formats

Production théâtrale en hommage à Alloula : achèvement des répétitions au TNA

Publié le 06/02/2019, par dans Non classé.
Production théâtrale en hommage à Alloula : achèvement des répétitions au TNA

ORAN – Les répétitions pour la nouvelle pièce « Arlequin valet de deux maîtres », en hommage au dramaturge Abdelkader Alloula (1939-1994), ont été achevées au Théâtre national d’Alger (TNA), a-t-on appris mercredi du directeur du Théâtre régional d’Oran (TRO), Mourad Senouci.

La nouvelle oeuvre, coproduite par le TNA et le TRO, sera présentée le 16 mars prochain à Oran dans le cadre de la commémoration de la 25ème année de la disparition (mars 1994) du regretté Alloula, a précisé à l’APS M. Senouci.

Le montage de la pièce avait été entamé en novembre dernier au TNA au titre de la première phase des répétitions qui se poursuivront début mars au TRO, a-t-il expliqué.

Plusieurs jeunes espoirs du théâtre national sont distribués dans la nouvelle pièce au côté de leur aîné Mohamed Himour, comédien fétiche du TRO et unique membre de la troupe à avoir connu Alloula qui lui confia un rôle dans la première version d' »Arlequin, valet de deux maîtres ».

Alloula avait traduit et mis en scène l’oeuvre originale de l’Italien Carlo Goldoni (1707-1793) qui lui valut un franc succès en 1993.

La mise en scène de la nouvelle version est, quant à elle, assurée par Ziani Cherif Ayad d’après une adaptation du dramaturge Mohamed Bourahla basée sur le texte d’Alloula, a indiqué le directeur du TRO.

La générale, prévue le 16 mars au TRO, sera suivie d’autres représentations programmées du 20 au 22 mars au TNA, a-t-on signalé.

Lire la suite

formats

Une délégation algérienne pour prendre part à la Foire du livre de la Havane

Publié le 06/02/2019, par dans Non classé.
Une délégation algérienne pour prendre part à la Foire du livre de la Havane

ALGER- Une délégation algérienne conduite par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, devra se rendre jeudi à la capitale cubaine pour prendre part à la Foire internationale du livre de la Havane, prévue du 7 au 17 février, indique un communiqué du ministère de la Culture.

Des auteurs font partie de la délégation à cette 28ème édition qui accueille l’Algérie en invitée d’honneur. Outre l’édition, l’Algérie est présente à ce rendez-vous littéraire à travers le cinéma et la musique, entre autres.


Lire aussi: L’Algérie invitée d’honneur du 27e Salon international du livre de La Havane


Quatre films, sous-titrés en espagnol, le « Parfum d’Alger » de Rachid Belhadj et « Jusqu’à la fin des temps » de Yasmine Chouikh, « Zabana » de Said Ould Khelifa et « Yemma » de Djamila Sahraoui.

Une exposition de photographies sur le patrimoine culturel et un concert musical de l’Orchestre symphonique de Cuba, sous la direction de Amine Kouider, chef de l’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger, sont programmés.

Organisée pour la première fois en 1982, la Foire internationale du livre de la Havane, devenue annuelle depuis 2000, est considérée comme un évènement phare de Cuba avec un peu plus d’un demi-million de visiteurs.

Lire la suite

formats

Djelfa : la découverte des fossiles renforce la place de la wilaya sur la carte archéologique mondiale

Publié le 04/02/2019, par dans Non classé.
Djelfa : la découverte des fossiles renforce la place de la wilaya sur la carte archéologique mondiale

DJELFA – Les ossements fossiles préhistoriques découverts dernièrement à Djelfa vont renforcer la place de cette wilaya sur la carte archéologique nationale et mondiale, a affirmé lundi à Djelfa le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

Le ministre, à qui un exposé a été présenté au théâtre régional Ahmed Benbouzid sur les dernières découvertes archéologiques dans la wilaya, a salué les efforts de tous les acteurs ayant contribué à cette découverte, à commencer, a-t-il dit, par le citoyen Kheddouma qui a signalé la présence de ces fossiles, en passant par l’équipe de travail locale qui a sauvé cette découverte, puis l’équipe des spécialistes du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) qui a effectué les premiers examens sur les restes de fossiles découverts, a-t-il relevé.

Après avoir souligné la grande richesse du patrimoine archéologique de la wilaya de Djelfa qui regorge de sites et vestiges remontant à la préhistoire, dont les ossements fossiles mis au jour au lieudit « Oued Mellah », à la sortie nord de la ville de Djelfa, M. Mihoubi a loué la coordination ayant marqué le déroulement de cette découverte, dont l’encadrement a été assuré par la Direction de la Culture de la wilaya, sous la direction personnelle du wali Toufik Dhif, jusqu’aux examens et études en tous genres (datation chronologique et autres) nécessitées pour ce type de découvertes.

Selon les premiers résultats des examens réalisés par les spécialistes du CNRPAH, ces restes fossilisés d’animaux préhistoriques révèlent la présence de trois individus de jeunes animaux adultes, dont un rhinocéros, un petit cheval et un bovidé de petite taille, a indiqué le ministre de la Culture.


Lire aussi :


La découverte de restes de fossiles de rhinocéros dans cette région est d’une grande importance, selon les chercheurs ayant effectué les examens et qui estiment que la découverte va donner une indication chronologique de l’art rupestre dans la région de Djelfa, notamment les stations rupestres portant gravures de rhinocéros à Zeccar (30 km au sud de Djelfa), a relevé le ministre.

La datation de ces gravures rupestres va permettre leur protection par la loi, tout en propulsant la région sur la carte nationale et mondiale des recherches préhistoriques, consolidant ainsi la place de l’Algérie sur la cartographie archéologique mondiale, a souligné le ministre qui a également cité à l’appui les vestiges mis au jour dernièrement dans la région d’Ain L’hench, dans la wilaya de Sétif.

Azzeddine Mihoubi a également annoncé l’édition programmée de ces découvertes dans des revues scientifiques. Au 2eme jour de sa visite à Djelfa, le ministre de la Culture a effectué une inspection dans nombre de structures du pôle culturel de la wilaya.

Auparavant, il s’était rendu au niveau des sites archéologiques de la localité de Zeccar, où un exposé lui a été présenté sur les gravures rupestres de la région représentant notamment des scènes de vie quotidienne de l’homme préhistorique.

Lire la suite

formats

2e édition du Festival international du couscous au palais de la culture

Publié le 04/02/2019, par dans Non classé.
2e édition du Festival international du couscous au palais de la culture

ALGER – La 2ème édition du Festival international du couscous a été lancée, lundi au palais de la culture d’Alger, avec la participation de 34 préparateurs de différentes wilayas en plus d’autres participants étrangers, venus essentiellement de Palestine, invitée d’honneur, d’Egypte, du Maroc, de la Tunisie, et de la Turquie.

Cette manifestation consacrée au « couscous », plat traditionnel considéré comme l’un des plats les plus populaires en Afrique du nord, vise, selon ses organisateurs, à faire connaitre ce plat qui a acquis une renommée internationale, à travers une exposition de plusieurs variantes de couscous traditionnel représentant les différentes régions du pays.

Une autre exposition est programmée pour les visiteurs afin de leur présenter les modes de préparation du couscous avec une variété qui donne une image sur la richesse de ce plat dont le dossier de classement comme patrimoine de l’humanité sera déposé avant la fin mars 2019 auprès de la commission d’évaluation de l’UNESCO, au nom de quatre pays maghrébins.

Le Festival, qui durera jusqu’au 7 février, prévoit l’organisation de trois concours internationaux sur la préparation du couscous, consacrés aux jeunes talents, amateurs et professionnels, ainsi que des expositions d’artisanat qui mettent en exergue les différents ustensiles et outils de préparation de ce plat.


lire aussi: Le dossier pour le classement du couscous au patrimoine mondial déposé fin mars


Il sera également question de présenter un ensemble de produits traditionnels variant entre l’habillement traditionnel avec une touche moderne ainsi que des produits de cosmétique pour femmes, préparés à base de produits naturels.

Le programme du festival propose aux visiteurs une table pour déguster les différents plats de couscous ainsi qu’une tombola durant les journées du festival.

Au terme de cette manifestation, des prix seront décernés aux trois meilleurs préparateurs de couscous, traditionnel et moderne.

Organisé par l’Agence Chohra PROD, sous le patronage du ministère de la Culture, le festival verra, à la clôture, l’organisation d’un concert, au cours duquel des prix seront décernés aux lauréats, et des attestations remises aux participants.

Lire la suite

formats

L’installation de bibliothèques en plein air par les jeunes est une fierté

Publié le 04/02/2019, par dans Non classé.
L'installation de bibliothèques en plein air par les jeunes est une fierté

DJELFA – Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a affirmé, dimanche soir à Djelfa, que « l’installation de bibliothèques en plein air par les jeunes est une fierté ».

S’exprimant en marge d’une visite d’inspection à la wilaya de Djelfa qu’il a entamée par l’inauguration d’une bibliothèque rurale dans la commune de Bouira Lahdab (80 km du nord de wilaya), le ministre a souligné que l’installation, par les jeunes, de bibliothèques en plain air (dans les rues) en y disposant des livres pour la lecture ou l’échange revêtaient une signification et constituait un message fort adressé à la société pour l’encourager à s’intéresser au livre et au savoir.

M. Mihoubi a mis en avant, à ce titre, l’importance du livre dans l’éducation des générations, d’autant qu’il est la première source du savoir, sous toutes ses formes papier, numérique, voire même audio. « Inculquer à l’enfant les valeurs de la lecture et créer un espace lui permettant une communication avec les autres se veut une voie d’avenir car le savoir passe par le livre qui réserve un avenir basé sur la renaissance scientifique, éducative, culturelle et intellectuelle », a-t-il soutenu.

Le ministre a rappelé, à ce titre, que « l’Etat n’a ménagé aucun effort pour créer, à travers toutes les communes du pays, des bibliothèques et des espaces de lecture, quels que soient leurs dénominations (rurales, urbaines et principales), qui jouent un rôle essentiel et contribuent à l’élimination du vide qui influence négativement sur nos enfants et la génération montante en particulier ».

Après avoir affirmé que « la wilaya de Djelfa compte parmi les wilayas qui ont bénéficié d’un intérêt particulier en ce sens, et se renforcera, à travers cette visite, par la dotation d’espaces de lecture publique de 26.000 livres, lesquels seront ultérieurement distribués par la direction de la Culture », le ministre a indiqué que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika accordait un intérêt particulier au livre, en y consacrant d’importants budgets consacrés au soutien à l’édition, en sus d’autres programmes et plans relatifs à l’impression qui ont bénéficié aux éditeurs, auteurs et lecteurs.


Lire aussi: Prix national scolaire « les plumes de mon pays »: coup d’envoi de la 2è édition ce mardi


Après l’inauguration d’une bibliothèque rurale dans la commune de Bouira Lahdab, le ministre a indiqué que cette structure sera dotée d’un laboratoire des langues et d’une salle des conférences.

Mettant en avant les apports de la wilaya de Djelfa sur la scène culturelle nationale, le ministre a souligné qu’elle « est présente dans tous les domaines et qu’elle compte des écrivains et des poètes qui ont fait honneur à l’Algérie dans les fora internationaux », ajoutant que « tout cela constitue une valeur ajoutée pour notre culture ».

« Nous veillons à ce que la wilaya de Djelfa, qui compte bon nombre de créateurs, d’intellectuels et de critiques, jouisse d’un intérêt et d’un appui permanent. Nous félicitons cette wilaya dont le théâtre régional a dernièrement remporté un prix national en dépit de sa récente création », a déclaré M. Mihoubi.

Le ministre a achevé la première journée de sa visite par l’inspection, au chef lieu de wilaya, du projet de réalisation de deux annexes d’art plastique et de musique pour un budget de 230 millions Da, dont le taux d’avancement des travaux est de 90 %.

Au deuxième jour de sa visite, le ministre se rendra au site archéologique de la commune de Zekkar (30 km au sud de la wilaya) et inspectera plusieurs structures relevant du secteur.

Lire la suite

formats

Le pianiste hongrois Andrâs Nemeth anime un concert à Alger

Publié le 02/02/2019, par dans Non classé.
Le pianiste hongrois Andrâs Nemeth anime un concert à Alger

ALGER – Le pianiste hongrois Andrâs Nemeth a animé vendredi à Alger un récital de piano, où il a restitué au public nombreux, le génie créatif de grands compositeurs hongrois, dont Béla Bartok, qui s’était imprégné de la beauté des sites et du patrimoine musical de la ville de Biskra, où il avait séjourné.

A la Basilique « Notre Dame d’Afrique », où l’acoustique est favorable aux arts de la scène, le public est venu nombreux apprécier la virtuosité du pianiste Andrâs Nemeth, restituant une douzaine d’œuvres célèbres des compositeurs, Franz Liszt, (1811-1886), Zoltan Kodaly (1882-1967) et Béla Bartok (1881-1945) qui avait séjourné en 1913 dans la capitale des Zibans, collectionnant plusieurs de ses chants folkloriques.

Mettant en valeur les passerelles d’échanges établies par le génie créatif de Béla Bartok entre l’Algérie et la Hongrie, Andrâs Nemeth a conçu son répertoire autour de la Suite, « Opus 14 », une pièce « riche en éléments » inspirés par la musique traditionnelle de la région de Biskra, que le grand compositeur hongrois a créée au retour de son voyage d’étude dans cette région d’Algérie.

Rendue dans des variations modales et rythmiques qui ont tracé les traits d’une fusion parfaite des genres musicaux des deux pays, « Opus 14 » était pour Béla Bartok, pionnier de l’Ethnomusicologie avec Zoltan Kodaly, la preuve que les « cultures se parlaient » et que le « patrimoine musical autochtone » pouvait s’ouvrir à la « pureté de l’académisme universel ». D’autres pièces consacrant cette insurrection aux dogmes de Béla Bartok ont été brillamment exécutées par Andrâs Nemeth, dont, « Variations libres », « Pour les enfants. Vol 4 », « Quinze chants paysans hongrois » et « Six danses dans le rythme dit bulgare, ‘Mikrosmos.Vol 6′ ».

Donnant de l’embellie au silence sacral de la basilique, le jeune pianiste hongrois a ensuite enchaîné avec, « Lament Székely » (sept pièces pour piano) de Zoltan Kodaly, puis avec quelques œuvres de Franz Liszt, dont, « Wiegenlied », « Sposalizio » (Années de pèlerinage, vol. 2. Italie) et « Eglogue » (Années de pèlerinage, vol 1. Suisse).

Très applaudi par l’assistance, Andrâs Nemeth a fait montre de toute l’étendue de son talent de virtuose, dans une prestation époustouflante de technique et de dextérité, menée sans avoir eu recours aux partitions, ce qui dénote, selon un connaisseur, d’une « grande maîtrise intellectuelle de son sujet », acquise grâce au « travail et à l’exercice ininterrompus ».

Reflétant l’esprit d’une grande ouverture au monde, par la mise en valeur de la musique populaire hongroise, Béla Bartok, Franz Liszt et Zoltan Kodaly entendaient établir, à travers la fusion des genres folkloriques et populaires « des passerelles d’échanges » entre les peuples et leurs « cultures respectives », explique un professeur d’histoire de l’art présent parmi le public.

Dans la solennité du moment et en présence de l’ambassadeure de Hongrie en Algérie, Helga Katalin Pritz et les représentations diplomatiques accréditées à Alger de plusieurs pays invités, le public a savouré le rendu d’Andrâs Nemeth dans la délectation, applaudissant très fort l’artiste à l’issue de chaque pièce interprétée.

« Je suis ravi de venir en Algérie et très honoré de me produire à Alger, une ville que je découvre et que je trouve très belle », a déclaré Andrâs Nemeth, présent pour la première fois en Algérie.

Andrâs Nemeth a étudié le piano à l’Académie de musique « Franz Liszt » de Budapest avec plusieurs autres pianistes de renoms, dont Andrâs Kemenes, Jenô Jandô et Sândor Falvai.

Musicien-professeur, Andrâs Nemeth prépare son doctorat, avec pour sujet de thèse, « Composition pour enfants-Source d’inspiration dans les œuvres de Bartok et de Kurtâg ».

Organisé par l’ambassade de Hongrie en Algérie, en collaboration avec la Basilique « Notre Dame d’Afrique », le concert de piano animé par Andrâs Nemeth, entre, selon le recteur de la basilique Notre-Dame d’Afrique, père José Maria Cantal Rivas, dans le cadre du « programme régulier, initié par l’église ».

Lire la suite

Home Archive for category "Non classé" (Page 5)
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair