienne

ALGER- Le Forum de la cinémathèque algérienne a organisé mardi à la Cinémathèque d’Alger son 1er numéro, consacré à « la situation des salles de cinéma en Algérie » en présence de plusieurs spécialistes et de passionnés du 7e art.

Deux férus du cinéma ont été invités par le Forum pour apporter leur vision des choses sur ce thème, il s’agit du journaliste et écrivain , Noureddine Louhal et le photographe français Stephan Zaubitzer.

L’auteur du livre « Sauvons nos salles de cinéma », Noureddine Louhal a mis l’accent, dans son intervention, sur la situation déplorable du réseau d’exploitation (salles de projection), rappelant que l’Algérie disposait à l’indépendance de près de 500 salles.

Parmi les autres points importants soulevés par l’écrivain, figurent la transformation de l’activité de ces salles dont certaines ont été rasées pour y bâtir des locaux, voire même des parkings et d’autres salles dont le cachet urbanistique est dévalorisé.

M.Louhal a, d’autre part, relevé avec amertume le peu d’écrits sur les cinémas en Algérie, notamment par les professionnels du cinéma dont beaucoup sont partis sans laisser des livres ou œuvres sur le cinéma.

De son côté, le photographe Stephan Zaubitzer a présenté sur le grand écran de la Cinémathèque un panorama de son travail photographique dédié aux salles obscures en Algérie et dans d’autres pays arabes, mettant en avant leur architecture particulière.


Lire aussi: Anniversaire de la mort de Mohamed Larbi Ben M’hidi: le film sur la vie du chahid en phase de finalisation


En effet, à travers les photographies des salles de cinéma qu’il a arpentées en Egypte, au Liban, en Tunisie et au Maroc, ce passionné de cinéma et d’architecture a tenu à immortaliser ces somptueux édifices en les appréhendant sous divers angles.

Dans certaines de ses photographies, Stephan Zaubitzer a également capturé un aspect de l’identité architecturale et urbanistique des rues aux abords de ces cinémas et des villes les abritant, ce qui lui a permis, a-t-il dit, de relever de grandes similitudes dans les méthodes et les modes de construction de ces espaces, mais aussi dans les noms qui leur sont donnés, surtout au Maghreb arabe.

Après cette ballade photographique, l’hôte de la Cinémathèque algérienne a vivement regretté que ces salles de projection soient aujourd’hui tombées en désuétude.

Dans la partie réservée aux cinémas en Algérie, Stephan Zaubitzer a notamment mis en exergue l’architecture particulière des salles d’Alger et d’Oran, en plaçant la focale sur les décors et les somptueuses couleurs de ces espaces dont certains ne sont plus que des vestiges aujourd’hui.

Par ailleurs, les intervenants ont insisté sur l’impératif d’accorder un intérêt particulier à ces salles qui sont essentielles à l’industrie cinématographique et de trouver les moyens d’une gestion optimale de ce réseau.

Ils ont également appelé à la création de cinémas modernes en accord avec les exigences de la nouvelle génération pour que cette industrie prospère.

Lire la suite

formats

Anniversaire de la mort de Mohamed Larbi Ben M’hidi: le film sur la vie du chahid en phase de finalisation

Publié le 03/03/2020, par dans Non classé.
Anniversaire de la mort de Mohamed Larbi Ben M'hidi: le film sur la vie du chahid en phase de finalisation

OUM EL BOUAGHI – Le ministre des Moudjahidine et Ayants droit, Tayeb Zitouni, a affirmé mardi à Oum El Bouaghi, que « le film en cours de réalisation consacré à la vie du martyr Mohammed Larbi Ben M’hidi (1923-1957) est en phase de finalisation ».

« L’œuvre cinématographique a été au centre d’intenses débats », a souligné le ministre dans une déclaration à la presse au douar Kouahi (Ain M’lila), région natale du chahid, au cours de sa deuxième journée de travail dans la wilaya, à l’occasion de la commémoration du 63e anniversaire de la mort du chahid.

Il a fait savoir que « les membres du comité de lecture du film ainsi que le conseil scientifique se sont récemment réunis avec le réalisateur pour se mettre définitivement d’accord à son sujet ».

Le ministre des Moudjahidine s’est également engagé pour que « l’avant-première du film dédié au chahid Larbi Ben M’hidi aura lieu à Oum El Bouaghi, sa wilaya natale ».


Lire aussi: Le film Ben M’hidi « n’a été ni interdit ni censuré »


En réponse aux questions des journalistes concernant la récupération des archives et les sujets d’ordre historique, en instance avec la partie française, M. Zitouni a expliqué que « tous les dossiers sont en suspend et des négociations seront entamées à ce sujet là où elles ont été interrompues précédemment et le peuple algérien sera informé des nouvelles évolutions du dossier par le biais des médias ».

Auparavant, le ministre a donné au chef-lieu de wilaya le coup d’envoi du semi-marathon national, avec la participation de plus de 200 coureurs.

M.Zitouni poursuivra sa visite dans la wilaya en présidant l’ouverture des travaux du deuxième colloque international sur la vie du chahid, intitulé « Mohamed Larbi Ben M’hidi (1923/1957), parcours d’un héros ».

Lire la suite

formats

L’apport de cheikh Bachir El Ibrahimi à l’identité culturelle algérienne souligné

Publié le 02/03/2020, par dans Non classé.
L'apport de cheikh Bachir El Ibrahimi à l'identité culturelle algérienne souligné

BORDJ BOU ARRERIDJ – Les participants au deuxième colloque international sur cheikh Mohamed Bachir El Ibrahimi (1889-1965) ont mis l’accent, lundi à Bordj Bou Arreridj, sur l’apport de cet éminent savant et écrivain à l’identité culturelle algérienne et ses dimensions arabo-musulmane.

Dans son allocution d’ouverture à l’université de Bordj Bou Arreridj baptisée au nom du cheikh, le responsable du colloque, Abdallah Bensafia, a affirmé que la deuxième édition de cette rencontre internationale intervient suite à l’étude des écrits d’El Ibrahimi, ce qui avait permis de se pencher sur la personnalité de cet écrivain et penseur à travers plusieurs axes comme « le style El Ibrahimi », « les dimensions culturelles mondiales fondamentales de ses écrits » et « les approches de travail de l’Association des Oulémas musulmans algériens ».


Lire aussi: Une faculté de médecine en perspective à Bechar


Pour le recteur de l’université de Bordj Bou Arreridj, Abdelhak Boubetra, le colloque, consacré à la valorisation du patrimoine culturel et littéraire de cet éminent savant et écrivain, permet aux intervenants d’aborder les qualités scientifiques et littéraires du cheikh El Ibrahimi.

M.Boubetra a appelé à effectuer des recherches à caractère scientifique sur les ouvrages du cheikh et ne pas se limiter uniquement au volet littéraire de ses oeuvres.

Le colloque, organisé pendant deux jours sous le slogan « Le témoin culturel dans les textes de Mohammed Bachir El Ibrahimi: représentation et fonction », abrité par la Faculté des lettres et des langues de l’université de Bordj Bou Arreridj, en présence du vice-président de l’Association des Oulémas musulmans algériens, cheikh Ahmed Dhrif, a accueilli des professeurs venus de 23 universités du pays, et d’autres chercheurs dans le domaine venus de pays arabes dont l’Egypte, l’Irak, la Palestine et la Tunisie.

Lire la suite

formats

Ghardaïa: la 51ème édition de la fête du tapis du 21 au 26 mars

Publié le 02/03/2020, par dans Non classé.
Ghardaïa: la 51ème édition de la fête du tapis du 21 au 26 mars

GHARDAIA- La 51ème édition de la fête nationale du tapis se tiendra du 21 au 26 mars courant à Ghardaia sous le thème « le tapis, symbole d’une culture et d’une identité », a appris lundi l’APS auprès des services de la wilaya.

Cette manifestation s’assigne pour objectif de promouvoir le savoir-faire des artisanes des différentes régions du pays qui excellent dans l’art de la tapisserie, un patrimoine riche en symboles culturels et identitaires, indiquent les organisateurs.

Devenue durant plus d’un demi-siècle un rendez-vous annuel incontournable pour les voyagistes et autres visiteurs de la région du M’zab durant la période de vacance scolaires de printemps, les organisateurs ambitionnent de positionner le tapis algérien comme une œuvre d’art et un savoir-faire artistique plein de créativité, transmis de génération en génération par des tisserandes gardiennes des traditions et culture.

L’évènement représente aussi, selon les organisateurs, une occasion idoine pour valoriser et promouvoir les produits de l’artisanat, mettre en avant ses spécificités et faire découvrir aux visiteurs les dernières créations des artisans de la région de Ghardaia, contribuant ainsi à son essor économique et son attractivité touristique.

Cette fête qui célèbre la beauté du tapis, ses couleurs et ses textures a également pour but de préserver ce patrimoine culturel immatériel lié aux métiers de l’artisanat, de mettre en évidence une activité génératrice de revenus pour de nombreuses tisseuses, en majorité des femmes au foyer.

En prévision de cet événement à caractère national, de nombreuses opérations d’embellissement de la vallée du M’zab qui compte quatre communes, seront entamées par les services communaux, notamment de Ghardaia et Bounoura.

Le comité d’organisation s’attèle à assurer une bonne organisation à cette 51ème édition de la fête du tapis traditionnel, à l’effet d’assurer sa réussite et stimuler les activités touristiques et artisanales.

Cette édition prévoit une exposition-vente de produits artisanaux, un défilé de chars ornés de tapis tissés à la main ainsi que des représentations des us et coutumes de différentes régions, des spectacles de fantasia ainsi que d’autres arts populaires locaux.

L’événement constitue une valeur ajoutée pour l’essor de l’économie locale et sera marqué aussi par l’organisation de plusieurs activités sportives, a-t-on fait savoir.

Lire la suite

formats

Décès de Mohamed Aram, pionnier de la BD algérienne

Publié le 01/03/2020, par dans Non classé.
Décès de Mohamed Aram, pionnier de la BD algérienne

ALGER- Le bédéiste et réalisateur de films d’animation, Mohamed Aram, premier dessinateur qui a publié une série de bandes de dessinées dans la presse algérienne, est décédé samedi soir à l’âge de 86 ans des suites d’une longue maladie, a appris l’APS auprès de son entourage.

Précurseur dans le domaine du 9e art, Mohamed Aram a publié en 1967 la première série de BD dans les colonnes de l’hebdomadaire « Algérie Actualités » où il fait ses débuts dans le dessin fantastique avec « Nâar, une sirène à Sidi Ferruch » sa première histoire inspirée du personnage de Superman.

Diplômé de l’Ecole des Beaux-arts d’Alger, Mohamed Aram a travaillé à la Télévision publique en tant qu’auteur et réalisateur de dessins animés, qui seront diffusés pour la première fois au milieu des années 1960, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie.

Avec cinq autres dessinateurs dont Abderrahmne Madoui, autre pionnier de la BD algérienne, Mohamed Aram avait contribué au lancement de M’quidèch, premier journal de BD paru en février 1969 avant de disparaitre quatre ans plus tard, en 1973.

Le corps du défunt sera inhumé dimanche dans l’après-midi au cimetière de Ben Omar à Kouba (Alger), selon ses proches.

Lire la suite

formats

L’Orchestre de l’Opéra d’Alger présente la Symphonie No 8 du compositeur Antonin Dvorak

Publié le 01/03/2020, par dans Non classé.
L'Orchestre de l'Opéra d'Alger présente la Symphonie No 8 du compositeur Antonin Dvorak

ALGER- L’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger sous la direction d’Amine Kouider, a présenté samedi soir à Alger la Symphonie No 8 du compositeur tchèque Antonin Dvorak, et d’autres œuvres qui ont marqué le XVIIIe siècle, devant un public relativement nombreux.

Accueillie à l’Opéra d’Alger, la cinquantaine d’instrumentistes de l’orchestre a exécuté l’œuvre d’antonin Dvorak (1841-1904) dans ses quatre mouvements, pour enchaîner ensuite avec, « La danse des comédiens » de son compatriote, Bedrich Smetana (1824-1884), « cavalerie légère » de l’Autrichien, Franz Von Suppé (1819-1895) et « Marche slave » du grand compositeur russe, Piotr-Ulrich Tchaïkovski (1840-1893).

Se démarquant par son alternance modale et sa tonalité (sol mineur) peu courante pour porter l’ivresse et l’errance du genre romantique, la symphonie No 8 d’Antonin Dvorak passe du sentiment de joie, d’exaltation et de paix spirituelle à la ferveur religieuse aux traits dramatiques, puis à l’apaisement porté par une mélodie populaire.

Compositeur romantique simple, d’un patriotisme reconnu, Antonin Dvorak est l’héritier du romantisme musical allemand dans lequel il introduira quelques ingrédients de son propre langage musical fait d’éléments du folklore de Bohème ou de Moravie pour évoquer ainsi la nature et la culture tchèque et slave.

Restituant à l’assistance la romance, la mélancolie, les tourments et l’errance du XVIII siècle, perpétués par le génie créatif des compositeurs de cette époque des lumières, les instrumentistes ont brillé de virtuosité, faisant preuve de rigueur académique et de professionnalisme.

Dans une atmosphère des grands soirs, le public a savouré tous les instants du spectacle dans la délectation, applaudissant les artistes à l’issue de chaque pièce rendue.

A l’issue de la prestation, l’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger a eu droit à de longs applaudissements de la part des spectateurs présents, qui continuent, de l’avis d’un mélomane contrarié, à « applaudir entre les mouvements », alors que le repère est clair, a-t-il ajouté, « le public ne pourra applaudir que lorsque le chef d’orchestre se retourne vers lui ».

Propulsant avec autant de souplesse que d’autorité l’Orchestre de l’Opéra d’Alger au niveau des « formations de référence dans le monde », comme il aime à le rappeler, Amine Kouider, pimpant maestro, a dirigé ses musiciens, brillants de technique et de maîtrise, avec une baguette de maître, riche d’une expérience qui n’est désormais plus à prouver.

Organisé par l’Opéra d’Alger, sous l’égide du ministère de la Culture, le concert de musique qui a concerné la Symphonie No 8 du compositeur tchèque Antonin Dvorak a été programmé à l’Opéra d’Alger pour une représentation unique.

Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 7)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair