formats

Décès Idir: les artistes pleurent la perte d’un exemple

Publié le 04/05/2020, par dans Non classé.
Décès Idir: les artistes pleurent la perte d'un exemple

ALGER – Au lendemain du décès du chanteur Idir, de nombreux messages de condoléances affluent sans discontinuer de la part des artistes qui saluent la mémoire et le parcours d’un chanteur disparu à l’âge de 71 ans, après avoir voué toute sa vie à la culture et au combat identitaire par l’art.

Pour Lounis Ait Menguellet, le départ d’Idir marque la fin d’une époque pour « notre chanson ». A sa dernière visite, se rappelle le poète, Idir disait qu’il était peu probable de monter encore sur scène (…) ».

Takfarinas, vedette de la chanson moderne, s’est dit attristé et bouleversé par le décès d’Idir (qui) « a ouvert, par son premier album des portes, fermées des siècles avant ».

Boudjemaa Agraw, membre du défunt groupe musical Agraw (Révolution) dont faisait partie Takfarinas, a souligné que « la chanson kabyle a perdu en la personne d’Idir un de ses ambassadeurs ». Avis partagé par Malika Domrane, vedette du folklore kabyle, qui regrette la perte d’un « ambassadeur de la chanson moderne.

Zedek Mouloud, chanteur et compositeur, estime que la musique kabyle a perdu un de ses monuments avec la disparition d’Idir, décrit comme « un poète, homme de paix et une voix qui force le respect ».

Brahim Tayeb, chanteur moderne d’expression kabyle, estime qu’avec le décès d’Idir, le monde artistique vient de perdre une de ses icônes d’expression kabyle. C’est un artiste qui a fait le bonheur de toute l’Algérie (…) mais son œuvre restera pour toujours et ravivera son souvenir », réagit avec émotion l’artiste.


Lire aussi: Décès d’Idir: réactions d’artistes, de sportifs et d’hommes politiques de l’étranger


Karim Abranis, a pour sa part, réagi à la triste nouvelle du décès d’Idir dans un message de condoléances publié sur Facebook.

Amel Zen, chanteuse de pop, pleure la mort d’un chanteur dont les mélodies « ont bercé nos vies et accompagné nos cérémonies » et rappelle l’importance de préserver notre identifie.

Considéré comme un des ambassadeurs de la musique kabyle moderne à travers le monde, Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet s’est produit sur de nombreuses scènes internationales.

Natif d’Ait Lahcene, un village d’Ath Yenni (Tizi Ouzou), Idir s’est associé dans son dernier album « Ici et ailleurs », sorti en 2017, à des chanteurs français de renom comme Charles Aznavour, Francis Cabrel ou encore Bernard Lavilliers.

L’interprète de l’éternelle « Avava i nouva », tube planétaire interprété en 20 langues étrangères, a renoué en 2018 avec son public lors d’un concert à Alger à l’occasion de Yennayer, nouvel an amazigh célébré le 12 janvier, après une absence de près de 40 ans.

Lire la suite

formats

Décès d’Idir: réactions d’artistes, de sportifs et d’hommes politiques de l’étranger

Publié le 04/05/2020, par dans Non classé.

ALGER – La disparition samedi de l’icône de la chanson kabyle Idir n’a pas manqué d’émouvoir des personnalités internationales du monde des arts et de la culture mais aussi certaines figures politiques et des sportifs de renom, dans la suite des réactions en Algérie des officiels, d’hommes de lettres et de citoyens.

« Tu as marqué mon enfance (…) Je n’oublierai jamais notre rencontre », a écrit sur Instagram la légende du football français Zinédine Zidane, d’origine algérienne, alors que sur Twitter, l’Unesco réagissait également en annonçant la disparition de l’artiste.

Saluant la mémoire du chanteur, l’ancien président français François Hollande, relève que « Idir a envoûté des générations entières au rythme de ses mélodies douces, généreuses et émouvantes », suivi de la maire de Paris, Anne Hidalgo qui souligne l' »engagement humaniste » de l’artiste algérien.

Dans un Tweet, le français Patrick Bruel, qui avait chanté en duo avec Idir, a salué une « grande voix » et le président de l’association française « SOS Racisme », Dominique Sopo a exprimé, de son côté, sa tristesse d’apprendre le décès de ce « monument de la chanson (…) homme de culture et de dialogue » que fut Idir.

Najat Vallaud Belkacem écrit: « saches que tu viens de chacune de nos maisons et qu’en chacune tu laisses des inconsolables », s’est émue à son tour l’ancienne ministre française dans une réaction sur les réseaux sociaux.

Sitôt la nouvelle du décès de Idir annoncée, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait adressé dans la nuit de samedi à dimanche un message de condoléances à la famille de l’artiste qu’il qualifie « d’icône de l’art algérien, à la renommée internationale ».  » L’Algérie perd en lui une pyramide de l’art algérien « , a encore souligné le président Tebboune.

Le président du conseil de la Nation par intérim et la ministre de la Culture Malika Bendouda avaient également adressé des messages de condoléances à la famille de l’artiste.

Comptant à son actif une dizaine d’albums, le chanteur d’expression kabyle a été très vite propulsé sous les projecteurs de la célébrité dans les années 1970 avec « A Vava Inouva », un tube planétaire, diffusé dans pas moins de 77 pays et traduit dans une vingtaine de langues.

En près de 50 ans de carrière, Idir aura réussi le pari d’un parcours artistique régulier, au service du patrimoine culturel algérien, faisant vivre une fois de plus sa langue maternelle dans son dernier opus « Ici et Ailleurs », réalisé avec de grands noms de la chanson française.

En 2018 le chanteur a retrouvé son public après une absence de près de 40 ans à la faveur de deux grands concerts animés à Alger avec une trentaine de musiciens sur scène et devant un public de plus de 5000 spectateurs à chacune des représentations.

Lire la suite

formats

Décès de Idir: disparition d’une icône de l’art algérien

Publié le 04/05/2020, par dans Non classé.

ALGER – La disparition de l’icône de la chanson kabyle, Idir, aura suscité l’émoi des personnalités politiques ainsi que chez les innombrables fans saluant la mémoire de l’artiste et regrettant la perte d’une « icône de l’art algérien ».

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a adressé dimanche un message de condoléances à la famille de l’artiste Idir, décédé samedi soir, le qualifiant « d’icône de l’art algérien, à la renommée internationale ».

« J’ai appris avec beaucoup de regret et de tristesse la nouvelle de la disparition de feu Hamid Cheriet, connu sous le nom artistique d’Idir, l’icône de l’art algérien, à la renommée internationale, a écrit le chef de l’Etat sur son compte Twitter.


Lire aussi: Personnalités du monde de la culture et internautes saluent la mémoire de Idir


Le président du Conseil de la nation par intérim Salah Goudjil a également présenté ses condoléances à la famille d’une « icône de l’art algérien authentique ».

« Affecté par cette disparition », le Premier ministre Abdelaziz Djerad, qui a adressé un message de condoléances à la famille de Idir,a qualifié l’artiste de « grande perte pour l’Algérie » ajoutant que l’Algérie perdait « un de ses plus grands artistes » qui restera présent dans les mémoires par son œuvre.

Dans un message de condoléances la ministre de la Culture Malika Bendouda a considéré que la « disparition d’un artiste de la trempe d’Idir laisse un grand vide dans le monde de l’art algérien ».

Le ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement, M. Ammar Belhimer, a également adressé ses condoléances à la famille de cette icône de la chanson algérienne où il dit en évoquant cette disparition « Tlam yugh tamurt, assmi i d-ewwedh lmut ». L’obscurité a envahi le pays quand la mort est arrivée ».

« Attristé » par la perte de cet « immense auteur-compositeur qui a marqué plusieurs générations », le Directeur Général de l’agence Algérie Presse Service (APS), Fakhreddine Beldi a adressé un message de condoléances à la famille de l’artiste qu’il considère comme « l’un des rares enfants de l’Algérie qui ont su revisiter notre patrimoine culturel ancestral et le riche terroir de Kabylie pour porter et promouvoir cet art au delà de nos frontières » et « s’ouvrir sur d’autres cultures ».

Saluant la mémoire de cet artiste qui a œuvré par son art pour « le rapprochement entre les cultures », le Directeur général de la radio algérienne Djamel Sanhadri a également adressé ses condoléances à la famille de l’artiste.

Le Directeur général de la télévision algérienne Ahmed Bensebane a lui aussi adressé ses condoléances à la famille du défunt.

Idir est décédé dans la nuit du samedi à dimanche dans un hôpital parisien, à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie.

Lire la suite

formats

Personnalités du monde de la culture et internautes saluent la mémoire de Idir

Publié le 03/05/2020, par dans Non classé.
Personnalités du monde de la culture et internautes saluent la mémoire de Idir

ALGER- La disparition de l’icône de la chanson kabyle,Idir, continue de susciter l’émoi dans les milieux de la culture et des arts ainsi que chez des internautes qui regrettent la perte d’un « chanteur qui fait partie de toutes les familles algériennes » et qui aura « bercé plusieurs générations » d’admirateurs inconditionnels.

Dans un vibrant hommage, le romancier Yasmina Khadra pleure, dans un élan lyrique comme à ses habitudes, un chanteur qui « s’en est allé sur la pointe des pieds (…) comme un chant d’été à la fin de la colonie (…), comme se taisent les légendes ne Algérie, son pays, son angoisse son inconsolable litanie », écrit-il.

En évoquant quelques brèves rencontres avec le chan


teur « troubadour errant en quête de sa voie », le célèbre auteur algérien écrit: le défunt « va beaucoup manquer à nos joies si chahutées de nos jours par nos peines (…) mais son absence sera pour nous Algériens et pour ses fans de partout, un grand moment de recueillement ».

Ce texte de Yasmina Khadra est illustré par une caricature de Hicham Baba Ahmed, « Le Hic », en hommage à celui qui a laissé une scène vide après avoir raccroché son chapeau sur sa guitare.

Le romancier et universitaire Amin Zaoui a salué, sur les réseaux sociaux, la mémoire de « l’artiste, de l’apôtre de la liberté et du grand humaniste » affirmant que « les artistes de la trempe de Idir ne meurent jamais, mais sont en voyage ».

Le grand musicien, producteur, arrangeur, Safy Boutella, profondément bouleversé par la disparition d’un « ami » évoque une « perte immense pour notre pays et le monde artistique », alors que le l’auteur compositeur, interprète et dessinateur, Hocine Boukella, alias Cheikh Sidi Bemol, salue en Idir « le phare de notre culture et la lumière qui guide les artistes » .

Les réseaux sociaux se sont emparés de la triste nouvelle pour partager de vieilles photos souvenirs et de selfis pris avec le chanteur et revenir ses ces meilleurs oeuvres, ses duos célèbres et certaines de ses rencontres des personnalités politiques et du monde de l’art et de la culture.

= « Eternel comme sa musique » =

En guise d’hommage, de nombreuses vidéos et chansons du défunt sont également offerts en partage par des milliers d’admirateurs algériens, pour souligner la popularité et la stature nationale de l’artiste disparu.


Lire aussi : Idir: une longue carrière au service du patrimoine musical


Amateurs ou confirmés, des musiciens et chanteurs ont partagé leurs reprises de chansons et de mélodies de Idir en plus des nombreuses anecdotes sur leur découverte des « berceuses chantées par nos mères », grâce à Idir qui les avait remises au goût du jour et sauvées de l’oubli, témoignent-ils.

« Par tes chansons tu as bercé notre enfance, renforcé notre exil et tu as enrichi notre patrimoine musical algérien » écrit une fan sur Facebook alors que de nombreux étaient ceux qui ont préféré dire au chanteur qu’il restera « éternel comme sa musique ».

Dans leurs innombrables messages de condoléances des admirateurs saluent le travail de l’artiste qui a été « l’ambassadeur de la chanson kabyle et de la culture algérienne mais aussi de Tamazight », oeuvrant à la promotion de cette dernière pendant toute sa carrière.Idir aura grandement participé à « l’introduction de la culture algérienne sur la scène internationale de par ses collaborations » avec de grands noms de la chanson algérienne et française, lit-on aussi sur le net.

Idir est décédé dans la nuit du samedi à dimanche dans un hôpital parisien, à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie.

Lire la suite

formats

Condoléances de M. Belhimer à la famille de l’icône de la chanson algérienne, Idir

Publié le 03/05/2020, par dans Non classé.
Condoléances de M. Belhimer à la famille de l'icône de la chanson algérienne, Idir

ALGER – Le ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement, M. Ammar Belhimer, a présenté ses condoléances à la famille de l’icône de la chanson algérienne, Idir, décédé samedi soir dans un hôpital parisien, à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie.

Invité, dimanche, de l’émission matinale « l’invité de la rédaction » de la Chaine III de la Radio nationale, Noureddine Khelassi, conseiller du ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer, a présenté, en son nom et en lieu et place à la famille de la vedette universelle de la chanson algérienne en Tamazight, Idir, le message de condoléances suivant:

« Tlam yugh tamurt, assmi i d-ewwedh lmut ». L’obscurité a envahi le pays quand la mort est arrivée ».

La mort, c’est naturellement celle de l’immense chanteur national Idir, survenue hier dans l’exil, en France.

Au nom de Ammar Belhimer, au nom des cadres et des travailleurs du ministère de la Communication et en mon nom propre , je présente les plus vives condoléances à la famille de l’immense dispensateur que fut un demi-siècle durant le « Djurdjuraartistique », Idir. Hamid Cheriet a rejoint « assendu » la voie lactée.

Ad t-yerhem Rebbi, fell-as ya3fu Rebbi, amkan-is deg el Dhennet Inchallah ».

Lire la suite

formats

Décès du chanteur Idir : le ministère de la Culture présente ses condoléances

Publié le 03/05/2020, par dans Non classé.
Décès du chanteur Idir : le ministère de la Culture présente ses condoléances

ALGER- Le ministère de la Culture a présenté ses condoléances suite au décès de l’artiste Idir, soulignant que sa disparition laisse un grand vide dans le monde de l’art algérien, indique un communiqué du ministère publié sur sa page Facebook.

« Nous avons appris, avec une immense tristesse et douleur, la nouvelle de la disparition du grand artiste algérien Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet. La disparition d’un artiste de la trempe d’Idir laisse un grand vide dans le monde de l’art algérien », a précisé le communiqué.

« Le défunt a su faire connaître son nom et la culture algérienne authentique, à travers son art, des décennies durant, et diffuser son propre style artistique et culturel local à travers le monde », ajoute-t-on de même source.

« L’Algerie, avec la perte d’Idir, tourne une page prestigieuse de l’art engagé. Les Algériens, toutes générations confondues, continueront à écouter sa voix et à fredonner les chansons d’Idir qui restera dans les mémoires parmi les créateurs militants … », indique le communiqué.

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait présenté ses condoléances, suite à la disparition du chanteur Idir, rendant hommage à sa place artistique en Algérie et à sa musique universelle.

Idir est décédé samedi soir dans un hôpital parisien à l’âge de 71 ans, laissant derrière lui un riche répertoire artistique.

Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 6)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair